Transports aériens

Crash de Cotonou : "mauvaise répartition du chargement"

par Le Point au Quotidien (Bénin) , le 15 décembre 2004, publié sur ufctogo.com

Une "mauvaise répartition du chargement" des personnes et des bagages, serait à l’origine du crash d’un Boeing 727 à Cotonou le 25 décembre 2003, selon Paul Louis Arslanian le directeur du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA) pour la sécurité de l’Aviation Civile.

 

Près d’un an après le crash du 25 décembre 2003 survenu sur les côtes de la plage de Jacquot à Cotonou, l’on en sait désormais un peu plus d’avantage sur les causes du drame. Le rapport d’enquête élaboré à cet effet par le Bureau d’enquêtes et d’analyses (Bea) a été remis au ministre Pierre Osho et commenté aux hommes de médias hier en présence des parents de victimes, des responsables de la communauté libanaise et de plusieurs ministres.

Le rapport technique du crash survenu sur les côtes de la plage de Jacquot à Cotonou est désormais disponible. Il a été l’œuvre du Bureau d’études et d’Analyses dirigé par l’expert français Paul-Louis Arslanian.

Ainsi aux dires de l’enquêteur désigné, Alain Agnesetti, l’enquête a montré que, après le lâcher des freins, l’avion a accéléré jusqu’à sa visitese de rotation. Mais comme la soute avant avait été remplie, il y avait un centrage avant important que l’équipage n’avait pas compensé au stabilisateur parce qu’il n’avait pas été informé du chargement de cette soute.

L’action à cabrer du pilote n’a donc pas eu d’effet immédiat et il a fallu sept secondes à l’avion pour quitter le sol, avec une pente très faible. Du coup poursuit M. Agnesetti, le centrage de l’avion était au décollage de 14 au lieu de 19.

Il va s’en dire à la lumière de ces explications révélées par l’enquête qu’il y a eu dysfonctionnement au niveau du vol. Celui-ci se trouve d’ailleurs à plusieurs endroits selon le rapport. Ainsi révèle par exemple le document, il y a eu déchargement de bagages non répertoriés, la carte d’embarquement délivrée sans mention du nom ni du siège attribué, le remplissage des soutes sans un plan de chargement prédéfini et suivi. En clair autant de défaillances qui ont été à l’origine du crash du Boeing 727-223 immatriculé 3x-Gdo et exploité par l’Union des transports Africains Uta.

En somme, révèle le rapport, l’embarquement des passagers et le chargement des bagages s’étaient faits dans une grande confusion. L’avion était plein. Et pour la préparation du vol, des informations incomplètes sur le chargement ont été fournies au commandant de bord. Sur cette base, il avait déterminé la configuration de l’avion pour le décollage. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ce qui devait arriver arriva.

Dans l’optique de prévenir de telles catastrophe, le Bea, au terme de l’enquête, a déterminé quatorze (14) recommandations de sécurité dont sept (07) sur l’agrément et la surveillance des transporteurs aériens, cinq (05) sur l’Organisation internationale de la sécurité et deux (02) sur l’installation systématique à bord des avions de systèmes autonomes de mesure de la masse et du centrage.

Le rapport technique désormais prêt n’a pas toutefois statué sur les responsabilités dans ce crash. Selon M. Arslanian ce volet revient à la justice qui dvra livrer son verdict.

Signalons que le ministre d’Etat chargé de la Défense nationale, M. Pierre Osho a fait observer une minute de silence en la mémoire des victimes de ce crash en début de restitution des résultats de l’enquête.
Par Moudachirou SOUBEROU - Le Point au Quotidien (Bénin) - Visiter le site

 

© Copyright Le Point au Quotidien (Bénin)

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
24 septembre 2017
Lomé 22°C (à 13h)