Déclaration

Bilan des 100 Jours du Premier Ministre togolais, Monsieur Houngbo. Déclaration de Patrick Lawson, 1er Vice-Président de l’UFC

par UFC , le 25 janvier 2009, publié sur ufctogo.com

 

JPEG - 6.7 ko
Patrick Lawson, 1er Vice-Président de l’UFC

Dans son discours d’ouverture de la Conférence des partenaires au Développement du Togo qui s’est tenue les 18 et 19 septembre à Bruxelles, le Premier Ministre togolais Houngbo a annoncé la poursuite résolue des mesures en matière :

- de gouvernance politique,

- de promotion d’un travail législatif consensuel,

- de raffermissement de l’État de droit et de consolidation de la démocratie,

- de réaménagement du code électoral pour prendre en considération les recommandations des missions d’observations électorales,

- d’opérationnalisation des modalités de financement des partis politiques,

- d’engagement des discussions destinées à la mise en place d’un cadre permanent de dialogue et de concertation,

- de mise en place d’un statut de l’opposition,

- d’élaboration d’une feuille de route précisant le cadre de la décentralisation, qui sera l’objet d’une approche graduelle,

- de préservation d’un esprit d’apaisement et de dialogue en vue des élections présidentielles ;,

- de mise en place de la Commission-Vérité-Justice-Réconciliation.

Nous pourrons passer en revue toutes ces promesses et vous vous rendrez vite compte que rien de tout cela n’a été fait. Certains points ont été abordés de manière inique et unilatérale, faisant fi de l’esprit d’apaisement et de dialogue préconisé par le Premier Ministre dans son discours. Il s’agit du réaménagement du code électoral qui ne tient pas du tout compte des recommandations des missions d’observations électorales, des modalités de financement des partis politiques, de la mise en place du statut de l’opposition et la mise en place d’un cadre permanent de dialogue et de concertation.

Je voudrais, si vous le permettez, faire le point sur la prestation du Premier Ministre, hier soir sur TVT.

Monsieur Gilbert Fessoun Hougbo a reconnu publiquement l’immobilisme de son gouvernement, sa méconnaissance des réalités sociales et économiques de notre Pays. La preuve, il n’a pas pu citer une seule réalisation à l’actif de son gouvernement en 100 jours

JPEG - 3.2 ko
Gilbert Houngbo, Premier Ministre Bling Bling

Sur le plan économique et social, pour se démarquer de l’immobilisme, de l’incompétence et de l’amateurisme qui caractérisent les gouvernements RPT, Monsieur Gilbert Fessoun Houngbo mise sur des effets d’annonce, le saupoudrage et des mesures soporifiques destinées à endormir les populations fragilisées par la misère et l’insécurité, en vue du prochain scrutin présidentiel.

Il semble tout ignorer des préoccupations des populations togolaises qui s’enlisent au jour le jour dans une pauvreté humiliante, pendant que la cherté de la vie continue à peser de plus en plus lourdement sur les ménages. Notre jeunesse en détresse est toujours sans emploi, parfois livrée aux conditions de travail inhumaines et aux salaires de misère.

La corruption, la gabegie, le pillage, le clientélisme, favorisent toujours une maffia qui siphonne systématiquement les richesses de notre pays.

Aujourd’hui plus que jamais, le gouvernement Houngbo se ressent du déficit de crédibilité et de responsabilité qui a toujours caractérisé les gouvernements RPT. Aucun effort de gouvernance et de bonnes pratiques. Incompétence, immobilisme et incapacité se conjuguent avec un pillage systématique des ressources publiques pour maintenir le pays dans la pauvreté, la misère et la précarité.

Les nouvelles mesures contenues dans le budget de la gestion 2009 ne permettent pas d’atteindre des résultats sérieux en matière :

- de lutte contre la pauvreté,

- d’amélioration des recettes,

- d’amélioration des conditions de vie des travailleurs et des populations,

- de relance de l’économie par la consommation et l’investissement dans les secteurs porteurs de croissance,

- de renforcement de la gestion et du contrôle des finances publiques.

Malgré les discours sur le retour à l’orthodoxie en matière de gestion des finances publiques, il ne transparaît aucune volonté réelle de mobiliser la totalité des ressources budgétaires conformément aux procédures budgétaires légales.

Monsieur Gilbert Hougbo a fait preuve, hier, d’une ignorance incroyable, impardonnable, incompréhensible, voire dangereuse de la crise politique qui mine notre pays depuis quatre décennies. Incapable de donner des réponses responsables, il s‘est contenté de pirouettes, de langue de bois, de lieus communs qui trahissent l’embarras et la duplicité.

Quand il aborde les questions des réformes politiques, il semble ignorer le contenu du projet du code électoral déposé à l’Assemblée Nationale par son gouvernement. Projet qui est loin de favoriser la transparence, l’apaisement et le dialogue en vue d’une élection présidentielle apaisée. Ses explications sur la CENI sont tendancieuses, irresponsables et graves de conséquences.

Le premier ministre n’a cure des problèmes politiques de notre pays, il les laisse au diktat, à l’unilatéralisme et à l’arrogance du régime RPT. Le Premier Ministre renvoie les discussions sur les réformes politiques au Parlement où règnent en maître absolu le groupe RPT fort de 50 députés issus d’élections iniques et frauduleuses, balayant l’esprit de l’APG qui est le consensus.

Monsieur Houngbo donne l’impression de ne rien maîtriser du tout. Il est mis en place pour rassurer les bailleurs de fonds avec comme consigne d’éviter de se mêler des problèmes politiques, économiques et sociaux. Il s’agit bien d’un Premier Ministre Bling Bling.

Lomé, le 25 Janvier 2009

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
16 décembre 2017
Lomé 32°C (à 15h)