Déclaration

L’UFC ne participera pas au nouveau CPDC

par UFC , le 2 juin 2009, publié sur ufctogo.com

 

D E C L A R A T I O N

L’UFC ne participera pas au nouveau CPDC

Fidèles à la duplicité et à la mauvaise foi qui les caractérisent, le régime RPT et son gouvernement ont pris, le mercredi 27 Mai 2009 en Conseil des ministres, deux décrets qui concrétisent leur volonté de saborder le ‘’CPDC’’ et de torpiller les négociations devant conduire à l’adoption et à la mise en œuvre consensuelles des réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’APG. Ces deux décrets nomment respectivement le président et les membres du « Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation’’ (“CPDC”’) ».
Ce énième coup de force du régime RPT appelle, de la part de l’Union des Forces de Changement (UFC), les observations suivantes :

1. avec les deux nouveaux décrets, le CPDC aura fait l’objet d’une demi douzaine de décrets. Il aura fallu au total, six décrets en conseil des ministres, de Mai 2007 à Mai 2009, pour mettre en place un cadre de concertation. Ce qui témoigne de l’improvisation et de l’absence de volonté politique qui caractérisent la gouvernance du régime RPT ;

2. c’est en raison de la mission assignée au CPDC (négociations sur les réformes politiques) et de sa composition (partis politiques ayant réuni 5% de suffrages au plan national), telles que définies par le 3ème décret du genre en date du 04 Février 2009, que l’UFC a accepté d’y siéger ;

3. le cadre, dont le président et les membres viennent d’être nommés par décret, ne saurait discuter des réformes politiques préconisées par l’APG. L’UFC refuse de cautionner ce nouveau coup de force et réaffirme qu’elle ne participera pas à ce cadre ;

4. au moment où la période de l’élection de 2010 vient d’être précisée par la Cour Constitutionnelle et que les retards déjà accumulés dans la préparation de cette élection constituent une source de préoccupations pour la classe politique et les populations togolaises, il urge que reprennent rapidement les discussions sur les réformes politiques prévues par l’APG.

En conséquence, l’UFC demande au chef de l’Etat de rechercher ensemble avec le CAR et l’UFC, les voies et moyens permettant de poursuivre et de parachever les négociations déjà entamées avec le RPT et le gouvernement sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles.

Le régime RPT et son gouvernement porteront l’entière responsabilité de l’aggravation de la crise togolaise qui découlerait de leur refus de rechercher un vrai consensus sur les réformes politiques.

Fait à Lomé, le 02 Juin 2009

Pour le Bureau National,

Le Vice-Président

Patrick Lawson

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
20 octobre 2017
Lomé 27°C (à 22h)