27 avril

Indépendance du Togo : Elavo, Milavo

par Séna Alipui , le 27 avril 2004, publié sur ufctogo.com

Il y a 44 ans, notre pays le Togo accédait à l’indépendance.
Le destin de notre Togo chéri, or de l’humanité s’annonçait plutôt bien.
Nous n’étions pas surendetté au moment de l’indépendance, nous avions un
Excellent gestionnaire à la tête du pays et la lutte qui avait conduit à cette indépendance avait resserré nos rangs même si ça et là il y avait des adversaires au combat qui se menait.

 

JPEG - 28.7 ko
Sylvanus Olympio, 27 avril 1958

L’indépendance du Togo était devenue irréversible depuis 1958 et Sylvanus Olympio préparait le pays pour que l’indépendance du Togo ait un sens. Après l’indépendance politique, il voulait nous donner l’indépendance économique pour faire de nous un pays
Prospère et respecté dans le concert des nations.

Quarante quatre ans plus tard, chose curieuse, le gouvernement Togolais se bat pour être dépendant. Il mendie avec arrogance l’aide auprès de l’union Européenne.
Sylvanus Olympio se retournerait plusieurs fois dans sa tombe en exil s’il voyait à quel point nous somme tombés bas et tolérons les excès de médiocrité de la mouvance présidentielle.

Il n’y a que le travail qui paie et libère et c’est ici le lieu de rendre un hommage appuyé au père de l’indépendance pour nous avoir sorti des chaînes de la dépendance.
Ce visionnaire nous a sorti des sentiers battus de la paresse et de la mendicité, le temps qu’il soit trahi et lâchement assassiné et que sous la houlette d’un certain général nous n’y revenions de force d’abord, de gré forcé un certain temps et finalement de lassitude.
Le chemin de la facilité et des combines qu’a emprunté la dictature militaro civile qui sévit au Togo depuis plus de quarante ne nous mène nulle part si ce n’est de déshonneur en déshonneur.

Les vingt deux engagements que viennent de prendre le Togo vis-à-vis de l’union Européenne sont la confirmation de l’échec du régime RPT et de l’état de non droit qui sévit au Togo car en s’engageant à tout ceci, le régime reconnaît enfin que les accusations sont bien réelles et qu’il s’engage à ne plus continuer dans cette voie. C’est honteux, vraiment honteux de reconnaître publiquement que l’on fait du mal à son peuple, pas parce que l’on s’en repent mais uniquement pour obtenir de l’argent.

Cet argent pour lequel la mouvance défie sa propre nature ne sera même pas bien dépensé, j’ai cette conviction dans la mesure ou au moment ou l’on crie famine, l’on organise en grandes pompes le sommet de l’OUA en 2000, on construit un nouveau palais présidentiel , on achète un bœing 707 (vols longs courriers) pour se rendre en week-end à la campagne régulièrement, on achète de cannes à 40 millions, on met les statuettes de 220 millions dans le débarras et pour couronner le tout on met en place une commission anti- corruption pour mettre au grand jours les tares du régime.
La commission fait un ménage sélectif au sein de la mouvance présidentielle et n’a qu’écorché la pointe de l’iceberg.

Si sans l’aide de l’union européenne la mouvance présidentielle peut mener ce train de vie, que fera t-elle de l’aide ?

Une fraction de cette aide n’ira pas au peuple comme se complaisent à penser certains,
C’est comme penser qu’une souris saoulée va réussir à traverser un carrefour de chats.
La mouvance présidentielle ne se préoccupe que de façons de mettre la main sur plus de ressources. Elle ne dialogue pas avec son opposition, avec la société civile et avec les différentes composantes de la société Togolaise.

Il n’y a pas un cadre de dialogue fiable et permanent au Togo.

Ceux qui ne sont pas d’accord avec le régime sont traqués. Lorsqu’elle y est contrainte, les engagements pris ne sont pas respectés.

Le peuple Togolais veut un gouvernement responsable pour qui l’aide de la communauté internationale viendra en appoint à ses efforts et non d’un gouvernement mendiant arrogant qui réclame plus d’argent pour le gaspiller et mieux nous oppresser.

En ce 27 avril 2004, il faut rappeler à la mouvance présidentielle qu’elle a fait perdre son sens à notre indépendance et que nous avons honte de ce qu’elle fait du Togo.

Le peuple togolais doit se remobiliser pour reprendre la lutte là ou elle s’est arrêtée.
En quarante ans de dictature il est certain que nous avons pris des habitudes qui peuvent dans une certaine mesure faire obstacle au changement que nous voulons mais nous devons sortir des sentiers battus et arrêter de croire que c’est perdu d’avance.
Changeons notre attitude vis-à-vis de la question du Togo et le Togo changera.
Même si les temps sont durs pour la lutte, persévérons, Elavo, Milavo.

Il n’y a rien à espérer de ce régime qui combat l’indépendance du Togo. La violence et la mauvaise gestion, au début nous avions cru que c’était des erreurs, puis avec la répétition on a cru que c’était une habitude, avec le temps on a vu que c’était un défaut mais vu la place qu’occupe ce défaut dans le comportement général on ne peut que conclure que c’est sa nature d’être violent et de mal gérer et nous devons savoir à quoi nous en tenir.

La mouvance doit savoir que tout a une fin et qu’un 05 Octobre peut à tout moment la surprendre pendant ses tours de prestidigitation.

Élavo, Milavo.

Séna Alipui.

 

© Copyright Séna Alipui

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
19 novembre 2017
Lomé 27°C (à 19h)