Le Général

Eyadéma soigné en urgence à l’hôpital américain de Neuilly en mars

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 5 avril 2004, publié sur ufctogo.com

Nouvelle résurrection de l’oint de Pya ? C’est la question que l’on peut se poser après les sérieux ennuis de santé du « général » lors de son séjour à Paris du 28 février au 7 mars 2004.

 

JPEG - 2 ko

En effet, il fut transporté en urgence, inconscient, et dans le plus grand secret à l’hôpital américain de Neuilly pour y recevoir des soins. Aucune information n’a transpiré : secret médical oblige !

Pendant les soins, le « général » inconscient était protégé par une quinzaine de garde de corps. Cette situation a provoqué une grande inquiétude au plus haut sommet de l’Etat français. Bien entendu, les Togolais n’auront aucune information sur cet événement.

Car, tout ce qui touche à la santé du dictateur togolais relève du secret d’Etat et de la paranoïa entretenue par des plumitifs gagés. Quand le secret devient de polichinelle, on relativise l’événement et les propagandistes sont mis à contribution pour créer diversion.

Il est certain que le dictateur togolais est malade et est contraint à suivre des soins intensifs.

En août 2003, Gnassingbé Eyadéma se rendit en Italie, car il était devenu aphone et souffrait de diverses pathologies : pulmonaire et cardiaque. Il a été victime d’une embolie pulmonaire. Il fut pris en charge à l’hôpital de Desio (Milan), en réanimation par le professeur Vigano.

L’équipe médicale diagnostiqua un problème sérieux d’insuffisance respiratoire, d’ailleurs chronique. Le pronostic établissait que le dictateur togolais n’est pas à l’abri d’autres embolies pulmonaires ou défaillances cardiocirculatoires.

Le transfert médical de Gnassingbé Eyadéma en Italie fut réalisé le frère Florent, médecin italien appartenant à l’ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu et qui exerce à l’hôpital de Tanguieta au Bénin. Celui-ci du reste, effectue de réguliers séjours à Lomé ou à Pya pour suivre son patient.

L’embolie pulmonaire résulte en général d’un caillot ambulant qui circule dans le sang et finit par boucher une ramification artérielle irriguant le poumon.
L’embolie pulmonaire est une affection si fréquente que toute anomalie respiratoire survenant de façon brutale doit faire évoquer ce diagnostic.

Le début est brutal marqué par une douleur thoracique latéralisée ou médiane, constrictive en étau, angoissante, avec respiration rapide, sueurs, cyanose (coloration bleuâtre des téguments) et toux sèche.

A l’examen clinique, le médecin note une chute de tension artérielle, un pouls rapide, et un bruit de galop à l’auscultation du cœur. Le foie est douloureux et augmenté de volume. Une turgescence veineuse est fréquente. La recherche de signes de phlébite (stade de phlébothrombose) est souvent négative. Si elle existe, elle apporte un argument diagnostique capital. L’embolie pulmonaire provoque une douleur thoracique aiguë et angoissante. Les embolies pulmonaires sont souvent fréquentes chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque et respiratoire. La fréquence des embolies pulmonaires chez ces patients et leur gravité imposent un traitement anticoagulant préventif. Ce qui est le cas de Gnassingbé Eyadéma

En effet, un article paru dans Jeune Afrique (22 septembre 2003) évoquait la maladie du dictateur dans les termes suivants : « un accident de santé réel, désormais résorbé, qui, s’il n’avait pas été traité, aurait pu avoir des conséquences graves ». L’auteur nous livre quelques symptômes :

- il a mal à la gorge,
- puis se met à tousser
- le mal et la toux s’intensifient,
- au point qu’Eyadéma devient aphone

Selon l’auteur de l’article, le diagnostic est un début d’œdème pulmonaire...provoqué par un incident cardiaque...Il ajoute : « une hospitalisation dans un service spécialisé s’impose ». Eyadéma en sortira ragaillardi. Tout l’objet de cet article est de banaliser la maladie dont souffre le « brave général ». Et pourtant, la maladie est là qui nécrose le corps et l’âme du dictateur.

La rédaction ufctogo.com

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
30 mai 2017
Lomé 32°C (à 12h)