Censure

France : le cas Dieudonné...

par AFP , le 22 février 2004, publié sur ufctogo.com

Ils sont venus par centaines scander le slogan "liberté d’expression" et soutenir Dieudonné qui a décidé de faire son show debout sur une estrade installée sur le trottoir en face de l’Olympia, la salle où il aurait du donner son spectacle vendredi soir et qui lui a été interdite.

 

JPEG - 4.1 ko

L’humoriste lève les bras, salue ses fans, les "descendants d’esclaves", les "rebeus", les "blacks" et aussi les blancs de tout âge massés sur le boulevard parisien des Capucines, quadrillé par les CRS. "On t’aime", hurlent des jeunes filles en brandissant leur appareil photo.

L’humoriste se fait attendre, donne interview sur interview, certaines à des télés et radios arabes. On installe en même temps une sono. Quand Dieudonné saisit enfin le micro, l’assemblée de plus d’un millier de personnes (1.200 selon la police), presque autant que les spectateurs qu’il aurait réunis dans la salle, chavire. "C’est pas les conditions idéales pour faire un sketch, j’aurais été mieux à l’Olympia", dit-il. Il commence par "la fine équipe du onze" septembre, un de ses numéros les plus connus.

Le rappeur Joey Starr est là. L’écrivaine Calixte Beyala, engagée contre la discrimination dans les médias, aussi. L’ancien judoka Djamel Bourras prend brièvement la parole. Le musicien Manu Di Bango a accouru soutenir Dieudonné. "On n’a jamais empêché Patrick Timsit de travailler quand il s’est moqué des trisomiques. Michel Leeb se moque des Noirs. L’Africain, lui, n’a jamais le droit de dire quoi que ce soit", souligne-t-il. Dieudonné émaille son discours de propos plus politiques : "Tous les extrémismes dans les religions, cela fout le bordel. Le pompon aujourd’hui c’est les colons israéliens".

Dieudonné illustre son propos en jouant le colon israélien. "Mon pote, ouais il est venu en char, la bagnole elle avait crevé. Il s’est garé sur ta maison ? Ben fallait pas la mettre là, mon pote", lance le comique, face à un public acquis à la cause palestinienne. A des journalistes, il affirme : "Le fait qu’aujourd’hui on a coupé la parole à un Noir prend beaucoup d’importance pour les gens. Il ne faut pas couper la parole à Dieudonné M’Bala M’Bala et aux Noirs en général". Il ajoute que "le véritable racisme est contre les Noirs et les Arabes".

"Il a le droit de parler. Quand chez Fogiel il y a des SMS pour se moquer des Noirs, personne ne dit rien. Quand c’est les Juifs, on porte plainte", assure Mahmadou Soufiane, 17 ans, un Parisien du XIVe arrondissement. Samy, 32 ans, abonde en ce sens : "Dieudonné il s’est aussi moqué de l’intégrisme musulman. Pourquoi peut-on rire de l’intégrisme musulman ou chrétien et que quand on parle des extrémistes israéliens, on se fait allumer ?" "C’est inadmissible d’empêcher Dieudonné de s’exprimer dans un pays de liberté", glisse Jean-Michel Davidas, un guitariste.

L’Olympia a décidé mercredi d’annuler la représentation, initialement prévue vendredi, de Dieudonné, accusé d’antisémitisme par ses détracteurs. La salle de spectacle a invoqué "un climat de tension extrême" et des menaces sur la sécurité du public, après plusieurs jours de menaces de correspondants anonymes qui dénonçaient les dérapages verbaux du comédien, notamment lors d’une émission de télévision, et exigeaient l’annulation. En réaction, Dieudonné a annoncé sa décision de donner un spectacle de rue à 19h00 devant la salle parisienne. Le rassemblement prévu sur le trottoir en face de l’Olympia, a largement débordé sur la chaussée, et la circulation était totalement bloquée en direction de l’Opéra.

Le philosophe Alain Finkielkraut a pour sa part "reproché" vendredi à ceux qui ont lancé des menaces contre l’humoriste Dieudonné de le "transformer en martyr des droits de l’homme". Je reproche avec véhémence et douloureusement à ceux - je ne sais pas qui c’est - qui ont lancé les menaces contre son spectacle à l’Olympia, d’avoir fait à Dieudonné un cadeau inestimable : ils l’ont transformé en martyr des droits de l’homme, en martyr de liberté d’expression", a déclaré Alain Finkielkraut. "Dieudonné a une représentation du monde juif totalement et intégralement paranoïaque. Ce n’est pas parce que les Juifs ne sont pas sa seule cible qu’il n’est pas antisémite", a poursuivi Alain Finkielkraut.

AFP

 

© Copyright AFP - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
29 mars 2017
Lomé °C (à 0h)