ACL

Dialogue intertogolais : lettre des facilitateurs du 10 septembre 1999

par Le Collège des Facilitateurs , le 10 septembre 1999, publié sur ufctogo.com

 

Paris, le 10 Septembre 1999

DIALOGUE INTERTOGOLAIS
LE COLLEGE DES FACILITATEURS

Monsieur le Président du CPS, Messieurs les Chefs de délégations de la Mouvance Présidentielle, du CAR, de la CDPA, du CPP , PDR Et de l’UFC.

Messieurs,

Nous nous référons à notre lettre du 3 Septembre pour laquelle nous regrettons de ne pas avoir reçu de réponse sous la forme sollicitée.
Nous vous rappelons les termes de cette correspondance en insistant solennellement sur le fait que depuis l’adoption de l’Accord-Cadre, l’instance officielle du Dialogue est le Comité Paritaire de Suivi, qui est seul habilité à assurer la mise en œuvre de l’Accord.

Par conséquent, c’est dans le seul cadre du CPS que doivent être soulevées et résolues les difficultés, avec une possibilité de recours aux Facilitateurs en cas de blocage réel.

En signant l’Accord-Cadre de Lomé, vous avez unanimement souhaité donner un signe fort au peuple togolais et à la Communauté internationale, " Le peuple togolais, premier bénéficiaire, en est le premier garant ". Dans cet esprit et compte tenu de la confiance que vous avez bien voulu nous accorder, nous vous prions instamment d’appliquer intégralement et strictement la procédure que nous avons choisie ensemble et de respecter le calendrier.

Comme vous, les quatre Facilitateurs ont leurs contraintes et ils ne peuvent rester à votre disposition qu’à la condition d’un respect mutuel permanent. C’est pourquoi nous souhaitons à nouveau que le CPS, dans son ensemble, nous communique, par écrit, les thèses en présence, eu égard à la question de la proclamation des résultats définitifs des prochaines élections.

Par ailleurs, nous nous intimons de reprendre les débats du CPS en réservant ce point litigieux si, malheureusement, vous ne parveniez pas à vous mettre d’accord à ce stade de vos discussions.

Le chemin est encore long pour parvenir au rétablissement de la confiance, le regard de votre peuple est permanent, l’attente de la communauté internationale est grande ... le travail est lourd et fastidieux et il ne supportera pas longtemps le gaspillage des énergies investies depuis 8 mois dans le Dialogue intertogolais.

Les Facilitateurs assumeront leurs responsabilités, le moment venu ; pour favoriser le consensus sur les points litigieux qui auront été réservés. Il apparaît que les décisions que vous pourriez prendre sur d’autres questions, en attendant notre venu à Lomé, ne seront définitivement validées qu’une fois résolues les questions litigieuses réservées. A défaut, c’est l’ Accord dans son entier qui serait remis en cause. Tout l’ Accord, rien quel l’ Accord, tel doit être notre et votre seule référence.

Nous comptons sur la sagesse de tous les partenaires togolais, pour qu’après l’espoir formidable suscité le 29 Juillet dernier, ce ne soit pas, demain, un Togo rejetant le Dialogue qui s’offre au regard de la Communauté internationale.

Nous vous prions de croire, Messieurs, en l’expression de nos sentiments les meilleurs .

Pour l’ Union Européenne Georg REISCH
Pour l’Allemagne Paul VON STULPNEGEL
Pour l’Organisation Internationale de la Francophonie Moustapha NIASSE
Pour la France Bernard STASI

 

© Copyright Le Collège des Facilitateurs

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
16 août 2017
Lomé 25°C (à 17h)