Communiqué

Gilchrist Olympio empêché de regagner Lomé

par UFC , le 18 juillet 2006, publié sur ufctogo.com

 

Le dimanche 18 juillet 1999, M. Gilchrist OLYMPIO devait regagner Lomé, afin de participer aux négociations inter-togolaises prévues pour commencer le lundi 19 juillet 1999.

Le gouvernement togolais a empêché , en violation de l’ Accord de Paris, les populations togolaises d’accueillir M. Gilchrist OLYMPIO, selon le programme rendu public par l’UFC depuis le vendredi 9 juillet 1999.

En effet, M. Gilchrist OLYMPIO est arrivé ce dimanche 18 juillet 1999, à la frontière ghanéo-togolaise d’Aflao. Il y a constaté la mise en œuvre des mesures prises par le gouvernement pour empêcher son accueil, de même que des carences graves dans le dispositif de sécurité prévu pour sa protection, comme la présence du capitaine ATI au sein de la Force spéciale de sécurité ; Cet officier avait déjà dirigé, lors de l’élection présidentielle du 21 juin 1998 l’opération de destruction des urnes du centre de vote de Notre Dame des Apôtres alors qu’il commandait la Force Mobile chargée de la sécurité des élections. M. Gilchrist OLYMPIO est donc retourné au Ghana en attendant que des solutions soient apportées aux problèmes de son accueil et de sa sécurité.

L’UFC voudrait, d’abord et avant tout , remercier les populations togolaises de s’être déplacées aussi massivement, malgré les nombreux actes d’intimidation, pour accueillir M. Gilchrist OLYMPIO. Elle les exhorte à garder la même détermination.

L’UFC réaffirme sa ferme volonté de participer aux négociations inter-togolaises en vue de rechercher à la grave crise que traverse notre pays, des solutions justes, durables et acceptables par tous. L’UFC déplore que le gouvernement ait pu poser, en violation de l’ Accord de Paris, et malgré la présence des Facilitateurs, des actes (empêchement de l’accueil de M. OLYMPIO et exactions sur les populations) qui créent un climat de tension compromettant gravement le démarrage des négociations le lundi 19 juillet 1999.

L’UFC déplore également que la question de la sécurité ne reçoive pas le traitement nécessaire pour mettre en confiance les participants aux négociations . Elle demande qu’il soit remédié aux graves carences relevées dans le dispositif de sécurité avant l’ouverture des négociations.

L’UFC invite les Facilitateurs à trouver, dans les meilleurs délais, des solutions aux problèmes de l’accueil de M. OLYMPIO ainsi qu’à ceux de la sécurité afin qu’elle puisse prendre part aux négociations.

Pour le Bureau National
Le Secrétaire Général
Jean-Pierre FABRE

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
24 juin 2017
Lomé 26°C (à 12h)