Désinformation

La Télévision Togolaise ou La Télé de la Honte

par André JOHNSON , le 14 mars 2000, publié sur ufctogo.com

 

Décidément, le mensonge a la vie dure à la TVT(Télévision Togolaise). En effet, le samedi 11Mars 2000, il a été donné aux Togolais de suivre au cours des journaux télévisés de 20h et 22h, les déclarations d’une mystérieuse milice de L’UFC(Union des Forces de Changement) qui m’impute, ainsi qu’à d’autres complices, la responsabilité de la décision d’organiser une série de casses, au cours de réunions non moins mystérieuses à Aneho, les 6 et 7 Mars 2000.

La légèreté avec laquelle la TVT continue d’assurer la couverture médiatique d’aussi détestables montages, confirme, s’il en était encore besoin, la complaisance et l’incompétence des hauts responsables politiques de la communication dans notre pays. Ce dernier montage est d’autant plus flagrant et répugnant, qu’aux dates supposées des réunions, je me trouvais à Paris, après avoir quitté Lomé régulièrement( fiche de police dûment remplie) le 1mars 2000 par le vol Sabéna SN514 à 21 :45.

Cette affaire d’Aneho, en ce qui me concerne, n’est qu’un nouvel épisode d’un feuilleton qui a commencé avec la parution dans les journaux Afrique Défi n°75 du 21 janvier 2000, Le Soleil du 26 janvier 2000 et Politicos (Tous proches du RPT), d’un article intitulé : L’UFC débarque 45 jeunes à Agouégan chez le charlatan Kponhéto. Ledit article me mettait déjà en cause dans une sombre affaire de préparation d’actes de vandalisme et d’une burlesque cérémonie vaudou dans la nuit du 13 au 14 janvier 2000 alors que cette fois-là encore, j’étais en famille à Paris depuis le 20 décembre 1999 et n’étais rentré à Lomé que le 17 janvier 2000 sur le vol CRL0896(informations facilement vérifiables dans les fiches de police) ;

Avec la poursuite à la télé de ces abjectes campagnes de dénigrement, de haine et de mensonges, il est clair que les commanditaires cherchent à fabriquer des délits sur mesure à tous ceux qui ne pensent pas comme eux pour les disqualifier à l’approche d’échéances aussi capitales que les législatives et les " mettre définitivement hors d’état de nuire " comme l’a déclaré, virilement et sans mollesse, l’éminent président d’une institution de notre pays. Il est à craindre que, malgré la protestation du 24 février 2000 de L’UFC, suite aux malheureux évènements du centre communautaire de Bè, nous ne soyons qu’au début de l’exécution d’un plan machiavélique d’intimidations.

Par conséquent, je proteste avec vigueur contre ces odieuses machinations qui peuvent à terme, produire des situations aux effets difficiles à prévoir, et nul n’a intérêt aujourd’hui à monter une catégorie de togolais contre une autre. Aussi, serait-il encore temps que les responsables de la sécurité, de la justice et de la communication de ce pays, fassent le minimum que le commun des citoyens est en droit d’attendre d’eux : le protéger, lui rendre justice et lui servir la vérité en lieu et place du mensonge.

Paris, le 14 Mars 2000
André JOHNSON

 

© Copyright André JOHNSON

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
25 juin 2017
Lomé 25°C (à 05h)