SRAS

L’épidémie de pneumonie mortelle s’étend

par Le Monde (France) , le 17 mars 2003, publié sur ufctogo.com

 

Au total, plus de 400 personnes ont été infectées et 9 au moins sont mortes. L’épidémie de pneumonie d’origine mystérieuse, qui a fait au moins neuf morts en Asie et au Canada, s’est aggravée à Hongkong (Chine), avec 83 cas enregistrés officiellement lundi 17 mars (contre 42 la veille), tandis que les contrôles sanitaires ont été renforcés dans le transport aérien.

Toutefois, le risque qu’elle devienne une pandémie mondiale est jugé peu probable à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). "La grippe se transmet très facilement. La maladie dont nous parlons ne semble pas aussi contagieuse. La probabilité d’une pandémie est minime", a déclaré lundi aux journalistes David Heymann, responsable de la branche "maladies contagieuses" de l’OMS.

Selon l’OMS, l’épidémie actuelle, proche de la pneumonie, serait également apparue en Chine en novembre avant de se propager à Hongkong, au Vietnam et à Singapour. Les autorités chinoises ont fait état de cinq décès et de 305 personnes infectées. Pour avancer dans la connaissance de ce "syndrome respiratoire aigu" (SARS), l’OMS a chargé onze laboratoires parmi les plus renommés du globe d’en trouver au plus vite la cause infectieuse. L’organisation va par ailleurs envoyer une équipe d’experts en Chine, après avoir reçu des autorités une demande d’aide concernant l’épidémie de pneumonie ayant affecté la province du Guangdong, limitrophe de Hongkong, et pour établir s’il y a une relation avec les cas signalés ailleurs, a annoncé lundi un responsable de l’antenne de l’OMS à Pékin.

SITUATION "ALARMANTE" À HONGKONG

Les premiers cas ont été notifiés à l’OMS en provenance de Chine, de Hongkong, de Singapour, de Thaïlande, du Vietnam et du Canada. Pour le territoire de Hongkong, le chiffre des cas signalés est "alarmant", a admis lundi le secrétaire à la santé, Yeoh Eng-Kiong, tout en demandant aux habitants de "conserver leur calme" et de "ne pas céder à la panique". M. Yeoh a précisé que les derniers cas déclarés concernaient seize étudiants en médecine et que 23 autres étaient des proches des malades, insistant sur le fait que l’épidémie ne s’était pas étendue sur une grande échelle.

A Hanoï (Vietnam), une cinquantaine de personnes ont contracté la maladie, selon un bilan donné lundi de sources médicales. Si l’épidémie semble contrôlée à l’hôpital français de Hanoï, qui compte toujours 31 malades depuis le décès, samedi, d’une infirmière vietnamienne, l’hôpital de Bach Mai faisait état de 19 cas - contre 11 dimanche -, dont cinq dans un état critique.

La Malaisie à son tour, après Singapour, où vingt cas ont été enregistrés, et Taïwan ont demandé à leurs ressortissants d’éviter de se rendre dans les zones touchées par l’épidémie. Les Philippines et l’Indonésie semblaient, lundi, avoir été épargnées, contrairement à ce qu’on redoutait jusque-là.

Certains chercheurs ont averti par le passé que le monde serait confronté à une nouvelle pandémie de grippe semblable à celles qui ont fait chacune un million de morts sur la planète dans les années 1950 et 1960. Et dans chacun des cas, les experts pensent que le virus est apparu dans le sud de la Chine et a été transmis à l’homme par des cochons ou des canards.

Les autorités sanitaires chinoises ont transmis dimanche soir à l’OMS un premier rapport sur leur gestion de l’épidémie, en novembre, dans la province du Guangdong. "Avec les informations recueillies minutieusement en Chine pendant quatre mois, nous croyons que nous obtiendrons des réponses sur la façon dont cette maladie agit au sein de populations et sur la meilleure façon de la traiter, a déclaré M. Heymann. Nous travaillons désormais en étroite relation avec les autorités chinoises."

MESURES DE SÉCURITÉ DANS LES AÉROPORTS

Pour l’OMS, la diffusion rapide de la maladie grâce au transport aérien constitue une menace pour la santé à l’échelle de la planète. "En raison de la diffusion du SARS dans plusieurs pays en peu de temps, l’OMS a publié aujourd’hui des conseils de secours pour les voyageurs et les compagnies aériennes", a expliqué l’organisation dans un communiqué publié à Genève.

Cette pneumopathie, dont les symptômes ressemblent à ceux de la grippe, commence par une forte fièvre supérieure à 38 degrés Celsius, ainsi que par un ou plusieurs symptômes respiratoires (toux, difficultés respiratoires, souffle court). Les symptômes sont, semble-t-il, les mêmes que ceux notés dans la province de Guangdong début février, lors d’une épidémie ayant touché 305 personnes, dont cinq sont mortes.

Lundi matin, les autorités sanitaires suisses ont annoncé avoir pris des mesures de précaution dans les aéroports après l’apparition de deux cas suspects à Genève, tous deux de retour récemment d’un voyage dans le Sud-Est asiatique. En Slovénie, un cas suspect a également été détecté. Il s’agit d’une femme qui a récemment séjourné au Vietnam, mais le diagnostic n’a pas été confirmé. Des autorités médicales allemandes ont annoncé que quatre nouveaux cas suspects avaient été diagnostiqués en Allemagne et qu’un patient traité à Francfort depuis samedi souffrait probablement également de la même maladie. La Grande-Bretagne a elle annoncé son premier cas présumé de cette nouvelle pathologie. En Autriche, une femme de 51 ans qui est rentrée de Chine dimanche a été hospitalisée lundi à Vienne, les médecins craignant qu’elle ait contracté une pneumopathie atypique, a annoncé un porte-parole du département médical de la ville de Vienne.

Dans d’autres pays, comme la France et les Etats-Unis, où aucun cas n’a encore été signalé, les services sanitaires ont été mis en alerte par précaution. A Moscou, le ministère de la santé a ordonné que tous les avions en provenance d’Asie du Sud-Est soient inspectés à leur arrivée dans les aéroports russes.

Le Monde avec AFP et Reuters

 

© Copyright Le Monde (France) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
25 mars 2017
Lomé °C (à 0h)