Racisme

Katrina, révélateur d’un système mondialisé d’apartheid

par LCR , le 8 septembre 2005, publié sur ufctogo.com

Cette fois, la misère, l’exclusion, les inégalités meurtrières, le racisme ne surgissent pas d’une région du Sud, mais de la première puissance de la planète.

 

Katrina, le révélateur

Katrina est passé... et l’Empire se retrouve nu. Mieux que n’importe quel discours, les images qui nous parviennent de la Nouvelle-Orléans ou de la Louisiane agissent tel un décapant. Ces quartiers noyés après le passage du cyclone dévastateur, ces bâtisses détruites, ces cadavres flottants sur des eaux croupissantes, ces milliers de morts annoncés, ces réfugiés hagards et laissés à l’abandon : voilà qui évoque le tsunami asiatique de décembre dernier. À ceci près que, cette fois, la misère, l’exclusion, les inégalités meurtrières, le racisme ne surgissent pas d’une région du Sud, mais de la première puissance de la planète.

George W. Bush voulait que les États-Unis deviennent le centre nerveux de la mondialisation capitaliste, qu’ils soient un modèle de société pour la planète. Il y sera parvenu au-delà de toute espérance. La doctrine libérale du « moins d’État » aura, face aux éléments déchaînés, révélé la « défaillance colossale » des pouvoirs publics, pour reprendre les termes d’un éditorialiste du New York Times. La foi aveugle de l’administration républicaine en la « main invisible » du marché aura donné sa pleine mesure dans l’indifférence et le mépris affichés pour les principales victimes de la catastrophe, celles qui n’auront pas eu les moyens de fuir, à savoir les pauvres et une bonne partie des Noirs. Le cynisme, la brutalité, le racisme d’une certaine vision du monde se seront étalés lorsque les gouvernants n’auront eu d’autre préoccupation que de rétablir l’ordre en faisant donner la troupe. Avant même de s’interroger sur les raisons pour lesquelles une fraction de la population se sera transformée en pillards pour simplement survivre... Quant au productivisme fanatique, il aura démontré sa totale irresponsabilité avec la mise hors service d’un secteur entier de l’industrie pétrolière.

La froide logique du nouvel ordre mondial est décidément celle de la partition et de l’exclusion. Un mur d’argent sépare désormais le monde développé de sa périphérie. Il traverse également les métropoles du Nord. Au sein de ces dernières et hors d’elles, la guerre, la coercition, l’idéologie sécuritaire deviennent les moyens courants de défendre ce système mondialisé d’apartheid. Le cyclone Katrina vient de le rappeler... Comme pour commémorer le triste anniversaire du 11 Septembre.

Christian Picquet

 

© Copyright LCR - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
19 novembre 2017
Lomé 27°C (à 03h)