Elections

L’étau se resserre autour du gouvernement togolais

par Togoforum , le 8 février 2002, publié sur ufctogo.com

 

L’étau semble se resserrer autour du gouvernement togolais suite à son durcissement de ton de la semaine dernière. On se rappelle que lors d’un conseil extraordinaire des ministres tenu le 2 fevrier 2002, le gouvernement togolais avait décidé d’un "amenagement du code electoral", provoquant la réaction musclée de l’opposition. L’EU et l’Allemagne viennent a leur tour de signifier au gouvernement togolais leur position face aux nouvelles donnes.

L’Union Europienne, dans un communiqué diffusé hier 07 fevrier 2002, a déclaré se désolidariser du processus électoral en cours et s’est dite préoccupée par la situation politique très tendue au Togo : “L’UE est très préoccupée par la situation politique au Togo. Elle considère que le refus de l’Assemblée nationale de renouveler les mandats des membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et la décision du Conseil des ministres du 1er février de procéder à un aménagement du code électoral mettent en péril le processus électoral en cours.”

L’Union Européen a clairement posé deux exigences sans les lequelles elle n’apporterait plus son appui au processus electoral :

1 - La reconduction sans condition des members de la CENI contrairement à la décision du conseil des minitres du 2 fevrier dernier.

2 - La libération pure et simple de Maître Yawovi Agboyibo, condamné à 6 mois de prison le 3 Août 2001 pour diffamation au Premier Ministre actuel, Messan Agbéyomé Kodjo. La Cour d’appel de Lomé a, le mois dernier censuré le jugement du tribunal correctionnel de Lomé, ouvrant ainsi la voie à un espoir de libération de l’ancien batonnier du barreau de Lomé. Malgré la decision des juges d’appel, le leader du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) se trouve toujours en prison.

Outre la fermeté de l’Union Européenne, le gouvernement Allemand a, ce Jeudi 07 fevrier 2002, signifié au ministre togolais des affaires étrangere, M. Koffi Panou que beaucoup restait à faire dans le sens d’une ouverture démocratique au Togo. Dans un communiqué du ministère allemand des affaires étrangeres, son homologue allemand, Ludgar Volmer a signifié à Monsieur Panou que la libération du Me Agboyibo aurait été un signe d’ouverture du gouvernement togolais.

Du point de vue bilateral, le ministre allemand a clairment dit que la reprise de la cooperation entre le Togo et l’Allemagne restait conditionné à l’instauration d’un Etat de droit et à une amélioration significative de la situation des droits de l’homme au Togo.

Le gouvernement togolais a très mal pris ces deux prises de position de l’UE et de l’Allemagne et en particulier, celle de l’UE. Dans les milieux proches du pouvoir, on estime L’UNION EUROPEENNE injuste et insupportable". A l’appui de ce sentiment de frustration, l’on rappelle une penée de Conficius d’après lauqelle « tout ce qui est excessif est insignifiant » (Voir Togonews)

Sur le plan des droits de l’homme, quatres étudiants de l’Université de Lomé ont été arrêtés à leur domiciles respectifs au matin du 5 fevrier 2002 et sont acteellement détenus à la gendarmerie de Lomé. Il s’agit des étudiants : HONKOU Bonnaventure SG de L’UNET ; LABA Brigitte Vice SG de l’UNET Elle est en même temps Chargée des Affaires Estudiantines et scolaires au sein de la FEDERATION FEMININE de la CONVENTION DEMOCRATIQUE DES PEUPLES AFRICAINS (C.D.P.A.) ; HOUEDAKOR Guy Membre actif de l’UNET et de ZIVI Komlan.

On n’ignore toujours les raisons de cette arrestation. Les milieux proches de l’opposition affirment que le gouvernement a pour mission de "casser" tout mouvement fiable sur le campus universitaire de Lomé.

L’on apprend également la fermeture de la Radio FM VICTOIRE au sujet de laquelle un communiqué de l’agence Panapress indique que :

« La radio privée "Radio Victoire", installée à Lomé, a cessé ses émissions mercredi sur ordre du président de la Haute autorité de l’Audiovsuel et de la Communication (HAAC, organe de régulation des médias), Georges Combevi Agbodjan.

Cet ordre est contenu dans une correspondance adressée mardi dernier à la direction de la station avec effet immédiat. Dans cette correspondance, la HAAC a indiqué qu’elle annule l’autorisation d’émettre à titre expérimental qui avait été accordée à la station et conditionnait la reprise de ses émissions à la signature de la convention d’autorisation d’installation et d’exploitation selon les dispositions de la loi régissant le secteur." Selon les informations dignes de foi, les responsables de Radio Victoire auraient signé tous les papiers exigés par les autorités togolaises.

« La radio a, ont affirmé ses responsables, continué de diffuser de la musique jusqu’à la mi- journée de ce jeudi quand la police a fait une descente à la station pour emporter l’émetteur et l’amplificateur. »

Relativement jeune, Radio Victoire émet en FM et son auditoire est la capitale Lomé et ses environs. La Radio existait depuis Août 2001 et deux de ses émissions - vice versa et revue de presse - ont déjà été interdites par les autorité togolaises.

Toujours sur le register des arrestations, la Commission de lutte contre la corruption et le sabotage économique fait diffuser sur les medias d’Etat depuis mercredi, un communiqué faisant état de l’arrestation du liquidateur de la société prédemment connue sous le nom de Office des produits agricoles du Togo (OPAT), M. Charles Birregah. Selon le même communiqué, l’expert comptable et directeur du cabinet d’expertise comptable “AEC” est mis en demeure de justifier entre autres « des titres d’un montant de 894.484.000 FCFA (1.164.692 dollars) et des fausses écritures comptables évaluées à 10.642.417.858 FCFA (plus de 13 millions de dollars), des virements non justifiés de 100 millions de FCFA et 168 millions de FCFA récupérés à Londres et gardés à Paris. »

Aucune information n’est disponible pour contrebalancer les accusations de la Commission de lutte contre la corruption et le sabotage économique. Des Togolais proches de l’opposition affirment douter en tout cas de l’honnêté et du sérieux de ladite commission dont les travaux ressembleraient plus à « une campagne d’épuration du système de ses propres brebis galeuses »

Mathias AKOULANSA

 

© Copyright Togoforum

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
23 août 2017
Lomé 23°C (à 01h)