Hebdo Santé

Circoncision, pas sans capote !

par Destination Santé , le 23 février 2007, publié sur ufctogo.com

L’Hebdo santé de la semaine : Circoncision, pas sans capote ! :: La grippe aviaire se pique de candidats-vaccins :: De l’exercice pour mieux vivre son cancer du sein... :: Bons pour la tête de l’enfant à naître, les poissons...

 

Circoncision, pas sans capote !

JPEG - 18.8 ko

Une nouvelle étude vient confirmer les bénéfices de la circoncision en matière de protection contre le VIH. D’après un travail réalisé au Kenya sur plus de 2 700 hommes suivis pendant 2 ans, celle-ci réduirait de 53% le risque de transmission du virus.

Cette bonne nouvelle en cache une moins sympathique : ce résultat montre à l’évidence en effet, que 47% des sujets circoncis ont malgré tout été infectés... Comme nous le rappelle le Dr Michel Ohayon de Sida Info Service, « nul ne peut se considérer comme personnellement protégé par la circoncision. Celle-ci est en train de devenir la panacée de la prévention, il est nécessaire de tempérer cet enthousiasme ».

C’est donc l’occasion de rappeler, encore et encore, que la circoncision ne remplacera jamais le port du préservatif. Comme nous le précisait en juillet dernier le Dr Brian Williams, de l’OMS, « ce n’est qu’un moyen supplémentaire qui doit impérativement être complété par le port du préservatif ».

http://www.destinationsante.com/fr_...

De l’exercice pour mieux vivre son cancer du sein...

D’après des médecins écossais, l’exercice physique serait particulièrement recommandé aux femmes traitées pour un cancer du sein. Il permettrait en effet d’améliorer leur bien-être -physique et psychique- mis à rude épreuve par les traitements.

Pendant 3 mois, Anna Campbell et son équipe à Glasgow, ont suivi un groupe de 200 patientes. La moitié a simplement bénéficié « de soins classiques ». Les autres ont en plus, participé à des cours collectifs de gymnastique et d’entraînement physique, avec un programme individualisé d’exercices à domicile.

Au bout de 3 mois, puis de 6 mois, « les femmes du groupe ‘exercice’ ont enregistré de bien meilleurs résultats » à un questionnaire de qualité de vie. Lequel prenait en compte plusieurs paramètres - troubles dépressifs ou de l’humeur, mobilité des épaules, périmètre de marche... Un résultat suffisamment probant à leurs yeux, pour que les médecins « encouragent leurs patientes à demeurer actives pendant les traitements ».

http://www.destinationsante.com/fr_...

La grippe aviaire se pique de candidats-vaccins

JPEG - 9.6 ko

Alors que 150 volailles viennent de succomber au virus de la grippe aviaire dans la banlieue de Moscou, l’OMS annonce « des résultats prometteurs en matière de vaccins » contre le virus H5N1. Seize fabricants de 10 pays planchent sur l’élaboration de prototypes.

Confortée par les 40 essais cliniques « réalisés ou en cours », l’Organisation mondiale de la Santé se veut optimiste. Pour la première fois en effet, les scientifiques auraient mis au point des vaccins susceptibles de « susciter une réponse immunitaire potentiellement protectrice contre les souches de virus H5N1 » chez l’homme.

L’OMS souligne également que certains de ces candidats-vaccins ne nécessitent que « de faibles doses d’antigènes ». Une caractéristique qui permettrait en principe, de produire plus facilement de grandes quantités de vaccin. Un avantage déterminant, en cas de pandémie.

Ces annonces ont été présentées les 15 et 16 février lors d’une réunion organisée par l’OMS à Genève. Universitaires, représentants de l’industrie pharmaceutique, fonctionnaires d’institutions de santé nationaux et régionaux... Plus de 100 experts s’y sont retrouvés pour un point sur la menace aviaire. Laquelle a déjà officiellement tué 167 personnes dans le monde depuis son apparition fin 2003, en Asie.

http://www.destinationsante.com/fr_...

Bons pour la tête de l’enfant à naître, les poissons...

Vous êtes enceinte ? Mangez des produits de la mer. Avec modération bien sûr. Car leur consommation profitera grandement à la santé de votre enfant. Et particulièrement à son développement psycho-intellectuel.

Le Pr Joseph Hibblen (National Institutes of Health, Bethesda, USA) et ses collaborateurs ont évalué l’impact, chez des femmes enceintes, d’une consommation plus ou moins importante de produits issus de la mer.

Il en ressort que si une future mère consomme moins de 340 grammes de poisson par semaine, son enfant sera davantage exposé à des troubles du langage ou du comportement. Il aura aussi, plus de difficultés à s’insérer socialement. A l’inverse, avec une consommation hebdomadaire supérieure à 340 grammes, une femme enceinte absorbera des quantités suffisantes d’oméga-3 pour un développement cérébral optimum de son enfant. « L’alimentation provenant de la mer est la principale source d’oméga-3 », rappelle l’auteur. « Un micro nutriment essentiel au développement cérébral du foetus ».

http://www.destinationsante.com/fr_...

 

© Copyright Destination Santé - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
25 mars 2017
Lomé °C (à 0h)