Salsa

Gnonnas Pedro, Le « Dadjè » de l’afro-cubain s’est éteint

par Ekoué SATCHIVI , le 17 août 2004, publié sur ufctogo.com

Funeste été pour la musique béninoise et africaine. Gnonnas Pedro, le virtuose des rythmes Agbadja et afro-cubain, s’est éteint dans la journée du jeudi 12 août 2004 au Centre national hospitalier universitaire Hubert Maga de Cotonou. L’auteur et interprète de la célèbre chanson « Dadjè von o von non » était âgé de 61 ans.

 

JPEG - 7.5 ko
Photo © africafest.com

La voix béninoise du groupe Africando s’est éteinte. Symbole sur scène de la persévérance, de l’énergie, de l’enthousiasme et de la bonne humeur ; Gnonnas Pedro, le virtuose de la guitare et chanteur de classe s’en est allé, terrassé par un cancer. de la prostate. Mal en point, il était soigné depuis quelques temps à l’unité d’urologie du Centre hospitalier de Meaux en France. Malgré le courage démontré par le fécond salsero, son état de santé n’a cessé de se détériorer jusqu’à son rapatriement au pays de ses ancêtres dans la soirée du mercredi du 11août 2004. Ramené dans un état critique sur le sol béninois, Gnonnas Pedro y poussera son dernier soupir, entouré des membres de sa famille.

Reconnu à l’état civil de son pays sous l’identité de Pierre Kuassivi Sossou, et est originaire de la ville de Lokossa dans le Département du Mono, il est né le 10 janvier 1943 à Cotonou. Issu d’une famille de musiciens, avec un père responsable de chorale et deux frères, l’un bassiste et l’autre saxophoniste, il fut formé à l’école de Théophile do Rego alias El Rego, fin harmoniciste, chef d’ orchestre et propriétaire du « Play Boy », célèbre discothèque du quartier Jonquet à Cotonou, et doyen de la musique béninoise moderne.
Doté d’une voix captivante, et guitariste de talent, Gnonnas Pedro, dirigea l’orchestre Los Panchos de Cotonou, rebaptisé plus tard les Dadjès Band. Féru de la musique Agbadja traditionnelle, il en fera sa base rythmique tout en lui apportant des touches modernes. Ses premières sorties discographiques ont été marquées par des titres comme Mon complet neuf, Faux témoignage, Djédjé vigné, qui ont danser un peu partout les mélomanes au Dahomey (aujourd’hui Bénin) et dans la sous-région africaine. Sans exagération aucune, ils sont nombreux, ces admirateurs qui savent fredonner sans erreur les principaux morceaux de leur idole.

Véritable artiste né, Gnonnas Pedro qui a également travaillé les rythmes Highlife du Ghana et le Juju du Nigeria, très dansés tout le long du Golfe de Guinée, est l’auteur du morceau Dadjè von o von non, bien apprécié au Togo voisin au point adopté depuis lors comme la chanson fétiche de la sélection locale de football. Chanteur polyglotte, Gnonnas Pedro aborde des thèmes aussi variés que les scènes de la vie, la femme, l’amour, la traite négrière qui sont exécutés en fon, mina, adja , yoruba, français, anglais et en espagnol .La notoriété de l’artiste dépassera par la suite le cadre béninois. Avec d’autres titres comme Azo Nkplondoun Ndé, La musique en vérité, Dagamassi, Irmakoï, Combinacion, Gnonnas Pedro fit de nombreuses tournées musicales à travers le monde, pour faire connaître ses compétences d’artiste majeur.

Intégration réussie au sein du groupe Africando

Après avoir fait danser toute l’Afrique de l’Ouest, Gnonnas Pedro partira à la conquête de nouveaux horizons. En.1995, il fera son chemin au sein de l’ensemble musical Africando créé trois années plus tôt sous l’initiative du producteur Ibrahim Fall et placé sous la direction de Boncana Maïga, ancien étudiant en musique à La Havane au Cuba..

Véritable lieu de retrouvailles d’artistes africains férus du rythme afro-cubain, ce collectif musical aura donné l’opportunité au génie de Lokossa de s’éclater davantage sur le plan international. Gnonnas Pedro enregistrera au total quatre albums studio avec ses amis ; entre autres Sékou Bambino, Médoune Diallo, Ronnie Barro, avec des reprises de certains de ses anciens succès discographiques. En quatre décennies d’activités musicales, Pierre Kuassivi Sossou qui est membre de l’Association des musiciens et chanteurs du Bénin (AMCB), compte parmi les artistes s’étant inspirés de la musique traditionnelle pour l’adapter aux exigences modernes. Si le succès enregistré par le groupe Africando depuis sa création en 1992, a propulsé le regretté Gnonnas Pedro sur le plan international, la carrière passée du Dadjè, demeure longue et plurielle. Auteur de seize 33 tours, dix 45 tours et cinq CD, l’histoire retiendra de lui qu’il fut un artiste surdoué et exceptionnel .

Un artiste dit-on, ne meurt jamais. Pour le chantre de l’Agbadja qui vient de traverser la rive de la vie, ses albums qui constituent un véritable label, sauront aussi longtemps consoler ses nombreux admirateurs.
Par Ekoué Satchivi

 

© Copyright Ekoué SATCHIVI

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
27 mars 2017
Lomé °C (à 0h)