Un peuple, une foi

Hamburg, 25 janvier 2004

par UFC Allemagne , le 25 janvier 2004, publié sur ufctogo.com

Le 25 janvier est une journée des martyrs. C’est le 25 janvier 1993 que des militaires réprimèrent une manifestation pacifique de la population de Lomé en faveur de la démocratie, de l’installation d’un Etat de droit et pour soutenir le Haut Conseil de la République, parlement de transition. Cette mobilisation entraîna une répression militaire, barbare et aveugle durant toute la semaine du 25 au 31 janvier 1993, et provoqua l’exode massif vers l’étranger de centaines de milliers de Togolais.

 

Pour se souvenir, honorer la mémoire de ces martyrs et des autres victimes de la dictature de M. Eyadéma, l’UFC-section Allemagne organisait un meeting-débat à Hamburg. L’enjeu d’une telle rencontre avec la diaspora en Allemagne était double : 1-analyser la situation actuelle au Togo et explorer, ensemble les solutions susceptibles de résoudre la crise qui perdure, et 2- aborder la dramatique situation des réfugiés en Allemagne, particulièrement.

JPEG - 20.1 ko

Ce fut une rencontre réussie, au-delà de toutes les espérances pour les organisateurs. Car, c’est une communauté togolaise très forte venue des quatre coins de l’Allemagne, qui s’est mobilisée, bravant le froid et la neige pour dialoguer avec le président de l’UFC. Nos compatriotes réservèrent à Gilchrist Olympio un accueil à la manière de Lomé : à son entrée dans la salle archicomble, il fut ovationné par une foule immense et multicolore (beaucoup de militants arboraient nos couleurs : foulard, fanion, palmier) durant un quart d’heure, avec des chants patriotiques et révolutionnaires.

Après la présentation du présidium et le mot de bienvenue lu par le président de la section Allemagne de l’UFC, Folly Valentin Acouetey, un petit rappel historique a été fait sur cette date de 25 janvier qui est une date inscrite en lettres de sang dans l’histoire du peuple togolais en lutte pour sa libération totale de la dictature d’Eyadema.

Après ce bref rappel, la parole fut donnée à Gilchrist Olympio. Emu et comblé d’aise par l’enthousiasme de ses compatriotes, le président de l’UFC a délaissé l’allocution qu’il devait prononcer pour s’adresser directement à ses compagnons. Galvanisé et s’exprimant en mina, il a exhorté les Togolais à garder courage et détermination, car a-t-il dit, la fin du régime dictatorial, totalitaire et sanguinaire d’Eyadéma est très proche.

Dans son adresse, Gilchrist Olympio a rappelé que « nous sommes face à un adversaire particulièrement brutal, un pays où l’impunité est érigée en norme de gouvernement. Rappelons a-t-il dit, qu’aucun crime ou violation des droits de l’homme commis par ce régime n’a été jugé, encore moins reçu un début d’investigation.

Voilà pourquoi, en tant que responsable politique, nous devons être très attentifs. Il s’agit de savoir canaliser l’énergie bouillonnante de notre jeunesse de plus en plus revendicatrice et la demande de justice de notre peuple.

Nous devons éviter le pire pour notre pays car la situation dans les pays voisins (Libéria, Cote-d’Ivoire, Sierra Léone) avec des chefs de guerre incontrôlables et incontrôlés doit nous faire réfléchir. C’est pour nous éviter ces chaos que nous plaçons nos démarches dans le cadre de la prévention des conflits en sollicitant le concours des Nations Unies et de la communauté internationale...Face à la crise politique persistante et à l’Etat de guerre dans notre sous région, nous sommes soucieux d’aboutir à un dénouement paisible et sans effusion de sang dans notre pays... Il est donc nécessaire que la communauté internationale, notamment les Nations Unies, l’Union européenne, les grandes puissances, les ONGs et notre propre Diaspora s’impliquent davantage avec nous dans la recherche et la mise en place d’une alternance paisible au Togo... En cette année 2004, l’UFC est plus que jamais déterminée à poursuivre le combat pour la fin de la dictature au Togo. Pour ce faire :

- elle concentrera son action sur l’explication et la mise en œuvre des propositions de sortie de crise qu’elles a faites devant la Commission Coopération et Développement du parlement Européen le 1er Octobre 2003 ; un des points majeurs étant la formation d’un gouvernement de transition pour l’organisation de nouvelles élections législatives et présidentielle sous la supervision de l’Union européenne et des organisations internationales, avant, pendant et après ces élections ;

- elle mobilisera toutes les forces démocratiques du pays pour cette action ;

- elle engagera un dialogue franc et direct avec les partis de l’opposition démocratique afin de les impliquer pleinement dans cette action ;

- elle maintiendra un contact permanent avec l’Union européenne pour que celle-ci déclenche la procédure de consultation qui devra aboutir à une solution de sortie de crise conforme à nos propositions devant le Parlement européen...

