Abderrahmane Sissako

Bamako : l’Afrique prend la parole

par UFCTOGO.COM , le 11 novembre 2006, publié sur ufctogo.com

Sorti en salle le mercredi 18 Octobre 2006, le film Bamako d’Abderrahmane Sissako dresse un portrait sans concessions de l’ordre économique mondial. Retour sur une œuvre qui permet à un large public international de porter un regard neuf sur les maux qui accablent le continent africain.

 

JPEG - 14.4 ko

L’idée du film "Bamako" n’est pas aussi neuve qu’elle en a l’air. Voici quelques années, plusieurs ONG du Sénégal dont le GRAIDE avait réalisé de manière confidentielle une DVD intitulée "le procès de la dette" diffusée devant des responsables du FMI et de la Banque mondiale. Mais ce premier document audiovisuel n’avait pas eu l’heur d’être diffusé dans les salles obscures comme celui d’Abderrahmane Sissako. Réalisateur reconnu, ce dernier a eu donc le mérite de donner une dimension et un impact à un travail de conscientisation effectuée précédemment par des professionnels africains du développement.

L’idée du film, le procès des grandes instances internationales comme le FMI et la Banque Mondiale, par un tribunal de fortune, la cour de Melé, chanteuse de bar et de Chaka, son mari chômeur vivant dans un quartier populaire de Bamako, est pour le moins originale. D’un simple fait de société, Chaka devenu chômeur à la suite à de plans d’ajustement structurel, n’a pas les moyens d’hospitaliser sa fille, le film s’élargit au drame de tout un continent. Des citoyens ordinaires vont en effet décider d’engager une procédure judiciaire contre la Banque mondiale et le FMI, responsables selon eux de la misère qui frappe le continent africain et du nouvel ordre économique mondial imposé par l’Occident.
Si les témoins sont de simples membres de la société civile, les avocats, et c’est l’originalité du film, sont des professionnels : Maître Rappaport défend l’Occident et Maîtres Aïssata Tall Sall
Et Bourdon, l’Afrique. L’idée première du cinéaste mauritanien a été de rendre la parole aux africains et de donner une légitimité internationale à cette parole . Réalisé sans moyens mais avec beaucoup d’imagination dont des images saisissantes qui figurent la fragilité de l’homme face à un univers devenu hostile ( scarabées errants dans le sable comme autant de candidats à l’émigration cherchant le salut dans un monde sans issue), Bamako peut être considéré comme un formidable outil pour une prise de conscience généralisée. La preuve en est que pendant le tournage, des témoins sont allés trouver les avocats, persuadés qu’ils allaient tirer quelque chose de concret de ce procès de fiction. Et jusqu’aux institutions internationales qui ont , depuis la sortie du film, contacter le réalisateur , émues et interpellées par cette œuvre qui donne enfin une voix à l’Afrique.

Silly

 

© Copyright UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
21 juillet 2017
Lomé 27°C (à 19h)