Cinquantenaire de la naissance de Tavio Amorin

L’espoir assassiné d’une jeunesse opprimée

par Ekoué Satchivi - UFCTOGO.COM , le 19 novembre 2008, publié sur ufctogo.com

Tavio Amorin vivant aurait eu cinquante ans le 20 novembre 2008. Le moral bon, la détermination totale et le réflexe crépitant ; il était un grand combattant de la liberté, qui malheureusement a vécu le temps d’un éclair. Agressé le 23 juillet 1992 par deux limiers à la solde de la dictature togolaise ; le jeune leader politique a succombé le 29 suivant à ses blessures. Flash-back sur le parcours et la fin prématurée d’un précoce en politique.

 

Qui était Tavio Ayao Amorin ?

JPEG - 12.4 ko
Tavio Amorin
Leader et Premier Secrétaire du Parti Socialiste Panafricain (PSP), assassiné le 23 juillet 1992.

Il était le leader et Premier Secrétaire du Parti Socialiste Panafricain (PSP). Tavio Amorin ; l’ami, le frère et le combattant était un homme courageux, qui ne recule devant rien. Respecté pour son franc-parler ; sa seule volonté, était le combat d’idées et vaincre par les mots. Tavio Amorin voulait tourner le dos aux vieilles formules et inventer le futur en faveur d’une jeunesse trop opprimée.

Né d’une famille de tradition nationaliste ; Tavio Ayao Tobias Amorin est le fruit de l’amour entre Carlos Joao Amorin, à l’époque Agent de la United African Company (UAC) et de Joséphine Adolé Goëh –Akué, ancienne fonctionnaire de la BCEAO . Il a vu le jour le 20 novembre 1958 et passé son enfance au quartier Anagokomé (Avenue Thiers ; aujourd’hui Avenue de la Libération à Lomé). Une fois ses études primaires achevées à l’Ecole catholique de Kokétimé, il entame les cours secondaires au Collège Saint Joseph de Lomé, sanctionnées par un Bac scientifique décroché avec brio en 1977.

Après un Diplôme d’Etudes Universitaires Générales (DEUG) en Sciences Exactes reçu à Poitiers ; Tavio Amorin monte à Paris et s’oriente vers l’informatique et l’organisation. Il va se spécialise dans les systèmes industriels à l’Université d’Orsay avec le titre d’ingénieur en la matière. Conseiller en faisabilité (Section Afrique) de 1985 à 1986 à la Société Financière Ambert et Cie à Genève en Suisse, il travaille par la suite chez Phone Marketing en s’occupant de l’étude de marché et de l’organisation.

On le verra par la suite chez Batimax à Paris où il était le chargé d’études pour la Région Afrique. De 1989 à 1991, Tavio Amorin s’installe en Côte d’Ivoire pour s’occuper de l’organisation chez Somar à Abidjan. Il contribua à la restructuration des Services de Postes. Il se raconte que Tavio Ayao Amorin aurait été moulé et conseillé sur le plan politique par son oncle, feu Francisco Latévi Lawson ; illustre capitaine de l’armée togolaise…

Tavio Amorin retourna au Togo à la suite de l’amnistie générale de 1991 obtenue par la rue et le peuple. Grand admirateur de Francis Nwia Kofi Ngonloma (Kwame Nkrumah, leader indépendantiste et premier président du Ghana –ex Gold Coast), de George Padmore et de Marcus Garvey et autres figures de proue du panafricanisme ; Tavio Amorin s’était aussi auto-formé en bibliothèque en plus de ses fréquentations des milieux communistes et socialistes lorsqu’il étudiait en France.

Lui, un précoce, allait se lancer dans la rude bataille politique en mettant sur pied le Parti Socialiste Panafricain (PSP) et deviendra par sa fouge et ses idées nouvelles ; l’attraction dans la tenue des travaux de la Conférence nationale de juillet août 1991 à la Salle Fazao à Lomé. Par son dynamisme, il a présidé la Commission des Affaires politiques, des libertés et des Droits de l’Homme du Haut Conseil de la République (HCR) – Parlement de la transition.

Jeune, authentique patriote et féru de politique, Tavio Amorin était sous-estimé par les vieux politicards qui lui faisaient remarquer à tort ou à raison ; son inexpérience dans le microcosme politique togolais. Pour que la pauvreté ne soit pas une tare ou une fatalité pour ses compatriotes ; le leader du PSP préconisa par exemple, la correction volontariste des déséquilibres structurels. Il avait aussi rêvé des mêmes chances à la culture, aux emplois pour tous les citoyens. Tavio Amorin voulait inventer un nouveau futur. Et en la matière, il possédait d’exceptionnelles qualités morales et intellectuelles pour faire triompher ses idées.