Il a ensuite abordé la mise en œuvre par la Commission européenne de la procédure de consultation entre l’Union européenne et le Togo dans le cadre de l’article 96 de l’Accord de Cotonou. Selon Gilchrist Olympio, la politique de coopération entre l’Union européenne et le Togo est conditionnée par une réinstauration totale de la démocratie, le respect des droits de l`homme et des libertés fondamentales, y compris la liberté des médias...

Evoquant le communiqué de la Commission, Gilchrist Olympio a précisé a ses compagnons que « ces consultations avec le Togo doivent permettre de déterminer "s`il y a lieu de maintenir la décision de la non-reprise de la coopération du 14 décembre 1998 ou de prendre des nouvelles mesures appropriées au titre de l`article 96 de l`Accord de Cotonou »

Vint alors le débat.

Nombre de problèmes furent posés : la situation socio-politique et économique du Togo ; la stratégie de la lutte ; la situation des réfugiés en Allemagne ; etc.

Avec bonne grâce, Gilchrist Olympio a répondu aux pertinentes questions qui lui furent posées. Il a notamment réitéré ses propositions de sortie de crise faites à l’Union Européenne. Répondant à une autre question relative à l’après Eyadéma, le leader emblématique de l’opposition togolaise a parlé de la redynamisation de l’économie togolaise actuellement malade. C’est dire qu’après Eyadéma, des négociations seront entamées avec les partenaires tels que l’UE, les USA, le Canada et les institutions de Brettonwood (FMI et Banque Mondiale) pour la reprise de la coopération internationale et la renégociation de la dette extérieure. Il a en outre recommandé à ses compatriotes de profiter de leur séjour à l’étranger pour apprendre un métier car le Togo aura bientôt besoin de leur savoir-faire pour sa reconstruction.

Après ce dialogue, Gilchrist Olympio est descendu dans la salle archicomble afin de saluer directement ses compagnons qui lui avaient réservé un accueil digne de l’homme d’Etat qu’il est.

La rédaction ufctogo.com

JPEG - 33.2 ko

Gilchrist Olympio à Hambourg

par UFC Section Allemagne

25 janvier 2004. Il soufflait un vent glacial sur Hambourg, Ville - Etat et un des Länder allemands composant la République Fédérale, située au Nord du pays, á proximité de la mer du Nord.

Ville de 750 km² et de presque 2 millions d’âmes, Hambourg, membre fondateur de la ligue hanséatique accueillait en cet anodin dimanche, le président national de l’Union des Forces de Changement.

Les horloges marquaient 09:00 heures. En cette période hivernale un épais brouillard couvrait la ville. Et malgré le froid, sur la Klosterwalle, une marée humaine avait pris très tôt d’assaut la Markthalle, la mythique salle de spectacle de la cité hambourgeoise.

L’arrivée prématurée des militants et sympathisants venus de tous les coins de l’Allemagne, pressés et impatients de voir et écouter le leader charismatique de l’opposition, et massés à l’entrée, contraint les organisateurs à ouvrir la porte d’entrée un peu plus tôt que prévu. L’accès à la salle était prévue pour 11:00 heures ; mais à 10:20 heures, les 600 places assises étaient toutes occupées.

Les murs de la salle étaient couverts des photos des victimes de la barbarie militaire d’Eyadema entre autres les Tavio Amorin sur son lit de mort, et Marc Atidepe criblé de balles, couvrant de son corps un Gilchrist Olympio gisant dans son sang.

Des chants patriotiques entrecoupés de slogans étaient joyeusement poussés par une foule heureuse d’être à ce rendez-vous de M. Gilchrist Olympio.

L’instant magique était l’annonce et l’entrée du président national de l’U.F.C ; la salle, toute la salle debout, durant de très longues et interminables minutes, dans une ferveur et de liesse générale salua par un tonnerre d’applaudissements, entrecoupés de chansons populaires le fils du premier président de la république du Togo. Un instant féerique.

