Un grand militant pour la Démocratie au Togo

Hommage à Albert Bruce, « Djémé »

par Elliott Ohin - E. D. Yaovi - Eric da Silva , le 5 août 2003, publié sur ufctogo.com

Albert BRUCE s’en est allé. Albert n’est plus avec nous. Il a été fauché en plein combat et enlevé à la cause cette nuit du 26 Juillet 2003. Albert était un militant, un vrai, un authentique combattant de la Liberté. Il a passé le plus clair de son temps à souffrir dans sa chair et dans son âme pour cette démocratie qui à ses yeux tardait trop à voir le jour.

 

Albert Bruce, « Djémé »

Albert, encore une farce de toi, malheureusement une dernière, celle qui fait plutôt pleurer. Tu nous as habitués à les faire au moment opportun mais, cette dernière farce est arrivée trop tôt, beaucoup trop tôt et ne te ressemble pas. Nous sommes contraints de l’accepter en maudissant ce destin injuste. Mais, nous savons aussi que là où tu es, tu en ris car rien n’est jamais dramatique pour toi. Tu es de cette race d’hommes qui savent transcender les vicissitudes de l’existence, transformer le drame en comique et sortir de tes gonds quand on tente de bafouer ton credo, ABLODE.

Fils d’ABLODE, tu as fait de ce mot ton credo que tu défends avec une véhémence passionnelle. A ceux qui veulent travestir l’histoire pour assouvir leur besoin d’identité, tu as toujours su les remettre à leur place sans prendre des gants. Malheureusement tu viens définitivement de raccrocher les gants et avec ta permission nous les reprendrons pour finir le combat. Derrière ton pseudo air d’épicurien se cachent une conviction patriotique certaine pour la liberté et une bonté incommensurable qui resteront ancrer à jamais dans nos mémoires.

Un authentique fils d’ABLODE est mort, vive ABLODE ! !

Elliott Ohin
USA, 05/08/03


Le grand militant pour la Démocratie au Togo.

JPEG - 40.5 ko
Albert Bruce, << Djémé >>

Albert BRUCE s’en est allé. Albert n’est plus avec nous.

Il a été fauché en plein combat et enlevé à la cause cette nuit du 26 Juillet 2003. Albert était un militant, un vrai, un authentique combattant de la Liberté. Il a passé le plus clair de son temps à souffrir dans sa chair et dans son âme pour cette démocratie qui à ses yeux tardait trop à voir le jour.

Handicapé par la maladie pendant quelques années, il est parvenu à surmonter cette indisposition grâce à la grande force intérieure qui l’animait, convaincu qu’il devait assister à la libération de notre chère patrie des jougs de la dictature. C’est au moment où il a recouvré toutes ses forces, qu’il a vaincu la maladie, qu’il s’est remis à vivre et à reprendre le flambeau de la lutte que cette maudite voiture l’a arraché à la vie. Tous les combattants de la Liberté, surtout ceux de la première heure, ont perdu un grand camarade de lutte. D’autres ont perdu un ami.
Sa famille a perdu un enfant des plus valeureux
et le Togo a perdu un grand de ses fils épris de Liberté.
C’est tout un pays qui a de bonnes raisons de se dire orphelin.

Toux ceux qui le connaissaient témoigneront aujourd’hui et demain de son engagement sans faille pour la grande cause togolaise. Oui, Albert fait partie de ceux qui ont compris très tôt la vraie nature du régime qui sévit au Togo depuis quatre décennies. C’est aux toutes premières heures des années quatre vingt qu’il a débuté son combat implacable contre la dictature. Il a fait partie de tous les grands rassemblements de Paris : depuis le MTD (Mouvement Togolais pour la Démocratie) jusqu’au CTR (Comité Togolais de Résistance) en passant par la Table Ronde de Paris en 1991.
Son dévouement à la cause se révélait le plus souvent fort utile. C’est ainsi que faute de lieu de réunion, il lui arrivait de mettre à la disposition de la communauté en lutte un local de sa résidence.
A l’UFC ou à la RNDP (Rassemblement National Démocratique Populaire) il était présent partout pour faire avancer la lutte. Certains le trouvaient même insensé tellement il défendait sa cause avec passion et fougue. Ses coups de gueule tout comme ses plaisanteries décontenançaient plus d’un. Son dernier combat a été de défendre à sa manière par une lettre ouverte publiée sur le site de Diastode, la mémoire de la lutte depuis Sylvanus jusqu’à Gilchrist OLYMPIO. Combat juste ou non, c’est l’histoire qui tranchera.

Lui, il s’en est allé.

Il s’en est allé avec sa fougue et sa détermination. Il aurait bien voulu continuer le combat pour un Togo libre et démocratique.
Il s’en est allé avec l’idée fixe qui le hantait et que même la mort ne pourra lui arracher : LIBERTE SUR LA TERRE DE NOS AIEUX. Son combat inachevé doit être poursuivi jusqu’au bout parce que ce combat est juste et pour que son âme puisse se reposer en paix.
La lutte continue.

E. D. YAOVI - Paris, France


Un fils d’ABLODE

La guerre est-elle un art de vivre
Pour l’Afrique dite noire ?

Les Africains sont embrigadés par leurs dirigeants africains
Qui, sans conscience, deviennent toujours plus mesquins

Vous nous tenez en respect
A cause de notre résignation de fait

Hommage à nos héros qui passèrent tous par le sacrifice suprême

Leurs actes de bravoure
Libéra un moment le peuple
Et leur existence à jamais immortalisée
Est aujourd’hui gravée sur les pierres
Les arbres, dans les forêts et les brousses
Où on les traqua

Les Frenchies continuent leur oeuvre de spoliation
Et inlassablement se livrent à une folle exploitation

Debout comme un seul homme, nous parviendrons
A rompre définitivement l’indésirable cordon
Et pourrons enfin crier aux Frenchies
"Nous sommes désormais affranchis"

Le temps viendra
Quand ce peuple le voudra
Avec toute son énergie sautera
Et ton siège immérité il occupera

Avant la mort, même à genoux, battez-vous
Les rescapés de cette bataille inéquitable
Serviront la défense d’un changement véritable

Les détonations, les déflagrations, les pleurs
En Afrique se tairont
On n’entendra plus ni gémissements ni plaintes
Tous réapprendront à s’aimer
Les campagnes et les villes baigneront dans l’amour
Cette douce affection autrefois sacrifiée
Sur l’autel d’un impérialisme pervers

Toi, un fils d’ABLODE, tu es allé retrouver mon père
Ton vieil ami, repose en paix Albert
La paix en toi, en vous, en eux
Bercera le tranquille développement de l’Afrique

Eric da Silva - Paris, France
Adaptation des poèmes du Dr Gahlia Njongoh Gwangwa’a

 

© Copyright Elliott Ohin - E. D. Yaovi - Eric da Silva

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
21 août 2017
Lomé 27°C (à 17h)