Afrique

Cinq millions de dollars pour récompenser la bonne gouvernance des chefs d’Etat africains

par Le Monde (France) , le 26 octobre 2006, publié sur ufctogo.com

 

JPEG - 17.5 ko

Le multimillionnaire soudanais Mo Ibrahim lance : "Le jour où nous n’aurons plus besoin d’aide sera le plus beau jour de ma vie." En attendant, l’homme, qui a fait sa fortune dans les télécoms, compte bien aider l’Afrique. Et d’une façon aussi originale que massive.

Jeudi soir 26 octobre, depuis Londres, l’homme d’affaires de 60 ans lancera un prix récompensant la bonne gouvernance des chefs d’Etat africains, un prix mieux doté que le Nobel de la paix : cinq millions de dollars (3,9 millions d’euros) répartis sur dix ans, que les lauréats commenceront à toucher après leur départ du pouvoir. Au terme de ces dix années, ils continueront à recevoir une pension à vie.
Parallèlement, ceux qui désireront s’impliquer dans des projets de développement pour leur pays se verront attribuer 200 000 dollars (158 000 euros) par an de financement.

INCITATION À CÉDER LE POUVOIR

Les dirigeants sur le départ "n’ont plus de vie après leur retrait", estime M. Ibrahim, dans un entretien accordé à la BBC. "Les propriétés, les voitures, la nourriture, les vins, tout cela leur est soudainement enlevé. Certains rencontrent même des difficultés à louer un logement dans la capitale. C’est un encouragement à la corruption et à s’accrocher au pouvoir", explique-t-il.

Le prix est donc à la fois une récompense pour les chefs d’Etat qui se seront distingués dans leur action en matière d’éducation, de développement économique, de santé et de droits humains, et une incitation à céder le pouvoir démocratiquement.

"Nous voulons dire que la bonne gouvernance peut se mesurer", explique encore M. Ibrahim, qui a reçu le soutien de Bill Clinton et Nelson Mandela, et attend la réponse de Kofi Annan, le secrétaire général sortant de l’ONU, à qui il a demandé de diriger le comité d’attribution des prix. "Nous voulons mesurer les résultats si un dirigeant parvient réellement à sortir 4 à 5 millions de personnes de la pauvreté", ajoute-t-il.

Mo Ibrahim a vendu, en 2005, Celtel, sa société de téléphonie mobile opérant dans treize pays africains, à la société du Koweït MTC, pour 2,84 milliards de dollars (2,25 milliards d’euros).

L’initiative du Soudanais ne fait cependant pas l’unanimité. Des critiques résumées par Patrick Smith, du magazine Africa confidential, qui estime que "les gens qui savent ce qu’ils ont à faire le font déjà". Les autres, "ceux qui assassinent leur propre population et pillent les ressources de l’Etat, continueront à le faire".

 

© Copyright Le Monde (France) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
31 mars 2017
Lomé 26°C (à 02h)