Transition

Gilchrist Olympio : « le Togo doit surtout éviter la violence »

par AFP , le 5 février 2005, publié sur ufctogo.com

 

Le principal opposant au président togolais Gnassingbé Eyadéma, Gilchrist Olympio, a déclaré dans une déclaration à l’AFP souhaiter que la mort annoncée samedi du président permette que le "Togo se mette sur le chemin de la démocratie".

"Je souhaite des élections transparentes et libres dans les deux, trois prochains mois", a-t-il ajouté dans un entretien téléphonique à Paris où il vit en exil depuis 1999 après avoir reçu des menaces de mort.

Gilchrist Olympio a l’intention de se rendre au Togo "après en avoir parlé avec son parti", l’Union des forces du changement (UFC).

M. Olympio désire aussi que son pays "évite surtout la violence", après la mort du président, âgé de 69 ans.

Selon l’opposant, Eyadéma est "mort d’une crise cardiaque dans l’avion qui le transportait en Israël pour des soins".

"J’ai toujours mené une opposition à un régime politique (...) même s’il a asssassiné mon père", a-t-il ajouté.

En janvier 1963, Eyadéma avait participé activement au renversement du premier président, Sylvanus Olympio, père de Gilchrist.

L’opposant veut également que les engagements démocratiques pris par le Togo vis à vis de l’Union européenne, qui avait suspendu ses aides en 1992 en raison de la répression de l’opposition, "soient mis en oeuvre". Des élections législatives étaient notamment prévues pour le premier semestre 2005.

Plusieurs fois condamné à mort par contumace, Gilchrist Olympio, a été blessé en 1992 dans un attentat au Togo.

Lire aussi : Le président de l’UFC, Gilchrist Olympio

 

JPEG - 32 ko
Gilchrist Olympio

 

AFP

 

© Copyright AFP - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
24 juin 2017
Lomé 26°C (à 05h)