Sani Abacha

La Suisse restitue au Nigéria 300 milliards de Fcfa gelés sur les comptes de Sani Abacha

par Le Quotidien Mutations (Cameroun) , le 20 août 2004, publié sur ufctogo.com

 

Le communiqué rendu public mercredi dernier par l’Office fédéral de la justice suisse et diffusé par l’agence de presse chinoise Xinhuanet décide la restitution à l’Etat du Nigeria, de la somme de 500 millions de dollars (environ 300 milliards de Fcfa) détournés par l’ex-président Sani Abacha. L’office a conclu sur la base de diverses enquêtes que ces fonds sont d’origine délictuelle. L’Office précise qu’il a pu analyser de "manière approfondie" le cheminement des fonds de l’ex-dictateur grâce à des informations et des documents fournis par le Nigeria ou provenant de la procédure pénale menée à Genève.

Un engagement a été pris par le gouvernement nigérian d’affecter cette importante somme d’argent au financement de projets de développement. L’une des plus grosses affaires de blanchiment d’argent en suisse est donc à deux doigts de connaître son épilogue. La décision de restitution des fonds peut en effet encore être contestée devant le Tribunal fédéral (Tf), dans un délai de 30 jours. L’avocat de la famille Abacha indique à cet égard qu’aux yeux de ses clients, la preuve de l’"origine délictuelle" des fonds n’a pas été faite. Et Bruno de Preux d’ajouter : "Je pars du principe que mes clients vont vouloir faire recours contre la décision de la Suisse devant le Tribunal fédéral".
En face, l’avocat du Nigeria s’attend à un tel recours. "C’est la tactique dilatoire qu’ils ont utilisée depuis le début, assure Enrico Monfrini. Les avocats ont fait recours contre toutes les décisions de la justice genevoise et de l’Ofj. Leur but est de faire perdre du temps".

Sur le fond, Enrico Monfrini qualifie la décision helvétique d’"historique". A ses yeux, la Suisse a eu "un rôle moteur" dans toute l’affaire Abacha, qui a eu "un retentissement mondial". Pour l’avocat, cette décision "consacre le principe de la restitution directe au Nigéria des fonds bloqués sans attendre que les intéressés - à savoir la famille Abacha - soit condamnés au Nigéria et qu’un juge de ce pays exige la restitution des fonds".
Les 500 millions de dollars seront transférés à la Banque des règlements internationaux à Bâle (Bri), à l’intention du Nigeria. Les autorités nigérianes ne pourront en disposer que lorsqu’elles auront pris une décision de confiscation.

Les montants en question seront affectés à des projets de développement (santé publique, éducation et construction d’infrastructures), avait assuré le président Nigerian Olusengu Obasanjo aux autorités suisses en début d’année. Les autorités nigerianes reprochent à l’ancien chef de l’Etat, Sani Abacha, d’avoir pillé le pays. Et en particulier la Banque centrale du Nigéria. Selon certaines estimations, l’ex-dictateur et ses proches auraient détourné au total quelque 2 milliards de dollars (environ 1100 milliards de Fcfa) entre 1993 et 1998 (date de sa mort). En 2002, les deux fils Abacha - qui contrôlaient l’essentiel des sommes en question - avaient refusé un accord à l’amiable mettant quelque 300 milliards de Fcfa à la disposition de l’Etat du Nigeria. Au total, environ 400 milliards de Fcfa ont été bloqués à la suite des demandes d’entraide judiciaires adressées à la Suisse (comme à d’autres pays) à partir de 1999. Jusqu’ici, la Suisse en a déjà restitué quelques 110 milliards de Fcfa au titre d’accords particuliers.

Claude Tadjon

 

© Copyright Le Quotidien Mutations (Cameroun) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
27 mars 2017
Lomé °C (à 0h)