Communiqués

Déclaration relative à la création d’un 3ème cadre permanent de dialogue

par UFC , le 5 février 2009, publié sur ufctogo.com

 

D E C L A R A T I O N

(relative à la création d’un 3ème cadre permanent de dialogue)

Le chef de l’Etat vient de prendre, pour la troisième fois consécutive, un décret portant création d’un Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC). Ce 3ème décret, pris en Conseil des ministres le 04 Février 2009, abroge celui du 17 Novembre 2008, lequel abrogeait lui-même celui du 14 Mai 2007.

L’Union des Forces de Changement (UFC) déplore le refus de concertation et de consensus, cause d’improvisation, de cafouillage et de confusion qui caractérisent les actions du gouvernement au moment où le processus de sortie de crise exige des ententes politiques entre les partis représentés à l’Assemblée nationale. En témoignent les échecs répétés dans les tentatives unilatérales de mise en place du CPDC.

Dans sa déclaration du 31 octobre 2008, relative à la création du 2ème cadre du genre, l’UFC a rappelé à juste titre que le règlement de la crise actuelle, qui relève de l’APG, ne saurait être confié au cadre permanent de dialogue, un organe consultatif qui ne saurait prendre des décisions politiques. L’UFC a également rappelé la mission de ce cadre qui consiste à prévenir de nouvelles crises par la concertation et le dialogue et non à conduire les réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’APG.

S’il devait en être autrement, il appartiendrait aux principales forces politiques, notamment celles représentées à l’Assemblée nationale, d’en convenir et de fixer consensuellement les attributions, la composition, les modalités de fonctionnement de cette structure, ainsi que le sort à réserver à ses décisions, afin qu’aucune institution ne puisse les remettre en cause.

En tentant d’imposer de manière unilatérale cette troisième version du CPDC non conforme, aussi bien en termes de procédure qu’en termes de mission, à celui prévu par l’APG, le régime RPT viole une fois encore l’esprit et la lettre de l’APG.

Rappelant les appels maintes fois lancés au gouvernement et au régime RPT pour l’adoption et la mise en œuvre rapides et consensuelles des réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’APG et indispensables à la préparation et à l’organisation d’élections transparentes et crédibles, notamment la présidentielle de 2010, l’UFC déplore le retard délibérément accusé par le gouvernement pour engager ces réformes.

L’UFC dénonce et condamne les manœuvres dilatoires du gouvernement et du régime RPT visant à torpiller par tous les moyens, l’adoption et la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’APG et à compromettre les efforts d’un règlement juste et durable de la crise qui mine notre pays.

L’UFC invite instamment les Togolaises et les Togolais, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire national, à se mobiliser massivement pour dire non au diktat du régime RPT et obtenir les meilleures conditions d’organisation de la prochaine présidentielle afin d’éviter la réédition des violences en périodes électorales.

Fait à Lomé, le 05 Février 2009.

Pour le Bureau National

Le Vice-Président,

Patrick Lawson

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
27 mars 2017
Lomé °C (à 0h)