Conférence de presse

La rentrée politique de l’Union des Forces de Changement (UFC)

par UFC , le 7 janvier 2009, publié sur ufctogo.com

 

Conférence de presse

Mesdames et Messieurs les Journalistes,

L’Union des Forces de Changement (UFC) est heureuse de vous réitérer ses vœux sincères et chaleureux de prospérité pour l’année 2009. Elle vous félicite pour votre importante contribution aux efforts visant l’instauration de la démocratie et de l’Etat de droit dans notre pays.

L’UFC voudrait, par cette première conférence de presse de l’année 2009, partager avec vous, les préoccupations de l’heure sur l’actualité socio économique et politique.

Avant de passer en revue les points d’actualité, il nous importe de faire un constat général d’une gravité inquiétante : il apparaît clairement que depuis les élections du 14 Octobre 2007, le gouvernement et le régime RPT s’enferment dans un unilatéralisme et un radicalisme sournois qui conduisent inexorablement notre pays vers des lendemains incertains.

L’UFC dénonce et condamne sans appel cette attitude rétrograde qui :
- compromet dangereusement l’avenir de notre pays,
- entretient en permanence un climat d’insécurité, de violence et de terreur,
- empêche l’organisation d’élections crédibles,
- ne laisse aucune chance à la réconciliation nationale,
- augure de situations d’affrontement.

Le gouvernement et le régime RPT porteront l’entière responsabilité de toute dégradation qui résulterait de leur radicalisme.

L’UFC en appelle à toute la classe politique pour combattre ces comportements d’un autre âge. Elle exhorte le régime RPT à se ressaisir et, dans l’intérêt supérieur du Togo et du Peuple togolais souverain, à renouer avec l’esprit de l’APG en recherchant le consensus indispensable à l’adoption et à la mise en œuvre des réformes politiques. A cet égard, il devient capital de réactiver le Comité de Suivi qui est le mécanisme clé de règlement consensuel des divergences.

1- Les réformes politiques et les prochaines échéances électorales.

L’UFC n’a de cesse, dès le lendemain des élections législatives d’Octobre 2007, d’appeler les autorités togolaises à l’adoption et à la mise en œuvre sans délai des réformes politiques :
- nécessaires au parachèvement des 22 engagements,
- prévues par l’APG,
- recommandées par différents rapports de missions internationales, notamment la mission Doudou Diene,
- recommandées par les missions d’observation des dernières élections législatives (Commission et Parlement européens).

Malgré nos efforts pour prévenir les blocages et aplanir les difficultés dans un cadre de discussions RPT/UFC, force est de constater qu’aucun progrès n’a été enregistré jusqu’à présent.

Fidèle à sa politique de double langage et de duplicité, le régime RPT tente d’imposer à la classe politique, un code électoral désarticulé avec une CENI déséquilibrée ainsi qu’une Cour constitutionnelle et une HAAC aux ordres, un mode de financement public des partis politiques et un statut de l’opposition iniques et tronqués, un cadre permanent de dialogue sans rapport avec celui prévu par l’APG…

L’UFC rejette les prétendues réformes faites par le gouvernement sans le moindre consensus, en particulier le code électoral dont l’adoption unilatérale est inacceptable et constitue un casus belli.

Ces manœuvres sordides n’ont d’autres objectifs que de plomber les prochaines élections, notamment la présidentielle de 2010.

L’UFC met en garde le chef de l’Etat contre les conséquences du radicalisme du parti au pouvoir. L’Union des Forces de Changement se verra contrainte de quitter le processus de sortie de crise en cours et d’appeler les populations à empêcher par tous les moyens une énième mascarade électorale, si le RPT persiste dans son radicalisme.

2- Assemblée Nationale

L’action de l’UFC vise constamment le bien-être des populations, leur sécurité, ainsi que l’instauration de la bonne gouvernance et de la saine gestion des finances publiques.

Au cours de la première année de cette législature, les députés UFC à l’Assemblée nationale, en dépit de leur nombre et malgré les entraves du RPT, se sont attelés à défendre avec acharnement, les intérêts des populations togolaises, lors des inondations et dans les domaines tels que la sécurité, la vie chère, la pauvreté, l’environnement, la décentralisation, etc.