Touché, M. Gilchrist Olympio ne pouvait s’empêcher de laisser éclaté son émotion. Un tel accueil, sensiblement chaleureux ne pouvait laisser personne indifférent.

GIF - 33 ko

Outre la minute de silence observé en mémoire des filles et fils de la Terre de nos aïeux tombés sur-le-champ d’honneur, la prière dite pour implorer la bénédiction du Tout puissant sur le Togo, et le chant en chœur de l’hymne national, le président de la Section Allemagne de l’U.F.C va souhaiter dans une brève intervention la bienvenue au président Gilchrist Olympio et à la délégation qui l’accompagne.

Avant l’intervention du président Gilchrist Olympio, M. Anouvi, Vice-président de la sous-section N.R.W a fait un bref rappel de la barbarie militaire d’Eyadema orchestrée le 25 janvier 1993 au Togo.

Invité à prendre la parole, le président Gilchrist Olympio sera encore et très longtemps ovationné.

Toujours égal à lui même, franc, sincère et direct, M. Gilchrist Olympio a présenté l’état actuel de la crise togolaise, des nouvelles avancées, de ses propositions faites au parlement européen, et du nouvel ultimatum donné par l’Union Européenne au régime de terreur en place au Togo avant de répondre aux nombreuses interrogations posées. Le président a été plusieurs fois interrompu par des applaudissements nourris.

Emu et très impressionné, le chef de file de l’opposition décida spontanément de serrer quelques mains. Que de peines pour les organisateurs de contenir une foule heureuse de voir de très près, de toucher « l’espoir du peuple togolais ».

Au-delà de cet accueil chaleureux réservé au leader de l’U.F.C, c’est une manifestation de l’expression d’un peuple avide de la liberté, de la justice, d’un vrai changement.

Le président Gilchrist Olympio à l’issue de ce bain mouvementé, a reçu dans à son l’hôtel, les journalistes, des avocats et des responsables des ONG pour une conférence de presse.

Il reprendra l’avion peu après pour Paris.

Ablode

UFC Section Allemagne


Les leçons d’une visite

Le 25 octobre 2000, Eyadema, chef de l’Etat togolais se faisait copieusement lapider à la foire de Hanovre en Allemagne où il s’est rendu avec certains membres du gouvernement de l’époque. Mal lui en a pris, car les Togolais réfugiés dans le pays n’ont pas supporté que celui qui est l’auteur des crimes et assassinats politiques, le premier responsable et bénéficiaire de l’ état de terreur qui les a jetés sur la route de l’exil et poussés jusqu’à cette terre d’asile, puisse aussi librement et sans vergogne venir circuler sur cette terre qui les accueille et les protège. Jets de pierres, coups de gueule et cris de colère constituèrent le menu de l’accueil. Pire, il a fallu de très peu qu’Eyadema soit physiquement agressé.

Le 25 janvier 2004, c’était le tour de M. Gilchrist Olympio son adversaire politique, principal leader de l’opposition togolaise de se rendre à Hambourg, juste à 150 km du lieu de calvaire de Gnassingbé, sur invitation des militants de son parti l’U.F.C.

L’accueil, à l’opposé de celui réservé à l’usurpateur togolais à Hanovre, fut euphorique, proportionnel à la carrure et l’envergure de l’hôte : ici, à la place des jets de pierres, c’est des Ablodés nourris ; de la rage exprimée, des chansons d’éveil de conscience et de gloire ; bref, une ambiance de fête digne aux retrouvailles des fils d’une même nation après une longue séparation forcée.

JPEG - 23 ko

A telle enseigne que, ému et dopé par la liesse de plus de 2000 compatriotes agglutinés dans une salle qui devait en prendre à peu près 1500 personnes, M. Olympio a hasardé un bain de foule duquel il sortit tout en sueur, tellement, personne, y compris les invités ne voulait rater l’occasion offerte ne serait-ce que pour le voir de plus près et pourquoi, pas le toucher pour mieux le sentir.

De cette rencontre, il en ressort, a t-on besoin de le dire, la nette confirmation du rejet du régime Eyadema et des hommes qui l’incarnent et du choix maintes fois exprimé par le peuple.

L’accueil réservé à M. Gilchrist Olympio à Hambourg était ni plus ni moins celui d’un chef d’Etat.

Puisse Eyadema le comprendre et en tirer toutes les leçons ?

 

© Copyright UFC Allemagne

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
23 mai 2017
Lomé 28°C (à 00h)