Présidentielle 2003

Déclaration de la présidence au nom de l’Union européenne sur l’élection présidentielle au Togo

par Union Européenne (EU) , le 4 juillet 2003, publié sur ufctogo.com

L’Union européenne prend acte de la proclamation des résultats officiels par la Cour Constitutionnelle du Togo, selon laquelle M. Gnassingbé Eyadema a été élu président de la République du Togo lors du scrutin du 1er juin dernier.

 

L’Union européenne rappelle sa déclaration du 12 février, par laquelle elle demandait aux autorités togolaises de garantir un scrutin libre et transparent, de manière à promouvoir le processus démocratique au Togo, dans l’esprit de l’accord-cadre de Lomé de 1999 qui prévoyait, entre autres, que le Président Eyadema ne solliciterait pas un troisième mandat.

L’Union européenne exprime sa vive préoccupation concernant les incidents intervenus avant, pendant et après ladite élection, et en particulier :
- les restrictions imposées à l’opposition, sous forme de déqualifications, d’harcèlements et d’interpellations.
- les entraves à la liberté d’expression.
- le refus d’accès pour certains aux listes électorales.
- les incidents de retraits des cartes d’électeurs et les cas de fermeture des bureaux de vote, qui ont empêché de nombreux togolais de s’exprimer.
- les difficultés de collecte et de transmission des résultats par les commissions électorales locales.
- les violents affrontements de Tsevie et l’interpellation des membres de l’opposition après l’élection.

L’Union européenne appelle l’ensemble des forces politiques togolaises a faire preuve de responsabilité et à préserver la légalité et la paix civile au Togo.

L’Union européenne voit la situation après l’élection présidentielle au Togo avec préoccupation. Elle appelle le gouvernement à s’engager a un dialogue politique intertogolais efficace. Conformément à ce qu’a annoncé le président togolais, l’Union européenne sera très attentive à la mise en .oeuvre, par les autorités togolaises, d’une véritable politique d’ouverture à l’ensemble de l’opposition afin de tenir compte des critères de bonne gouvernance exigés par l’Union européenne, l’Union africaine et le NEPAD. Chypre, la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la République slovaque et la Slovénie, pays adhérents, la Bulgarie, la Roumanie et la Turquie, pays associés, ainsi que l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l’AELE membres de l’Espace économique européen, se rallient à cette déclaration

Union Européenne

 

© Copyright Union Européenne (EU) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
27 juin 2017
Lomé 25°C (à 06h)