Présidentielles

Eyadéma allume la mèche

par L'Humanité (France) , le 2 avril 2003, publié sur ufctogo.com

 

A l’approche de la présidentielle togolaise, le président de l’Union des forces de changement (UFC, principale formation de l’opposition), Gilchrist Olympio, a officiellement annoncé à Paris, ce 28 mars, sa candidature.

Fils de l’ancien président Sylvanus Olympio (assassiné en 1963), il a mis en garde le régime : son parti et ses partisans refusent de se faire voler la victoire comme cela avait été le cas en 1998, lorsque le président Gnassingbé Eyadema (au pouvoir depuis trente-six ans) avait interrompu le processus électoral pour s’autoproclamer élu.

Une récente modification de la Constitution vise à mettre hors course Gilchrist Olympio (qui vit en exil à Paris et au Ghana par crainte pour sa vie) en érigeant une obligation de résidence dans le pays de douze mois pour tout candidat. Les responsables de l’UFC, résolus à mettre la pression sur le terrain, lancent un appel à la communauté internationale " pour qu’elle s’implique afin d’assurer un déroulement démocratique, juste et transparent " de la présidentielle, prévue pour mai ou juin 2003. Cette réforme " porte le germe d’une ivoirisation de la vie politique togolaise, déclare Gilchrist Olympio. Un des derniers arguments de ce pouvoir à bout de souffle : remettre en cause la nationalité de certains responsables de l’opposition. C’est ce qu’on appelle déjà à Lomé la " togolité ", par analogie avec l’ivoirité. Il y a là une grave menace pour la cohésion du pays ".

Lors d’une entrevue avec le secrétaire général des Nations unies, Olympio a suggéré un système de mécanisme de prévention des conflits. " Il existe, m’a expliqué M. Annan. Mais le problème est de savoir comment et quand l’activer. Au Togo, par exemple (où l’on vient même d’interdire aux reporters de la BBC, RFI, Reuters et AFP le droit d’exercer), on fonce tout droit vers l’explosion. Un pays où l’achat d’un kalachnikov est possible avec 10 000 francs CFA (15 euros). On en trouve tout le long de la côte africaine qui mène au Liberia. Nous voulons à tout pris éviter cette explosion, et on tente de l’expliquer à la France. "

Correspondance particulière - Serge-Henri Malet

 

© Copyright L'Humanité (France) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
16 août 2017
Lomé 26°C (à 16h)