Le Parti socialiste panafricain à travers son leader dérangeait beaucoup les partisans de l’ordre établi. Courageux et impétueux, Tavio Amorin était un panafricaniste convaincu, favorable à la mise sur pied des Etats-Unis d’Afrique et ne voulait pas d’un renouveau avec sa camarilla de politicards corrompus. Périlleuse aventure qui malheureusement lui coûtera la vie.

Le terrible coup du sort

Le soir du jeudi 23 juillet 1992, Tavio Amorin sortait d’une réunion du Collectif de l’Opposition Démocratique (COD2) pour lequel il était le Secrétaire général. Le jeune leader politique décida d’aller rendre visite à parente à Tokoin-Gbonvié, un quartier Nord de la ville de Lomé. Il y sera mortellement agressé par deux sinistres individus. Tapis dans l’ombre, ceux-ci l’interpellent avant de tirer sur lui à bout portant.

Aussitôt leur forfait, les assassins laisseront involontairement leur signature : un ensemble d’armes et de munitions retrouvés sur les lieux ; un pistolet de calibre 9 mm, portant le numéro B 85502 de marque française, un revolver Smith & Wesson 357 magnum portant le numéro de barillet 921 43 692 avec son étui AJZ 5370 modèle 2C 7566, des accessoires, des grenades, une paire de menottes et une carte professionnelle au nom de Kossi Karéwé, un gardien de la paix, né en 1967 à Pya dans la Région de la Kozah. L’autre assassin sera identifié comme étant le Sous- brigadier Yodolou Boukpessi.

Mortellement blessé à l’abdomen et à la jambe, Tavio Amorin sera d’abord transporté au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Lomé–Tokoin. Vu son état critique, il sera transféré par avion sanitaire à l’hôpital Saint-Antoine de Paris. La jeunesse éprise de liberté avait nourri toutes les espérances de le revoir vivant. Mais malgré les efforts des spécialistes pour sauver le leader du PSP, celui-ci allait mourir le 29 juillet 1992. Il n’avait que 34 ans.

JPEG - 26.1 ko
Le cercueil de Tavio Amorin, recouvert du drapeau national.

Lorsqu’on évoque la fin prématurée de Tavio Amorin, il se dit qu’en dépit des balles reçues le soir du 23 juillet à Tokoin-Gonvié, le leader du PSP pouvait en sortir vivant. A Paris, les spécialistes affectés à son chevet s’étaient aperçus de la bonne qualité médicale du travail effectué par leurs collègues togolais. Mais un examen radiologique approfondi avait décelé au niveau des poumons ; la présence d’une lésion due à une arme blanche. On en saura pas plus… Quoi de plus normal de dire que Tavio Amorin aurait succombé à plusieurs assassinats. Il est inhumé le 20 août 1992 au cimetière de la Plage à Lomé et sa tombe scellée.

Malgré la kyrielle d’indices laissés sur les lieux du forfait par les agresseurs ; ces derniers n’ont jamais été inquiétés. Aucune suite n’est donnée jusqu’à ce jour ; à la plainte déposée par la famille éplorée auprès des tribunaux. L’assassinat de Tavio Ayao Tobias Amorin, reste non élucidé. Le Premier Secrétaire du PSP n’est pas seulement un mort légendaire ; il a marqué la scène politique togolaise et africaine.
Tavio, le précurseur…

D’écoles, d’usines, de dispensaires ou d’infrastructures routières ; le leader du PSP n’en a pas construites. Tavio Amorin n’a jamais exercé le pouvoir politique. Par son militantisme, il a tout de même contribué à une prise de conscience. Pour les uns, il manque et le sera aussi longtemps pour le peuple togolais plus que jamais engagé dans le combat pour la liberté et la justice. Et les autres de se demander : Tavio Amorin vivant, resterait -il fidèle à sa ligne de conduite de départ ? Où allait –il se fourvoyer dans le compromis et la compromission ? A l’occasion du cinquantenaire du précurseur ; la jeunesse en mal de repère ; lui souhaite « happy birthday » A titre posthume.

Ekoué Satchivi

 

© Copyright Ekoué Satchivi - UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
29 avril 2017
Lomé 28°C (à 03h)