Poésie

La cité en pleur

par Anani Alex Gomez Logo , le 20 septembre 2008, publié sur ufctogo.com

Aux victimes de l’inondation,
à ceux qui dorment la nuit perchés sur un buffet,
au milieu des raclures ; et qui rêvent de poisson
comme Aglan le crabe bâtisseur d’étage…
Puisse vos dieux vous garder loin de marmites cannibales.

 

Terre de promesses pustuleuses et d’espoir
Regard d’un félin borgne un matin de chasse
Un matin de pleur sous un ciel bas et lourd ;
Ma Cité se lève et s’étire longuement
Comme ce jour où à Berlin, au-delà de la Mer
Sur une table, l’étranger scella son Destin ;
Lui dessinant condamnée à mendier une main
Et l’attacha sur les hauteurs près de Guérin Kouka.

Les yeux levés vers la pâleur moutonnante
Nous sentons, fraîche, humide et parfumée
L’haleine argentée des divinités larmoyantes.
ELLES sont, tout penchées vers nous, et froides et tristes !
Tandis que barbotant dans l’onde noire de nos misères,
La piétaille suintante d’une générosité ose encore se parer :
Nous avons le rire en abondance dans nos veines
Comme la gravité dans les têtes d’helléniques.
Partout pourtant on s’interroge…
Le pouce vers le bas, ou l’indexe inflexible,
Nos murmures flottent sur les eaux de fortunes
Voguent les libertés dont on ne s’en sert point.

Puis, le jour tombe sur la nuit qui s’élève.
Les vaillantes femmes aux mèches broussailleuses,
A chercher le jour et la nuit, de jour et de nuit se lassent
Avec des chandelles aux ombres grelottantes apprêtées
Dans le courant des râles, sur la langue des soupirs
De menus espoirs qui s’amenuisent sans cesse ;
Pareils aux souffres derniers des âmes qui s’éteignent.

Dans ce combat singulier pour la postérité engagé
Où, les murs moisis par les larmes attardées, rappellent
La pierre des forêts sacrées mariées aux piécettes de Juda,
Les tam-tams au son rugueux de mains étranges de bras profanes,
Les grelots atones de muscles corrompus de lutte sans gloire,
Le contentement fada de monomane obstiné et niais :
Vide percé de regard courroucé de dieux sans trône
Rappellent les révoltes en chantier, les peurs maladives
Rappellent les méprisantes vanités de guides obscurs :
Destin méphistophélique d’un peuple domestiqué !

Paris, le 20/09/08
Anani Alex Gomez Logo

 

© Copyright Anani Alex Gomez Logo

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
29 avril 2017
Lomé 31°C (à 10h)