Analyse

LE TOGO : Processus et Prospections pour devenir une nation.

par Jacob Ata-Ayi , le 25 septembre 2007, publié sur ufctogo.com

 

Je voudrais à travers un extrait de la définition d’une nation de Ernest RENAN, aborder le processus d’évolution du Togo vers une nation.

« Extrait de la définition d’une nation »

« Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. L’homme, Messieurs, ne s’improvise pas. La nation, comme l’individu, est l’aboutissant d’un long passé d’efforts, de sacrifices et de dévouements. Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes. Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j’entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale. Avoir des gloires communes dans la passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. On aime en proportion des sacrifices qu’on a consentis, des maux qu’on a soufferts. On aime la maison qu’on a bâtie et qu’on transmet.

« Analogie de cette définition avec le Togo »

* Souffrance commune.

Nos ancêtres et nos parents peuvent se retrouver dans la logique de souffrances communes face à l’esclavage, la colonisation.
Ils ont lutté du nord au sud pour arracher leur liberté corporelle et incorporelle aux mains des colons et de la servitude.
Aujourd’hui l’histoire Togolaise nous enseigne que la dictature a ensanglanté le pays sur toute l’étendue du territoire togolais, les victimes se comptent par milliers dans nos cantons, villages, villes.
Il y a eu des morts, des handicapés, des traumatismes à vie, des pauvres, et de la misère partout.
Cette souffrance commune à celle de nos parents et aïeux, ont pour socle commun, notre liberté commune, notre développement commun, notre santé commune, notre avenir indépendant commun par le goût du travail individuel et collectif.
Notre respect commun à l’intérieur et à l’extérieur.

*AVENIR COMMUN.

Dans un soucis d’apaisement, de réconciliation, de développement et de conjuration de mauvais sort qui s’est abattu sur notre pays et notre population, où la misère morale, immatérielle, matérielle, spirituelle se conjugue avec tous les actes vils et répréhensibles à l’échelon national et international (Sanction politique et économique, sanction sportive) nous les enfants de cette nation en devenir devront penser, un processus de pardon et réconciliation, lancer une action gigantesque pour le développement, réintroduire la notion de l’effort du travail, encourager l’initiative individuelle privée pour développer les talents, favoriser des regroupements associatives pour relancer la vie de la cité, et prendre en compte les souffrances individuelles et collectives pour la construction de nos cités, en développant nos axes ferroviaires, routières, en construisant des hôpitaux, des dispensaires, des écoles, des laboratoires pour les recherches agricoles, des santé, de protection de nos populations contre les bactéries et virus divers, en éduquant nos populations à travers des services d’hygiènes.

Nous devrons inventer à travers nos expériences communes du déclin, le devenir du Togo et éviter à nouveau d’être la risée du monde entier dans tous les domaines, où on a l’impression que le Togo est un pays à part, alors que les populations qui constituent ce pays sont venus du GHANA, du DANHOMEY et du NIGERIA.
Ces pays avec nos cousines et cousins développent mieux leurs espaces.

*DIASPORA TOGOLAISE.

Peut-on éloigner très longtemps la diaspora de la renaissance du Togo, de la rénovation de certaines lois, et de la construction du devenir de ce pays ?
Non je ne crois pas un instant que la classe politique Togolaise fera à nouveau cette erreur, en refusant à la diaspora son rôle, son devoir et son obligation d’être un acteur de développement économique, social, et un ambassadeur des cultures du Togo.

Le Togo fait encore exception dans la politique de la diaspora dans le monde entier.
En demandant un visa, un certificat d’hébergement à un enfant du pays qui veut rentrer chez lui en vacances ou définitivement, par le seul fait d’avoir une double nationalité pour se forger une compétence à l’extérieur, et faire une carrière quand le pays était défaillant dans le développement humain, économique, social.
Le Togo n’étant pas en mesure de favoriser l’essor de certains concitoyens à l’extérieur devrait faire mention honorable vers ses enfants de la diaspora en favorisant leur retour, et profiter de leur compétences, expériences et des nouvelles technologies pour le développement du Togo de demain.

La plupart des pays Africain, crée un ministère pour la diaspora, les intéresse par des consultations nationales dans les consulats et ambassades.
Seul notre pays se retrouve encore lanterne rouge dans ce domaine.

*RICHESSE NATIONALE. PNB « Produit National Brut »
Pour le calcul du produit national brut, on prend en compte la production de la richesse des entreprise et des nationaux sur le sol Togolais et la production de la richesse des Togolais à l’extérieur.
Je pose la question à ce jour comment est calculée le PNB du Togo, quand ce pays exclut en permanence la diaspora dans son champ politique et économique.

*POPULATION.

Comment est mesurée la population Togolaise à ce jour ?
La population d’un pays se mesure par le recensement, par la pyramide des âges, par le taux de la natalité, par le taux de la fécondité, par le taux de la mortalité, par la morale de ces concitoyens, et par le taux de la productivité du pays.

Je voudrais dire qu’il n’est richesse ni force que d’hommes.
La nouvelle donne doit instaurer à travers la démocratie, les pensées plurielles pour relancer le pays.
Nous devrons cesser de penser statique, égoïste, proscrire de nos comportements la gabegie, instaurer un programme d’éducation scolaire volontarisque et de formation professionnelle pour encourager les spécialisations des cadres et accroître leurs compétences dans leur domaine respectif, dans les régions, et d’en faire du Togo une nation riche en compétences multiples pour son développement avec des savants, des entrepreneurs de qualité, des techniciens valables qui auront à cœur à la fois leur carrière et le développement du pays par leur mérite et leurs compétences.

*JUSTICE ET SECURITE.

Aucun pays ne se développe dans l’anarchie, le vol, le meurtre politique ou crapuleux.
Nous devrons veiller à la mise en place d’une justice humaine, sereine, où les valeurs de la loi et de la morale seront les garants de la cité et de notre civilisation.

La sécurité commune devrait être une démarche commune de tous les habitants de la cité, pour garantir la paix sociale et favoriser le développement.

CONCLUSION .

L’homme togolais se sent de plus en plus concerné par son avenir économique et social, en tant que producteur et consommateur, en tant que contribuable et citoyen et en tant qu’homme Africain et du monde, à vouloir comprendre la règle du jeu où il se trouve engagé malgré lui.
Il veut aussi au delà d’une simple information, d’une formation politique et économique nécessaire, mettre de l’ordre dans les faits isolés, ou les constations éparses, de les organiser et de leur donner un sens et tenter de comprendre la complexité souvent déroutante de la réalité économique et sociale de son pays, de l’Afrique et du monde dans la mondialisation.
L’homme Togolais doit être aguerri dans la défense des intérêts du Togo à l’Intérieur et à l’Extérieur, au lieu de rouler des tapis rouges pour les faussaires de notre pays et nous montrer comme des incapables dans la gestion macroéconomique de notre pays.
La chine, l’union européenne, les pays européens pris individuellement, les Etats-unis d’Amérique, La Russie, nous donnent l’exemple du nationalisme économique et Financier pour leur propre développement et le bien être de leur population.

Jacob ATA-AYI
Paris le 25/09/07

 

© Copyright Jacob Ata-Ayi

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
18 octobre 2017
Lomé 27°C (à 18h)