Togo

L’ex-ministre togolais de l’Intérieur craint pour sa vie

par AFP , le 22 avril 2005, publié sur ufctogo.com

 

JPEG - 3.6 ko

L’ex-ministre de l’Intérieur togolais, François Esso Boko, limogé dans la nuit après avoir demandé la suspension de la présidentielle, se cache au Togo et si les autorités "le prennent, ils le tuent", a déclaré vendredi à l’AFP l’ancien secrétaire d’Etat français Kofi Yamgnane qui s’est entretenu avec lui.

"Ils l’ont limogé et en ce moment ils le cherchent, s’ils le prennent ils le tuent. C’est çà le Togo !", a déclaré M. Yamgnane, qui a la double nationalité française et togolaise, après un entretien téléphonique vendredi matin avec François Esso Boko.

"Au Togo, quand on est au pouvoir, on est là pour la vie, ceux qui s’opposent on les tue. C’est ce que les autorités françaises font semblant de ne pas comprendre", a-t-il poursuivi.

Le président togolais par intérim, Abass Bonfoh, a assuré vendredi que la présidentielle aura bien lieu dimanche et a limogé son ministre de l’Intérieur, qui avait réclamé, en pleine nuit, la suspension du scrutin face aux risques, selon lui, de "guerre civile".

"Je l’ai eu de très bonne heure au téléphone. Il m’a dit : si je suis intervenu, c’est parce que mes services (de renseignement) m’ont dit que si cette élection a lieu dimanche, dès le soir déplorera au moins deux cent morts", a ajouté l’ancien secrétaire-d’Etat.

"Il est allé ensuite expliquer ça au président (par intérim). Quand il est arrivé, il y avait des +généraux faucons+. Quand il a fini son exposé, tout de suite il a compris. Un des généraux a dit : ’il y aura 200 morts, et alors ? C’est pas nous qui mourrons, c’est les autres. Tu peux dégager !’. Il a compris qu’il fallait qu’il se planque", a poursuivi M. Yamgnane.

Le président togolais par intérim Abass Bonfoh a assuré vendredi que la présidentielle aura bien lieu dimanche et a limogé son ministre de l’Intérieur, pourtant membre du Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir) qui avait réclamé, en pleine nuit, la suspension du scrutin. L’opposition radicale demande le report de ce scrutin.

"Aidez-nous à arrêter l’assassinat programmé de centaines de Togolais", a d’autre part lancé M. Yamgnane à l’adresse de la communauté internationale.

 

© Copyright AFP - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
19 octobre 2017
Lomé 26°C (à 06h)