Jean Hélène

In memorriam Jean Hélène

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 5 novembre 2003, publié sur ufctogo.com

Mercredi 5 novembre, s’est déroulé à Paris, au Temple Protestant de l’Oratoire, un service religieux à la mémoire de Jean HELENE, journaliste à RFI, assassiné le 21 octobre dernier. Plus de quatre cents personnes se sont déplacées pour honorer la mémoire de Jean HELENE, homme digne, simple, honnête et consciencieux dans son travail.

 

JPEG - 22.6 ko

Gilchrist OLYMPIO, Président de l’UFC, Eric ARMERDING, conseiller du Président ont assisté au culte. Dans l’assistance, on notait la présence des ministres français, De Villepin (affaires étrangères), Wiltzer (Coopération).

Au cours de la célébration, plusieurs collègues et amis de Jean HELENE lurent des témoignages émouvants sur sa vie

Comme ultime clin d’œil à ses amis, Jean HELENE avait laissé un mot dans ses affaires à Abidjan, demandant, s’il lui arrivait quelque chose que ses derniers se réunissent et écoutent Mississipi de Bob DYLAN.

Ce qui fut exaucé !

Orgue :
Choral Ein feste Burg ist U nser Gott JohannGottfried Walter

Les amis de Jean HELENE sont accueillis par

Le Pasteur Werner BURKI et
Jean-Paul CLUZEL, Président de Radio France Internationale

Après l’installation des amis, la chorale entame l’ Ave Verum Corpus de Wolfgang Amadeus Mozart

Ave Verum Corpus natum

de Maria Virgine.

Vere passum immolatum

in cruce pro homine :

cuius latum perforatum

aqua fluxit et sanguine.

Esto nobis praegustatum

in martis examine.

0 Iesu dulcis !

0 Iesu pie !

0 Iesu Fili Mariae.

Amen.

Après un temps de silence, le Pasteur Werner BURKI fera la lecture du chapitre 8, versets 6 à 19 du Livre de la Genèse

« Or au bout de quarante jours, Noé ouvrit la fenêtre de l’arche qu’il avait faite. Il lâcha le corbeau qui s’envola, allant et revenant, jusqu’à ce que les eaux découvrent la terre ferme. Puis il lâcha la colombe pour voir si les eaux avaient baissé sur la surface du sol. Mais la colombe ne trouva pas où poser la patte ; elle revint à lui vers l’arche car les eaux couvraient toute la surface de la terre.
Il tendit la main et la prit pour la faire rentrer dans l’arche. Il attendit encore sept autres jours et lâcha à nouveau la colombe hors de l’arche. Sur le soir. elle revint à lui, et voilà qu’elle avait au bec un frais rameau d’olivier ! Noé sut ainsi que les eaux avaient baissé sur la terre. Il attendit encore sept autres jours et lâcha la colombe qui ne revint plus vers lui. Or, en l’an six cent un, au premier du premier mois, les eaux découvrirent
la terre ferme.
Noé retira le toit de l’arche et vit que la surface du sol était ferme.
Au deuxième mois, le vingt-septième jour du mois. la terre était sèche.
Dieu dit à Noé : "Sors de l’arche, toi, ta femme, tes fils et les femmes de tes fils avec toi. Toutes les bêtes qui sont avec toi, de tout ce qui est chair en fait d’oiseaux, bestiaux, toutes les petites bêtes qui remuent sur la terre, fais-les sortir avec toi et qu’ils grouillent sur la terre, qu’ils soient féconds et prolifiques sur la terre" .
Noé sortit, et avec lui ses fils, sa femme et les femmes de ses fils ; toutes les bêtes, toutes les petites bêtes, tous les oiseaux et tout ce qui remue sur la terre sortirent de l’arche par famille ».

Temps de silence et témoignage de Alain Shungu, correspondant de RFI à Brazzaville (République du Congo).

Chant du psaume 24-strophes 1-2-3
Ps 24 La terre appartient au Seigneur
Ps 23 Domini est terra, et plenitudo ejus

Lecture du psaume 27 par deux collègues et amis de Jean HELENE
Christophe Champin, journaliste et Patrice Cavelier ( Directeur général adjoint )

« Le Seigneur est ma lumière et mon salut,

de qui aurais-je peur ?

Le Seigneur est la forteresse de ma vie, devant qui tremblerais-je ?

Si des malfaiteurs m’attaquent pour me déchirer,
ce sont eux, mes adversaires et mes ennemis. qui trébuchent et tombent.

Si une armée vient camper contre moi, mon cœur ne craint rien.
Même si la bataille s’engage, je garde confiance.

j’ai demandé une chose au Seigneur et j’y tiens : habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie,
pour contempler la beauté du Seigneur et prendre soin de son temple.

