Communiqué de presse

L’UFC exige la libération immédiate de ses militants arrêtés le 18 mars

par UFC , le 19 mars 2003, publié sur ufctogo.com

 

UNION DES FORCES DE CHANGEMENT - UFC
59, rue Koudadzé, Lomnava BP 62168
Tel/fax (+228) 2213332 Lomé
http://www.ufctogo.com
E-mail : contact-togo ufctogo.com

Lomé, le 19 mars 2003

Communiqué de Presse :

L’UFC exige la libération immédiate de ses militants arrêtés le 18 mars.

L’Union des Forces de Changement (UFC) porte à la connaissance des populations togolaises et de la communauté internationale. les faits suivants :

Le mardi 18 mars 2003, aux environs de 20 heures, Vingt sept responsables de la fédération UFC du 2ème Arrondissement de la ville de Lomé, ont été appréhendés alors qu’ils tenaient leur réunion hebdomadaire au domicile de la présidente fédérale Madame Peace Lawson, à Tokoin-Noukafou.

Les forces de l’ordre ont fait irruption, sans mandat, dans ce domicile. Elles ont pénétré par effraction dans plusieurs pièces qu’elles ont passées au peigne fin. Elles ont embarqué, sans ménagement tous ceux qui participaient à la réunion, et ont procédé à la saisie de leur voiture, de leur motocyclette, de leur vélo ainsi que de plusieurs chaises.

Toutes les personnes arrêtées ont passé la nuit à la Direction Générale de la Police Nationale, anciennement Sûreté nationale, dans une cage d’environ 12 m2. Le groupe comprend trois femmes.
Dès le lendemain, mercredi 19 mars 2003, vers 6 heures du matin, toutes les personnes interpellées ont été conduites dans des fourgons de "18 Police", à leur domicile où les forces de l’ordre ont procédé à des perquisitions, toujours sans mandat.

Au moment où nous les avons rencontrées, le mercredi 19 mars, entre deux perquisitions, vers onze heures du matin, avant leur retour dans la cage de la Sûreté Nationale, aucune des personnes interpellées n’a mangé depuis son arrestation. Elles n’ont pris ni le dîner de la veille. ni le petit déjeuner du matin. Bref, elles n’ont pas mangé depuis vingt quatre heures.

L’UFC émet les protestations les plus fermes contre ces agissements, derniers en date des actes de harcèlement d’intimidation, de brimade et de provocation, posés par le régime à son encontre.

L’UFC exige la libération immédiate de ses militants. l’UFC exige la restitution immédiate des véhicules, motos, vélos et chaises saisis .

L’UFC voudrait attirer l’attention de la communauté internationale sur la complaisance dont elle fait preuve à l’égard du régime togolais. Car, le Togo est un Etat voyou dont le chef persécute les populations et surtout l’opposition dans le même temps qu’il parcourt le monde, prétendant y apporter la bonne nouvelle de la paix.

Pour le Bureau National,
Le Secrétaire général,
Jean-Pierre Fabre.

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
29 juin 2017
Lomé 26°C (à 09h)