Elections

Halte à l’insécurité politique au Togo

par Eric Dupuy (UFC) , le 5 novembre 2009, publié sur ufctogo.com

 

Les populations togolaises assistent encore aujourd’hui, comme lors des élections présidentielles passées, à une recrudescence de l’insécurité, de la violence et de la terreur, entretenue en toute impunité par le régime RPT, sur toute l’étendue du territoire national. Ces manœuvres organisées et planifiées, sont destinées à créer un climat de peur en vue de contraindre les populations à s’exiler et de dissuader les électeurs à prendre part au scrutin

C’est dans cet esprit que le régime RPT réactive, depuis septembre 2009, ses milices dont le GRAP (Groupement de Réflexion et d’Appui au Parti RPT) avec le concours zélé du tristement célèbre Major Bilizim Kouloun, mis en cause par le rapport d’établissement des faits des Nations Unies après les évènements de 2005, pour avoir organisé des tueries dans la préfecture de l’Ogou.

En raison de sa culture de l’arbitraire et de l’impunité, le régime au pouvoir maintient chaque citoyen dans la hantise d’être à tout moment tabassé en pleine rue, ou convoqué, enlevé manu militari sans aucun mandat, pour se voir arbitrairement gardé en détention dans un centre de police, de gendarmerie ou ailleurs et subir toutes les formes de violence qui vont de la simple intimidation à l’exécution sommaire.

Ainsi, à Lomé tout comme à l’intérieur du pays, les populations sont l’objet d’intimidation, de harcèlement et d’exactions de toutes sortes :

• Dans la nuit du 27 octobre 2009, Monsieur Vincent SODJI, président de la sous-section UFC de Mangouassi dans la préfecture de Wawa, a été arrêté à son domicile par la police au motif qu’il serait en possession de tenues militaires, de casques et de fusils. Après quatre jours de détention au commissariat de Badou, il a été déféré à la prison civile d’Atakpamé où il croupit.

• Le 28 octobre 2009, des éléments du régiment para commando (bérets rouges) du camp Landja ont passé à tabac les populations de la ville de Kara dans les bars et boîtes de nuits.

• Dans la matinée du 29 Octobre 2009, un bus de l’Université de Lomé, transportant des étudiants, a été arrêté par des éléments du 2éme RIA d’Adidogomé. Débarqués manu militari du bus qui a été saisi, les étudiants ont été l’objet d’humiliation, de menace et ont été contraints de poursuivre le trajet à pied

• Dans la nuit du 29 au 30 octobre 2009, un jeune homme du nom de Atsu DOGBLE a été froidement abattu à Aképé dans la préfecture de l’Avé, par un caporal du 2ème RIA d’Adidogomé en « patrouille » dans la région.

• Régulièrement, des actes d’intimidation, destinés à entraver le libre exercice de leurs activités politiques, sont perpétrés par les préfets et les chefs traditionnels à l’encontre des responsables et militants de l’Union des Forces de Changement (UFC).

L’Union des Forces de Changement (UFC) dénonce et condamne fermement la stratégie de violence du RPT qui cherche à se maintenir au pouvoir, contre la volonté populaire.

L’UFC demande à la communauté internationale d’aider le Togo à garantir la sécurité de ses populations avant, pendant et après l’élection présidentielle de 2010 en s’assurant de la neutralité politique de l’administration, de l’armée et des forces de sécurité par le déploiement conséquent d’observateurs militaires en termes d’effectif et de durée.

L’UFC appelle les populations togolaises à rester vigilantes, à ne pas céder aux menaces et à s’opposer, par tous les moyens aux manœuvres sordides du RPT. Elle invite chaque togolaise et chaque togolais à prendre part activement à la libération de notre pays du joug de la dictature RPT en votant massivement pour le véritable changement en 2010.

Lomé, le 05 Novembre 2009
Pour le Bureau National
Le Secrétaire Général


Jean-Pierre FABRE

 

© Copyright Eric Dupuy (UFC)

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
24 novembre 2017
Lomé 31°C (à 15h)