Elections

Eyadema se plie aux exigences de l’UE

par Amadoo , le 24 décembre 2004, publié sur ufctogo.com

Eyadéma va dissoudre l’Assemblée pour normaliser ses relations avec l’UE.

 

L’UE avait interrompu son aide au Togo en 1993 après les violences ayant émaillé le processus de démocratisation du pays et ses actions se limitent depuis à des projets sociaux, en vertu d’un principe de "non pénalisation" de la population.

On a beau être dictateur, il y a des moments durant lesquels il est indispensable de composer. Le Président éternel Eyadéma en est la preuve. Le vieux dictateur vient d’annoncer la dissolution de l’Assemblée Nationale afin de faire revivre les relations entre son pays et l’Union Européenne. L’ami de Chirac n’avait plus de relation avec l’UE depuis 1993.

C’est un nouveau pas dans la normalisation des relations entre le Togo et l’UE puisque les rapports avaient commencé à se normaliser le 15 Novembre dernier après trois mois de négotiations.

L’UE avait posé ses exigences. L’une d’elles consistait à dissoudre l’assemblée. Le "gorille" comme on le surnomme "affectueusement" à Lomé à promis une dissolution l’"année prochaine" pour que les élections législatives aient lieu "avant la fin du premier semestre de l’année 2005".

Cette décision pourrait réveiller un pays en sommeil depuis plus de onze ans. Les dernières élections législatives anticipées remontent à octobre 2002. Ce scrutin avait été boycotté par les principales formations politiques d’opposition dite "traditionnelle".

"Cette mesure correspond à nos souhaits. Ce sont des indications fortes, mais il reste encore un certain nombre de choses à faire pour accompagner cette décision", a déclaré Aïdam Cornélius, 3ème vice-président de la Convergence Patriotique Panafricaine (CPP d’Edem Codjo).

L’examen du projet +code électoral+ initialement prévu pour mercredi, a été "reporté à une date ultérieure, sur décision du bureau de l’Assemblée nationale", selon la télévision nationale.

"Le report du vote de cette loi prouve une fois encore la bonne foi du gouvernement à dialoguer avec les responsables de certains partis politiques d’opposition décidés à tout bloquer", a commenté une député de la mouvance présidentielle. Il n’y a pas de quoi se vanter. Une bande d’incapables a mener le pays a la faillite durant onze ans. Il est fort à parier que cette équipe de bandits ne sera jamais capables de faire avancer le moindre dossier dans le sens de l’intérêt général. Si seulement ce président qu’on dit fatigué et malade pouvait quitter le pouvoir et céder sa place à une jeunesse togolaise que l’on sait brillante et que l’on espère disposée à relever les nombreux défits qui l’attende.

Amadoo

 

© Copyright Amadoo - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
23 mai 2017
Lomé 28°C (à 21h)