SIDA

Journée Mondiale contre le SIDA : les ARV ne sont pas toujours efficaces

par Le Quotidien Mutations (Cameroun) , le 28 novembre 2003, publié sur ufctogo.com

D’après le dernier bulletin de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) paru sur la résistance des anti-rétroviraux dans le traitement du Vih/Sida, la progression de la résistance parmi la population vivant avec le vih/sida ira de 25 à 100% d’ici 30 ans.

 

En plus clair, tous les Arv utilisés aujourd’hui ne seront plus capables de freiner la multiplication des souches de virus sauvages ou mutés chez le malade. Et comme l’a écrit avec ironie un chercheur dans le Nouvel observateur d’il y a deux semaines, il faudra peut-être penser à la " qua-thérapie " ou la " cinq-thérapie ". Mardi, 18 novembre dernier, c’est par ce constat fort inquiétant que le docteur Eric Delaporte, spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital de Montpellier, a débuté son exposé lors de la 4ème session de formation sur la prise en charge globale des malades du Sida et la résistance aux Arv dans la salle de conférences de l’hôpital Laquintinie de Douala, à l’attention des médecins prescripteurs.

Le plus grave, d’après le Dr. Eric Delaporte, " c’est que la réplication du virus muté est quasi permanente dans le sang. Cependant, c’est lui qui est le plus résistant car ayant déjà été exposé aux Arv. Il devient alors insensible aux traitements lorsqu’il est transmis. A présent, près de 10% des personnes infectées dans le monde par le Vih/Sida, le sont par le virus muté. Il est temps de réagir. Il faut informer les médecins, les malades et toutes les personnes affectées. Nul n’est plus besoin aujourd’hui de courir aux Arv comme planche de salut, mais il est plus judicieux de savoir lequel nous irait le mieux. La tri-thérapie n’arrange rien, parce que l’administrer automatiquement c’est accepter de développer en moyenne 15 à 20 % de résistance des patients traités". Ce qui se vérifie par l’étude faite par le docteur Charles Nganfack de l’hôpital du jour de l’hôpital Central de Yaoundé, auprès de 93 patients camerounais triés dans les dix-huit centres de distribution des Arv existants. Après huit mois seulement de traitement, 29,4% de ces malades ont développé des résistances.

Il est clair que jusqu’à ce jour, aucun vaccin efficace n’a encore été trouvé. Néanmoins, les chercheurs s’évertuent à trouver des moyens pour rallonger la vie des patients. C’est dans cet optique que le Dr Eric Delaporte a présenté deux solutions : "le phénotypage et le génotypage. Le génotypage, qui est le plus indiqué parce que les résultats des expériences sont positives, c’est la détermination de la structure génétique d’un organisme, pour ce cas, ce sont les souches de virus du malade qui sont étudiées. Le génotypage permet de connaître la souche sauvage et la souche mutée. A ce moment, il devient alors possible après essais de définir quel est le type d’Arv que l’on doit prescrire au patient ", a-t-il expliqué à la cinquantaine de médecins prescripteurs venus pour la circonstance.

Après le génotypage, on peut recommander trois types généraux de traitements : Un inhibiteur de protéase (avec ou sans ritonavir à faible dose pour " booster " la concentration de l’inhibiteur de protéase) en association avec deux analogues nucléosidiques (produit de décomposition partielle d’un nucléide, constitué par du ribose ou du désoxyribose et une base purique ou pyrimidique). Un analogue non nucléosidique en association avec deux analogues nucléosidiques. Et l’association de trois analogues nucléosidiques. Cependant, le génotypage n’est pas à la portée de tous. Cet examen biologique coûte entre 150 et 200 dollars soit environ 81.000 et 108.000 francs Cfa.. Cette session, initiative du comité Douala Anti rétro viral (Darvir) parrainée par Mtn-Cameroun a eu le mérite de lever un pan de voile sur la pandémie Sida, mais a plongé dans l’embarras plus d’un médecin présent dans la salle. Car au lieu de traiter un malade à long terme, il sera aussi fort à propos de lui dire que les Arv, c’est pour un temps beaucoup plus court qu’on ne l’avait imaginé.

Marion Obam

 

© Copyright Le Quotidien Mutations (Cameroun) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
28 mai 2017
Lomé 27°C (à 10h)