Enquête

Conclusions de l’enquête sur le drame du stade de Kégué

par Panafrican News Agency (PANA) , le 9 janvier 2005, publié sur ufctogo.com

Le drame du stade de Kégué était dû à une coupure de courant.

 

Le drame du Stade de Kégué le 10 octobre dernier à Lomé, qui a occasionné 4 morts et 8 blessés à la fin du match Togo-Mali comptant pour la 5e journée des éliminatoires jumelés de la CAN/Mondial2006, est dû à une coupure du courant, conclut l’enquête de la Commission nationale spéciale chargée de faire la lumière sur l’incident rendue publique vendredi à Lomé.

Selon le rapport, cette coupure du courant « résulte d’une surcharge d’intensité occasionnée par l’utilisation de tous les projecteurs et du surpresseur de la bâche à eau » (ndlr : servant à arroser la pelouse du stade).

Deux techniciens de Togo électricité cités dans le Rapport, ont affirmé, à ce propos, que le disjoncteur d’une capacité nominale de 1600 ampères, n’a été réglé que sur un courant de 640 ampères, soulignant par conséquent, qu’il est « impossible de faire fonctionner simultanément l’ensemble des projecteurs et des pompes d’arrosage sans provoquer un déclenchement du disjoncteur par surcharge ».

D’habitude, à indiqué M. Koami Akolly, électricien en service au Stade de Kégué, cité par le Rapport, seuls 32 des 72 projecteurs sont allumés, ce qui, selon lui, permet de supporter toutes les charges du courant.

Mais, rapporte la Commission, un technicien chinois en poste ce jour-là, a allumé les 72 projecteurs en même temps, arguant qu’il y avait trop d’obscurité.

La Commission qui a auditionné plusieurs personnes travaillant au stade, de même que des journalistes et agents de la Croix rouge et des sapeurs pompiers, impute ainsi, les responsabilités du drame aux techniciens du Stade et au ministère de la Jeunesse et des Sports.

Relevant un manque de coordination entre les différents services techniques du Stade ce jour du 10 octobre, la Commission accuse les techniciens d’avoir réglé sur 640 ampères seulement le disjoncteur du Stade alors que celui-ci a une puissance de 1600 ampères.

Elle estime à cet effet, que « les techniciens n’ont jamais réalisé que les 400 KVA du Stade de Kégué ne pouvaient pas supporter la puissance cumulée des projecteurs et des surpresseurs ».

Quant au ministère de la Jeunesse et des Sports, la Commission lui reproche d’avoir fait « une mauvaise évaluation de la capacité des installations du Stade de Kégué », ce qui, selon elle, l’a conduit en 2000, lors de la construction du stade, à souscrire à un contrat de fourniture d`énergie électrique pour 400 KVA au lieu de 500KVA.

La Commission, eu égard aux constats et anomalies relevées lors de l’enquête, propose aux autorités compétentes de revoir la puissance souscrite et de procéder à un relèvement de l’ampérage du disjoncteur pouvant permettre aux installations de supporter les charges en énergie.

Elle préconise également de prévoir un groupe électrogène de grande capacité, à démarrage automatique en cas de coupure électrique ; et aussi de recruter un personnel technique en nombre suffisant sur le site, afin d’avoir au poste de contrôle et de distribution, des techniciens de façon permanente lors des matchs.

Elle suggère par ailleurs, que les matchs soient joués à 15h00 « si le climat le permet », d’émettre des tickets d’accès au stade en tenant compte de la capacité de celui-ci ; d’assurer la sécurité de tout le stade lors des matchs et de créer une unité sanitaire fonctionnelle dans l’enceinte du Stade à l’occasion des grandes rencontres sportives.

La commission invite à négocier avec les autorités des centres hospitaliers de Lomé et les unités sanitaires de la zone de Kégué, pour la prise en charge des victimes « sans attendre nécessairement l’acquittement des frais et des protocoles d’admission » et de sensibiliser le public sur la conduite à tenir en cas de coupure d’électricité.

Pour la sécurité extérieure du Stade, la Commission recommande la construction des voies de dégagements menant au Stade et leur électrification.

Le match remporté par le Togo sur le score étriqué de 1 but à 0, a connu une forte participation du public. Le stade a fait le trop plein : plus de 40.000 personnes pour 30.000 places, certains ayant le ticket mais ne pouvant pas y entrer.

La Fédération togolaise de football(FTF), pour mobiliser les supporters et le public, a diminué les tarifs d’entrée au stade. Malheureusement, les dispositions n’ont pas été prises pour gérer la foule qui a dépassé la capacité d’accueil du stade.

Le plan de construction du stade ne permet pas une évacuation de l’enceinte en un temps record, constate t-on, les installations ne bénéficiant que d’un unique portail de sortie qui s’ouvre sur la route de Kégué (ndlr :nom du quartier qui abrite le stade).

Parmi les morts, on note un Malien vendeur de pièces détachées et vivant au Togo alors qu’une jeune femme d’environ 27 ans, cabiniste figure parmi les blessés graves.

Le Stade de Kégué, construit en 2000 par les Chinois, a une capacité de 30.000 places rappelle t-on.

PANA

 

© Copyright Panafrican News Agency (PANA) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
16 décembre 2017
Lomé 28°C (à 19h)