A l’occasion des interpellations et des questions orales ainsi que lors des votes relatifs aux programmes d’action du gouvernement et aux lois des finances, nos députés se sont particulièrement distingués par la qualité et la pertinence de leurs contributions visant à contraindre le gouvernement et le régime RPT à :
- mener une lutte effective contre la corruption, la gabegie et les détournements de fonds,
- s’astreindre aux bonnes pratiques, à la bonne gouvernance et à une saine gestion des finances publiques,
- orienter l’action gouvernementale prioritairement vers les secteurs sociaux, les infrastructures essentielles, la démocratie et l’Etat de droit.

L’UFC déplore et condamne la censure dont toutes ces contributions sont l’objet dans les médias publics, notamment sur TVT, avec la complicité d’une HAAC, totalement à la solde du régime RPT. C’est le lieu de réitérer l’exigence d’une recomposition de la HAAC, formulée à maintes reprises par l’UFC.

3- Vœux au chef de l’Etat

Les raisons qui ont motivé le refus du Groupe parlementaire UFC de prendre part aux cérémonies de présentation de vœux au chef de l’Etat l’année dernière, demeurent valables cette année puisque rien n’a changé depuis. Il est par exemple inacceptable que le président de l’Assemblée nationale aille livrer, au nom de tous les députés, un discours RPT qui ne saurait engager le Groupe parlementaire UFC.

L’UFC déplore et condamne une fois encore, ce rituel de parti unique qui oblige toutes les autres institutions de la République à manifester leur subordination au chef de l’Etat.

En outre, nous constatons que les pressions répétées de l’UFC ont contraint l’exécutif togolais à abandonner cette fois-ci, la dérive tribaliste du chef de l’Etat qui s’oblige à organiser chaque année, une cérémonie de présentation de vœux aux seules ‘’populations du nord’’, encourageant ainsi, la division que le régime RPT tente d’imposer à notre pays. Cependant, l’UFC dénonce et condamne la transformation des vœux au chef de l’Etat, en campagne électorale déguisée dans les régions administratives du pays, aux frais du contribuable togolais.

4- Insécurité, impunité et processus « Vérité, Justice et Réconciliation »

Alors que les populations togolaises, victimes de graves atteintes aux droits humains, attendent justice et réparations à travers un processus Vérité, Justice et Réconciliation, elles assistent impuissantes à une recrudescence de l’insécurité, de la violence et de la terreur entretenues dans le pays en toute impunité par le régime RPT, à l’approche de l’échéance électorale de 2010. En témoignent la disparition non élucidée d’Atsutsé K. Joachim Agbobli, Président du MODENA, les exécutions sommaires, les violences et voies de fait exercées sur les citoyens le long des itinéraires du cortège présidentiel, les affectations arbitraires de responsables de partis de l’opposition, les exactions et traitements humiliants et dégradants à l’encontre de députés de l’opposition, notamment aux frontières et devant le siège du parlement, les corps de paisibles citoyens retrouvés sans vie dans les villes et dans les campagnes. Aucune enquête n’est diligentée par les pouvoirs publics pour identifier et poursuivre les auteurs et les commanditaires des crimes.

Il apparaît clairement que le processus Vérité, Justice et Réconciliation en cours dans notre pays, ne rassure pas nos compatriotes. Les populations togolaises doutent que ce processus soit de nature à mettre un terme à l’impunité et à favoriser la réconciliation nationale.

L’UFC rappelle qu’une véritable réconciliation nationale ne saurait se concevoir sans l’élimination de toutes les mesures discriminatoires et d’exclusion introduites unilatéralement dans le cadre électoral par le régime RPT. Voilà pourquoi, l’UFC réaffirme que le processus Vérité, Justice et Réconciliation doit être mené de front avec l’adoption et la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles.

