Elections

Élection présidentielle 2003 : des affiches de posters du président Eyadema enlevées des murs

par Diastode , le 20 mai 2003, publié sur ufctogo.com

 

Le clan Eyadèma au pouvoir depuis bientôt quatre Décennies, n’a pas attendu le vendredi 16 pour déclancher sa campagne dans le compte de la présidentielle prévue pour se tenir le 1er juin prochain. La veille, des photos et autres posters géants du dictateur sont placardés sur les murs de la capitale et surtout au centre ville et au rond-point "Place de la paix", en face du Camp du Régiment interarmes du Togo où réside le Président Eyadèma.

Mais juste le lendemain, des individus non identifiés ont déchiré une grande partie de ces affiches et au meilleurs des cas, ont peint avec la boue la plupart des photos ou les ont défigurées simplement, les rendant horribles à voir. Ce qui a fait monter le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, le Chef d’Escadron Akila-Esso Boko au créneau, pour menacer ces "fauteurs de troubles" en les prévenant qu’ils tombent sur le coup de la loi. Mais peine perdue.

"C’est un signe de désarroi et de désespoir longtemps engrangés dans les coeurs qui s’extériorise de la sorte et l’on ne peut rien. Eyadèma dégoûte tous les Togolais et il doit le savoir et partir," a déclaré un sexagénaire qui a contemplé une de ces photos "fantomatiques". Et Raoul Nabiouliwa, chômeur, titulaire d’une Maîtrise en Géographie, converti en conducteur de Taxi-moto communalement appelé "Zémidjan", de renchérir : "Bien que ces actes soient punis par la loi, le cas d’espèce mérite une réflexion approfondie. Je suis sûr que les militaires sont impliqués dans ces destructions de affiches du Président, car quel civil aura le courage d’aller déchirer les affiches d’Eyadèma sur les murs du Lycée de Tokoin par exemple, un endroit fortement gardé par des militaires à cause du passage d’Eyadèma ? Pourtant, nous voyons des Photos déchirées à tous ces endroits. Signe de la fin d’un régime décadent qui n’a plus sa place dans le coeur des Togolais".

Des sources en provenance de l’intérieure du pays relèvent que le spectacles est pire dans les villes et campagnes du pays où il serait très difficile de voir en bonne forme un photo d’Eyadèma sur un mur, et où des tricots à l’effigie d’Eyadèma seraient revêtus aux animaux.

Dans la nuit de dimanche à lundi passé, des témoins ont déclaré avoir vu le Député Faure Gnassingbé, fils du Président de la République, dirigé, à bord d’un pick-up 4X4, un convoi de plusieurs voitures qui enlevait et déchirait systématiquement les affiches des leaders de l’opposition en prenant soins de coller à leurs places celles d’Eyadèma. Ces dernières non plus, n’ont pas eu longue durée sur ces mûrs après le départ du fils zélé.

Telle est la petite partie visible de l’iceberg "rancoeur" qui anime les Togolais à la veille de l’élection présidentielle en vue. Ce qui fait dire à certains que de toutes les façons, cette élection ne se terminera pas n’importe comment. Le pire est à redouter.

Diastode

 

© Copyright Diastode - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
17 novembre 2017
Lomé 30°C (à 17h)