Cameroun

Camair : La compagnie aérienne nationale clouée au sol, limogeage de la direction

par IRIN (Agence d'information de l'ONU) , le 4 novembre 2003, publié sur ufctogo.com

Le Directeur Général de la compagnie aérienne nationale, Cameroon Airlines, communément appelée Cam Air, a été congédié lundi, suite à l’annulation inexplicable de tous ses vols, pénalisant ainsi des milliers de voyageurs à travers toute l’Afrique de l’Ouest.

 

JPEG - 9.9 ko

Le licenciement de Yves Michel Fotso, et du président de la compagnie Etienne Ntsama, a été annoncé dans un communiqué du Ministre des Transports, John Begheni Ndeh, dans la nuit de lundi. Ils ont été remplacés par deux anciens ministres du gouvernement, Thomas Dakayi Kamga et Edouard Akame Mfoumou, a informé le Ministre au cours d’une conférence de presse à Yaoundé, la capitale du Cameroun.

Cam Air a annulé tous ses vols internes et internationaux, sans avertissement, samedi dernier. Des milliers de passagers ont été abandonnés dans les aéroports du pays et des métropoles ouest-africaines desservies par la compagnie, incluant les villes de N’djamena, Brazzaville et Kinshasa.

Cam Air n’a donné aucune explication concernant la cessation de service, aucun dédommagement aux voyageurs pénalisés, et aucune recommandation évoquant la probabilité d’une reprise des vols.

Pendant des années, Cameroon Airlines a souffert des crises économiques à répétition, qui ont immobilisé sa flotte au sol à plusieurs occasions. La dernière en date aurait été causée par un manque de fonds pour payer les primes d’assurance et les salaires du personnel.

Un Boeing 767 de la compagnie serait clouée au sol, à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle, où sa couverture d’assurance a expiré le 31 octobre à minuit. D’autre part, l’équipage yougoslave de deux DC-9 assurant la liaison interne de Cam Air et les vols de courte distance vers les capitales africaines avoisinantes, est entré en grève suite au non-paiement de leurs salaires.

Cette dernière interruption des services ne semble guère surprendre les passagers camerounais, qui, accoutumés au service imprévisible de leur compagnie aérienne nationale, l’ont surnommée "air peut-être". En juin de cette année, un problème de trésorerie avait de nouveau gelé le paiement du bail sur ses avions et avait mis fin à ses services.

L’édition de mardi du quotidien indépendant Les Mutations, a rapporté un "secret de polichinelle" signalant que le gouvernement n’avait pas réglé les notes de Cam Air, en dépit des ordres fréquents de transporter le Président sur des vols de longue distance.

La compagnie a pratiquement frôlé la faillite en 2000, sous le poids de dettes s’élevant à 60 milliards de francs CFA ($109 millions US). Le gouvernement a, par la suite, nommé Yves Michel Fotso, qui a réduit le personnel d’un tiers. Et, lorsque les problèmes financiers ont continué, il a injecté dans la compagnie des fonds supplémentaires de la banque de son père, la Corporation bancaire du Cameroun,

Cette dernière crise a poussé le gouvernement à reprendre les choses en main une nouvelle fois, et, il est communément admis que le limogeage de M. Fotso et la nomination des deux anciens ministres étaient approuvés par la présidence. Un analyste a observé qu’il s’agissait d’une question d’amour-propre et de crédibilité politique pour le Président Paul Biya, afin de maintenir la compagnie aérienne nationale dans les airs, particulièrement à l’approche des élections présidentielles de l’année prochaine.

Le remplaçant de M. Fotso, Thomas Dakayi Kamga, est un ancien Ministre des Transports qui a dirigé d’autres institutions nationales telles que Sonel, la compagnie d’électricité, et a passé dix ans dans les instances dirigeantes de l’UDEAC (Union Douanière et Economique de l’Afrique Centrale) et de la CEMAC (Communauté Économique et Monétaire d’Afrique Centrale).

D’une manière significative, Dakayi Kamga serait peut-être un des instigateurs du projet d’une compagnie aérienne ouest-africaine, connue sous le nom Air CEMAC, en élaboration. Son beau-frère est responsable du port de Douala et un autre parent est Conseiller Spécial du Secrétaire général du parti au pouvoir du Cameroun, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC).

Le nouveau Président du Conseil d’Administration, Edouard Akame Mfoumou, un ancien Ministre des Finances, vivait dans son village près de Sangmelima dans la province sud, depuis son retrait du gouvernement en 2001. Membre de la tribu Boulou, politiquement dominante, sa nomination pourrait soulever des allégations de népotisme, a fait remarquer un analyste.

Le remaniement de la direction a apporté un petit répit aux milliers de passagers qui continuent de se battre pour organiser leurs voyages. Des voyageurs frustrés faisaient la queue devant les bureaux de Cam Air à Douala tôt ce mardi matin, brandissant leurs billets d’avion et exigeant des informations qui n’arrivaient pas. "Prenez nos numéros de téléphone et appelez chaque jour" a été le conseil adressé à une dame qui devait s’envoler pour Johannesburg vendredi.

UN Integrated Regional Information Networks

 

© Copyright IRIN (Agence d'information de l'ONU) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
1er mai 2017
Lomé 27°C (à 07h)