Droits de l’homme

La famille de l’opposant tchadien Yorongar craint pour sa vie

par Panafrican News Agency (PANA) , le 10 février 2008, publié sur ufctogo.com

 

La vie de l’opposant tchadi en N’garledji Yorongar, détenu au secret depuis le 3 février dernier à N’Djamena, "est en danger", a affirmé samedi à Paris son fils aîné, Roukoulmian Yorongar, lors d’un entretien accordé à la PANA.

JPEG - 74.2 ko
Le parlementaire Ngarlejy YORONGAR, 56 ans, marié, père de cinq enfants.

"Mon père avait été sauvagement torturé en 2001 déjà. Il en est sorti avec de graves séquelles. Cette fois, il se retrouve encore entre les mains des mêmes bourreaux. Nous avons de sérieuses craintes pour sa vie à cause de sa santé fragile", a-t-il confié.

Figure connue de l’opposition tchadienne, M. Yorongar avait été arrêté en même temps que Lol Mahamat Choua, Wadel Abdelkader Kamougué et Ibni Oumar Mahamat Saleh, pour des liens présumés avec la rébellion qui a attaqué, 1er février dernier, la capitale tchadienne.

"Cette accusation est totalement fausse. M. Yorongar, comme d’ailleurs tous ses co-accusés, n’a jamais prôné la lutte armée. Il a toujours soutenu la nécessité d’un dialogue politique inclusif", a soutenu le fils de l’opposant tchadien, en brandissant, à l’appui, la lettre adressée par son père au président Sarkozy.

"Dès l’arrivée de M. Sarkzoy au pouvoir, mon père lui avait écrit pour défendre l’urgence de rétablir la démocratie au Tchad à travers des élections libres. Il le mettait également en garde contre tout soutien inconditionnel à Déby. Cet homme ne peut être mis au secret pour une prétendue collusion avec les rebelles", s’est-t-il emporté.

Le fils de l’opposant tchadien a, par ailleurs, appelé la France à exercer des pressions sur le président Déby pour libérer les opposants tchadiens, jugeant cette décision "plus urgente qu’une mesure de grâce en faveur des six Français de l’Arche de Zoé condamnés au Tchad pour tentative d’enlèvement d’enfants".

"La France a empêché la chute du régime Déby en lui apportant un soutien militaire décisif ; elle peut aujourd’hui agir pour obtenir la libération immédiate de mon père et des autres opposants détenus au secret", a lancé Roukoulmian Yorongar.

"Se mobiliser pour obtenir la grâce pour les membres de l’Arche de Zoé en oubliant le sort des opposants, nous paraît indécent. Plus de 30.000 Tchadiens ont pris le chemin de l’exode, 160 autres sont morts, un millier de blessés recensés. Et on trouve normal de parler plus de l’Arche de Zoé que du sort des Tchadiens", a-t-il regretté.

Environ 500 personnes, dont des personnalités politiques et intellectuelles tchadiennes, africaines et françaises, s’étaient rassemblées samedi après-midi à Paris, pour exiger la libération des opposants et dénoncer un soutien "aveugle" de la France au président Déby, signale-t-on.

 

© Copyright Panafrican News Agency (PANA) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
28 juin 2017
Lomé 28°C (à 13h)