Car il me dissimule dans son abri au jour du malheur ;
il me cache au secret de sa tente,
il m’élève sur un rocher.

Et maintenant ma tête domine les ennemis qui m’entourent.
Dans sa tente je peux offrir des sacrifices avec l’ovation et chanter un psaume pour le Seigneur.

Seigneur, écoute mon cri d’appel !
Par pitié, réponds-moi !
Je pense à ta parole : « Cherchez ma face ! ». Je cherche ta face. Seigneur.

Ne me cache pas ta face !
N’écarte pas avec colère ton serviteur !
Toi qui m’as secouru,
ne me quitte pas, ne m’abandonne pas,
Dieu de mon salut.
Père et mère m’ont abandonné,
le Seigneur me recueille,

Montre-moi, Seigneur, ton chemin,
et conduis-moi sur une bonne route
malgré ceux qui me guettent.
Ne me livre pas à l’appétit de mes adversaires, car de faux témoins se sont levés contre moi, en crachant la violence.

Je suis sûr de voir les bienfaits du Seigneur au pays des vivants.
Attends le Seigneur ;
sois fort et prends courage ; attends le Seigneur.

Nouveau Temps de siience

Témoignage de Arnaud Wust, journaliste à France 3, ancien journaliste indépendant à Nairobi en même temps que Jean Hélène,

Chant :
Pie Jesu - extrait du Requiem de Gabriel Fauré : Pie Jesu Domine, dona eis requiem sempiternam,

Lecture de l’Evangile selon Saint-Matthieu
Chapitre 25 - 31 à 40
Lecteur : Jean-Pascal Guiot, Secrétaire Général des Antennes de RFI
« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire,
accompagné de tous les anges,
alors il siègera sur son trône de gloire. Devant lui seront rassemblées toutes les nations. et il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres, Il placera les brebis à sa droite et les chèvres à sa gauche. Alors le roi dira à ceux qui sont à sa droite : "Venez les bénis de mon Père, recevez en partage le Royaume qui a été préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger et vous m’avez recueilli ; nu, et vous m’avez vêtu ; malade et vous m’avez visité ; en prison, et vous êtes venus à moi". Alors les justes lui répondront :
"Seigneur, quand nous est- il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te donner à boire ?
Quand nous est-il arrivé de te voir étranger et de te recueillir. nu et de te vêtir ?
Quand nous est-il arrivé de te voir malade ou en prison, et de venir à toi ?
Et le roi leur répondra : « En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait »,

Temps de silence

Témoignage de Bernard Nageotte
envoyé Spécial Permanent de RFI à Libreville, Gabon.
( Il donne lecture d’un poème écrit par une haute personnalité gabonaise)

Après retentit l’Orgue accompagné par la chorale :
Partita sur le psaume 42
Comme un cerf altéré brame de Georg Boehm

Offrande : Les dons de la quête seront répartis entre
la CIMADE, association de solidarité internationale,
INITIATIVE ET CHANGEMENT, association travaillant à la rencontre entre dirigeants africains en vue de la réconciliation,
et le Temple de l’Oratoire.

Prédication par le Pasteur Werner Burki

Chant :
ln paradisurn - extrait du Requiem de Gabriel fauré.

« ln Paradisum deducant angeli : in tuo adventu suscipiant te martyres, et perducant te in civitatem sanctam Jerusalem.
Chorus angelorum te suscipiat et cum Lazaro quondam paupere aeternam habeas requiem. »

Prière : Notre Père

Bénédiction finale par les Pasteurs Baldensperger et Burki

Cantique d’envoi

A toi la gloire- Strophes 1-2-3

A toi la gloire, O Ressuscité,
Vois-le paraître ; c’est lui Jésus
Craindrais-je encore ? Il vit à jamais

A toi la victoire, pour l’éternité !
Ton sauveur, ton maître ; Oh ! ne doute plus.
Celui que j’adore, le prince de paix ;

Brillant de lumière, l’ange est descendu ;
Sois dans l’allégresse, peuple du seigneur
Il est ma victoire, mon puissant soutien

Il roule la pierre Du tombeau vaincu
Et redis sans cesse que Christ est vainqueur,
Ma vie et ma gloire ; Non je ne crains rien.

A toi la gloire, O ressuscité,
A toi la victoire, Pour l’éternité.

Comme ultime clin d’œil à ses amis, Jean HELENE avait laissé un mot dans ses affaires à Abidjan, demandant, s’il lui arrivait quelque chose que ses amis se réunissent et écoutent Mississipi de Bob DYLAN.
Ce qui fut exaucé !

Va en paix JEAN HELENE !

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
25 mars 2017
Lomé °C (à 0h)