Elections 2003

Déclaration N°1 du président Emmanuel Bob Akitani

par UFC , le 2 juin 2003, publié sur ufctogo.com

 

UNION DES FORCES DE CHANGEMENT (UFC )

www.ufctogo.com - E-mail : contact ufctogo.com

Le scrutin du 1er juin 2003, a été caractérisé par une fraude généralisée, aussi bien à Lomé qu’à l’intérieur du pays. Il s’est déroulé dans un contexte de rétention des cartes d’électeurs, surtout dans les régions considérées par le régime, comme favorables à l’opposition : Région Maritime ; Région des Plateaux, Région Centrale et Région des Savanes.

Nul n’ignore que c’est dans le souci d’obtenir le changement auquel aspirent profondément les populations togolaises que j’ai pris part à l’élection présidentielle du 1er juin 2003, malgré l’exclusion du candidat naturel de l’UFC, M. Gilchrist OLYMPIO.

Je suis heureux d’annoncer qu’en dépit des fraudes immenses, il se dégage en ma faveur, les tendances suivantes.

- Région maritime : plus de 90% des suffrages.
- Région des Plateaux : environ 80% des suffrages.
- Région Central. : environ 40% des suffrages.
- Région de fa Kara : la tendance est en faveur de Dahuku Péré. Ce qui me met (Akitani Bob) en deuxième position avec un score de 20%.
- Région des Savanes : environ 50% des suffrages.

L’UFC/PFC affirme que les résultats des zones « insécurisées », doivent être annulés. Parce que l’administration électorale a violé la loi, ou en refusant d’admettre la majorité des délégués des partis de l’opposition dans les bureaux de vote, ou en privant les délégués admis de fiches de résultats, ou en les excluant du dépouillement. Parce que ces résultats sont le produit de grossières falsifications. Parce que le pouvoir a usé de violence allant jusqu’à faire tirer sur des citoyens qui s’opposaient au bourrage des urnes de même qu’à leur transport illégal en dehors du lieu de vote. Pour le moment on déplore deux morts et plusieurs blessés graves.

Les résultats provenant de zones « sécurisées », qui seuls doivent être pris en compte, m’autorisent à cet instant, à me proclamer élu du Peuple togolais, lors du scrutin du 1er juin 2003, avec toutes les conséquences que cela implique.

Je mets en garde les observateurs de complaisance, invités gracieusement par le gouvernement togolais pour valider l’élection frauduleuse de M. Eyadéma, contre leurs propos irresponsables qui ne peuvent qu’envenimer la situation.

J’attire l’attention de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et de la Cour Constitutionnelle sur leur responsabilité historique dans la situation présente. Je leur demande de faire preuve d’esprit patriotique.

Je lance un appel solennel au Peuple togolais, uni comme un seul homme, pour la défense de notre victoire.

Emmanuel Bob AKITANI

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
18 août 2017
Lomé 25°C (à 19h)