Présidentielle 2003

Gilchrist Olympio a officiellement déposé sa candidature

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 1er mai 2003, publié sur ufctogo.com

Après le meeting du 26 avril dernier, le président de l’UFC avait promis à ses compagnons de revenir à Lomé en début de semaine pour accomplir les formalités de candidature. C’est ainsi que Gilchrist Olympio est revenu dans la capitale togolaise, mardi 29 avril, pour aller finaliser son dossier de candidature auprès de la Cour constitutionnelle.

 

En dépit de nouvelles tracasseries à la frontière d’Aflao (Togo-Ghana)-attente de deux heures-le leader de l’UFC a pu se rendre au Centre hospitalier universitaire (Tokoin Campus) pour accomplir le contrôle médical. Accompagné par une foule immense (cortège de zémidjans, vélos, automobiles, des sympathisants à pied), Gilchrist Olympio s’est ensuite rendu à la Cour constitutionnelle pour légaliser sa signature.

Que de monde ce mardi ! Lomé était habillé de jaune, couleur de l’UFC. La rue nous appartenait ; c’était un spectacle de fraternité, un sentiment d’espoir et de force invincible animait chacun. Ce sont les signes du changement et du renouveau : c’est inéluctable. Cette gigantesque mobilisation des Loméens ce mardi, plus de 100.000 personnes, prouve que la fin de la dictature d’Eyadéma est irréversible. Notre peuple est impatient, il a soif de liberté... Que le tyran et ses hommes de main prennent garde !

Cependant, l’administration fiscale togolaise n’a pas voulu lui fournir le quitus fiscal qu’il réclamait, arguant du fait que « M. Olympio ne disposant pas de revenu au Togo, l’administration fiscale ne pourrait lui délivrer cette pièce ». En effet, M. Olympio n’est pas imposable au Togo parce qu’il n’y exerce aucune activité et que ses revenus n’y sont pas domiciliés. C’est précisément pour cette raison que le Président de l’UFC a présenté un quitus fiscal délivré par les services fiscaux français (son pays de résidence). Tout cela conformément à une convention signée entre la France et le Togo qui permet à tout ressortissant de l’un de ces pays de s’acquitter de ses impôts dans son pays de résidence... Cette convention qui est du reste très ordinaire entre beaucoup de pays, permet tout simplement de ne pas être imposable deux fois.

Dans le cas du président de l’UFC, sa demande de quitus fiscal auprès de l’administration fiscale togolaise consistait à se faire valider son quitus fiscal, et à faire attester par cette administration que sa situation fiscale est en règle.

Le refus d’homologuer le quitus fiscal de M. Olympio est une manœuvre politique de plus visant à exclure le candidat du peuple.

Les Togolais ne sauraient l’accepter. Ces derniers jours, nous avons réussi à montrer que notre véritable force est le peuple. Que ceux qui se mettent en travers de la volonté populaire prennent garde et sachent que la patience du peuple a des limites...

La rédaction UFCTOGO.COM

Lire également >>> La convention fiscale Togo-France

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
24 avril 2017
Lomé 33°C (à 16h)