Communiqué

Communiqué adressé à la HAAC en réponse aux agressions de l’UFC par le RPT

par UFC , le 22 juin 2000, publié sur ufctogo.com

Communiqué de presse de l’UFC adressé à la HAAC en réponse aux agressions de l’UFC par le RPT sur les média d’Etat, les 10, 11, 17 et 18 juin 2000.

 

Lomé, le jeudi 22 juin 2000

Qui discrédite la Facilitation ? Les samedi 10 et dimanche 11 juin 2000, une femme, présentée par la Télévision Togolaise (TVT) comme la présidente d’une "Association des Femmes Démocrates pour la Paix, (AFDP)" a, dans une déclaration lue sur les média d’Etat, pris à partie, en des termes très violents, l’UFC et son président, qu’elle a accusés d’avoir armé des vigiles qui ont attaqué et brûlé des militaires de l’armée togolaise, pendant ce qu’elle a appelé, les "troubles socio-politiques qu’a connus notre pays".

Les samedi 17 et dimanche 18 juin 2000, un individu a lu sur les média d’Etat, notamment la Télévision Togolaise (TVT), un texte qu’il a prétendu rédigé par Gilchrist OLYMPIO. Aux termes de ce texte, dont la puérilité le dispute à la bêtise, le Président de l’UFC menace de représailles, les jeunes liseurs de communiqués diffamatoires à l’endroit de son parti, ainsi que leurs commanditaires, notamment MM Gbikpi, Walla, Agbo et Natchaba. Ce document est naturellement un faux.

L’UFC déplore la continuation de cette pratique lamentable qui discrédite les autorités togolaises. Car, tout le monde le sait, c’est elles qui organisent ces agressions de l’UFC sur les média d’Etat.

Faut-il rappeler que le jeudi 27 avril 2000, quarantième anniversaire de l’indépendance du Togo que le régime a refusé de célébrer, des jeunes voyous à la solde du RPT s’en sont pris violemment, à la Télévision Togolaise, à l’artisan principal de cette indépendance, feu le Président Sylvanus OLYMPIO, déclarant entre autres sottises que l’indépendance du Togo a été obtenue par la "famille SANTOS" et non la "famille OLYMPIO", comme si la lutte pour l’indépendance a été une affaire de famille.

Faut-il également rappeler que, trois jour plus tôt, le dimanche 23 avril 2000, la Télévision Togolaise a prêté son plateau à un jeune voyou à la solde du régime, et qui a déclaré : "Gilchrist OLYMPIO est habité par le mal, à force d’être habité par le mal, il a fini par incarner le mal. Il est la peste des togolais".

Est-il possible qu’un individu puisse agresser aussi violemment un responsable de l’opposition sur les média publics, sans la caution des autorités ? Après de tels propos, est-il nécessaire de chercher à démontrer que le régime togolais incite à la haine et la violence ?

La persistance de ce phénomène malgré les nombreuses protestations formulées par l’UFC, manifeste de manière patente, l’incapacité de la Facilitation à obtenir des autorités togolaises, qu’elles respectent l’Accord-cadre de Lomé. Si la complicité ou l’incapacité ou l’impuissance de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), tout en étant inacceptables, sont explicables, la complaisance de la Facilitation à l’égard des autorités togolaises dont elle "bénit" l’attitude, devient inquiétante.

Car, comme il fallait s’y attendre, l’attitude de la Facilitation à l’égard des autorités togolaises a fini par être interprétée par celles-ci comme un encouragement à continuer. Le régime viole l’ACL à tour de bras, même lorsque les Facilitateurs sont à Lomé. C’est ainsi que la présence du représentant des Facilitateurs à Lomé, n’a pas empêché les autorités togolaises de "casser de l’UFC" à la Télévision les 10 et 11 juin dernier. Ce qui discrédite la Facilitation.

A quoi sert d’avoir signé l’ACL, si les média d’Etat continuent d’agresser quotidiennement et gratuitement l’opposition, si les préfets continuent d’empêcher les partis politiques d’exercer leurs activités à l’intérieur du pays, si les responsables de l’opposition continuent de subir des affectations politiques abusives, si des jeunes militants de l’UFC doivent croupir en prison sans avoir commis aucun délit ? Tout cela, au nez et à la barbe de la Facilitation qui se serait empressée de les "dénoncer solennellement" si ces violations de l’ACL avaient été le fait de l’opposition ? Qu’à donc changé l’ACL ?

Si la Facilitation n’arrive pas à obtenir des autorités togolaises, le respect de l’Accord-cadre, à quels signes reconnaît- elle que ces autorités sont disposées à accepter un processus électoral débouchant sur des élections libres, transparentes et démocratiques ? A quels signes reconnaît-elle que le régime acceptera le verdict des urnes ?

Au moment où l’on parle beaucoup de la CENI, la grande question est : à quelles élections nous conduit-on ?

Pour le Bureau National,
Le Secrétaire Général,
Jean-Pierre FABRE

UNION DES FORCES DE CHANGEMENT UFC
59 Rue Koudadzé, Lom-Nava BP 62 168 Tel/Fax 21 33 32 Lomé
http://www.ufctogo.com E-mail : contact ufctogo.com

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
30 mars 2017
Lomé 28°C (à 00h)