Communiqué

Droit de réponse aux déclarations d’une Association dénommée Génération EYADEMA sur les média d’Etat

par UFC , le 24 mai 2000, publié sur ufctogo.com

 

Communiqué de presse de l’UFC Adressé à la HAAC en guise de droit de réponse aux déclarations d’une Association dénommée Génération EYADEMA sur les média d’Etat le mardi 23 mai 2000

UNION DES FORCES DE CHANGEMENT UFC
59 Rue Koudadzé, Lom-Nava BP 62 168
Tel/Fax 21 33 32 Lomé
http://www.ufctogo.com
E-mail :contact ufctogo.com

Lomé, le 26 mai 2000

Le mardi 23 mai 2000, la Télévision Togolaise (TVT), a présenté, dans ses éditions de 20h et de 22h, un individu disant s’appeler Ghislain BOUKPESSI, se réclamant d’un "Mouvement Génération Eyadéma région Maritime" et qui a prétendu "dénoncer les manœuvres de l’UFC, destinées à faire échouer le sommet de l’OUA à Lomé".

Selon la déclaration lue par cet individu, "le Secrétaire Général de l’UFC, Jean-Pierre FABRE, a recruté une douzaine de jeunes filles chargées de sillonner les capitales africaines pour inciter les Etats, afin de ne pas envoyer des délégations à Lomé."

L’UFC proteste contre cette dernière stupidité du pouvoir en place. Cette allégation ridicule est mensongère comme toutes les âneries que le régime fait ânonner, quasi quotidiennement, à la télévision par des voyous à sa solde.

L’UFC n’a pas besoin de recruter des jeunes filles pour mener campagne contre la tenue du sommet de l’OUA à Lomé. A moins que l’on ne veuille insinuer que, face aux chefs d’Etat africains, des jeunes filles auront des "arguments" plus convaincants que les raisons objectives qui militent contre la tenue du sommet de l’OUA au Togo.

Il est surprenant que cette idée saugrenue soit venue aux "stratèges" du régime, après que l’UFC eut rendue publique, dans la livraison du mardi 16 mai 2000 de l’hebdomadaire LE REGARD, la lettre qu’elle a adressée à tous les chefs d’Etat africains, depuis le début du mois de mai, pour leur demander de s’abstenir de participer au sommet de l’OUA si celui-ci a lieu à Lomé.

Les populations togolaises comprennent l’engagement pris par le gouvernement togolais d’organiser le sommet de l’OUA à Lomé, dans le contexte politique et social du Togo, comme l’expression du mépris du régime pour elles. L’UFC soutient cette position et ne s’en cache pas.

L’UFC exhorte les populations togolaises à la mobilisation contre un régime insensible à sa misère et à ses souffrances, et qui préfère organiser des réunions internationales pour la gloire de son chef. Dans tous les cas, aucun sommet de l’OUA ni aucune Présidence de la CEDEAO ou de l’OUA ne confèrera à M. Gnassingbé EYADEMA la légitimité qu’il n’a pas au Togo.

Il est déplorable que le pouvoir en place continue de se couvrir de ridicule en persistant dans sa campagne de dénigrement, de diffamation, de mensonges et d’incitation à la haine et à la violence contre les forces démocratiques. Les populations togolaises doivent se préparer à en finir définitivement avec le cauchemar de ce régime, lors des prochaines élections législatives.

Fait à le 24 mai 2000
Pour le Bureau National,
Le Secrétaire Général,
Jean-Pierre FABRE.

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
29 avril 2017
Lomé 31°C (à 11h)