5- Les revendications sociales

Au moment où les populations togolaises succombent sous le poids de la misère, de la pauvreté et de la précarité, au moment où les travailleurs et singulièrement le corps enseignant et le corps médical réclament en vain le minimum pour leur survie, le gouvernement et le régime RPT gaspillent les deniers de l’Etat dans l’acquisition de véhicules de luxe à des coûts exorbitants et dans la confection à grands frais, de posters géants à l’effigie du chef de l’Etat et de son défunt père.

L’UFC manifeste sa solidarité au corps médical et à tous les travailleurs en lutte pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.
Elle dénonce et condamne avec force, les dépenses farfelues qui grèvent inutilement le budget de l’Etat au détriment des secteurs sociaux et des infrastructures essentielles.

6- Chef d’Etat et Gouvernement

Aujourd’hui plus que jamais, l’exécutif togolais se ressent du déficit de légitimité, de crédibilité et de responsabilité qu’il traîne comme un boulet. Aucun effort de gouvernance et de bonnes pratiques. Incompétence, immobilisme et incapacité se conjuguent avec un pillage systématique des ressources publiques pour maintenir le pays dans la pauvreté, la misère et la précarité.

7- Communauté internationale

En renouvelant sa gratitude aux pays amis et à tous les partenaires qui soutiennent et accompagnent notre pays dans ce processus de sortie de crise, l’UFC tient à appeler leur vigilance pour qu’ils ne se laissent nullement abuser par les discours lénifiants du gouvernement et du régime RPT. En effet, c’est avec arrogance et mépris, que le parti au pouvoir remet en cause l’esprit de l’APG en refusant toute démarche consensuelle dans l’adoption et la mise en œuvre des réformes politiques.

L’UFC rappelle que l’élection présidentielle de l’année 2010 est une élection à hauts risques, tout comme les précédentes. En témoigne déjà, la recrudescence des intimidations, de la violence et de la terreur dans le pays.

Il est manifeste que les autorités togolaises n’ont aucune volonté d’organiser des élections propres et satisfaisantes, comme le font les pays voisins.

Voilà pourquoi, l’UFC demande tout particulièrement à la communauté internationale de s’investir plus activement dans l’accompagnement de la mise en œuvre des réformes politiques ainsi que dans la préparation et l’organisation de la prochaine présidentielle, afin d’éviter à notre pays la réédition de la situation calamiteuse de 2005.

8- L’alternance politique au Ghana

L’UFC note avec satisfaction que des élections crédibles, libres, équitables et transparentes viennent de se dérouler au Ghana. Elle relève que le caractère exemplaire de ce processus électoral est intimement lié à l’indépendance et au bon fonctionnement des institutions du pays, notamment la Commission électorale, ainsi qu’à la maturité de la classe politique et du peuple Ghanéens.
L’UFC rend hommage à la loyauté et à la probité des dirigeants de ce pays, qui n’ont pas cherché à s’accrocher au pouvoir en tripatouillant la Constitution et le code électoral.

L’UFC salue la victoire du candidat de l’opposition, le Professeur John Evans Atta Mills du NDC et lui adresse ses vives félicitations et ses vœux de succès dans ses nouvelles fonctions.

9- Les populations togolaises

L’UFC réitère ses vœux de bonne et heureuse année aux populations togolaises et leur renouvelle ses sincères remerciements pour la confiance qu’elles lui témoignent et le soutien qu’elles lui apportent. En les assurant de sa constante solidarité dans les dures épreuves quotidiennes résultant de l’incurie du pouvoir RPT, l’UFC salue le courage et la détermination des populations togolaises en lutte pour le bien-être et l’épanouissement de tous.

L’UFC appelle les Togolaises et les Togolais à une vigilance accrue face aux harcèlements, intimidations et autres manœuvres sordides orchestrées par le RPT en vue de les abuser, de les exploiter et de les détourner du véritable changement indispensable à l’amélioration de leurs conditions de vie.

L’UFC exhorte les populations togolaises à rester constamment mobilisées pour faire échec à l’imposture, au pillage des ressources nationales et à la régression socioéconomique et politique de notre pays le Togo.

Fait à Lomé, le 07 Janvier 2009

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
16 décembre 2017
Lomé 31°C (à 11h)