Virus H5N1

Grippe aviaire : L’Afrique sous la menace

par Wal Fadjri (Sénégal) , le 19 octobre 2005, publié sur ufctogo.com

 

La grippe aviaire, qui a tué soixante personnes et entraîné la destruction de millions de volailles en Asie depuis 1967, aurait des conséquences catastrophiques si elle gagnait l’Afrique, où la volaille constitue un apport important en protéines de la population. Des experts expliquaient hier que l’Afrique n’était pas prête à faire face à une telle épizootie, qui menace en particulier la vallée du Rift, dans l’est du continent, où la population est déjà fragilisée par le sida et le paludisme.

Les oiseaux migrateurs venus d’Asie, vecteurs potentiels du virus H5N1 qui a déjà gagné certains pays d’Europe, font escale en hiver dans la vallée qui s’étend sur 5 000 km, du nord de la Syrie au centre du Mozambique. Dirk Verwoerd, président du Groupe vétérinaire de volailles de l’Association vétérinaire sud-africaine, explique que les oiseaux s’arrêtent aux points d’eau qu’ils souillent de leurs fientes contenant le virus, au risque de contaminer les volailles partageant ces points d’eau. Doug Harebottle, de l’Unité de démographie aviaire de l’Université du Cap, explique que trois grands itinéraires de migration passent par l’Afrique. L’un de ces itinéraires, emprunté par des oiseaux de l’ouest et du nord de l’Europe, suit la côte ouest de l’Afrique. Un autre, utilisé par des oiseaux d’Europe centrale, du Proche-Orient et d’Asie centrale, suit la vallée du Rift, tandis que les oiseaux de l’est de l’Asie survolent la côte est de l’Afrique, le long de l’océan Indien. Les autorités de la région ont prévu de se rencontrer ce mois-ci au Rwanda pour mettre en œuvre une stratégie.

Alfred Owino, ornithologue au Musée national du Kenya, a déclaré que son institution entreprendrait une étude sur la migration des oiseaux au Kenya. Le Kenya a annoncé mardi qu’il interdirait les importations de volailles des pays où la grippe aviaire a été signalée. Les Comores lui ont emboîté le pas le lendemain. Mais les autorités reconnaissent que le principal danger vient des milliers d’oiseaux migrateurs qui affluent dans le petit archipel.

L’Afrique australe pourrait être moins menacée car nombre d’espèces de migrateurs y séjournent dans les eaux côtières, ce qui réduit le risque de contamination des volailles élevées à l’intérieur des terres. L’Afrique du Sud ne s’en prépare pas moins à toute éventualité et son département de la Santé a annoncé la semaine dernière qu’il accélérait la procédure d’homologation du Tamiflu, un antiviral utilisé contre la grippe.

 

© Copyright Wal Fadjri (Sénégal) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
18 décembre 2017
Lomé 28°C (à 09h)