Présidentielle

Au Togo, le début du scrutin présidentiel est marqué par une forte affluence

par Le Monde (France) , le 24 avril 2005, publié sur ufctogo.com

 

Les Togolais votaient nombreux, dimanche 24 avril, pour élire un successeur au général Gnassingbé Eyadéma, décédé après 38 ans de règne. Le climat était tendu, l’opposition dénonçant des "fraudes massives" servant à porter au pouvoir Faure Gnassingbé, le fils du président défunt.

Faure Gnassingbé, installé par l’armée à la tête de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest à la mort de son père, le 5 février, et qui a renoncé après 20 jours sous la pression internationale, est soutenu par le Rassemblement du peuple togolais (RPT), l’ex-parti unique au pouvoir.Son principal rival est Emmanuel Bob Akitani, 74 ans, candidat de la coalition de l’opposition, qui a annoncé que ce scrutin serait "nul" en raison des "fraudes massives" du RPT. L’opposition affirme que les listes électorales ont été manipulées dans certains secteurs, et que la distribution de cartes d’électeurs a été faite de manière à favoriser le parti au pouvoir. Le principal opposant, Gilchrist Olympio, fils du premier président Sylvanus Olympio, tué lors du coup d’Etat mené en 1963 par Eyadéma, n’a pas pu se présenter car il est exilé à Paris.

Un troisième candidat était en lice, l’opposant modéré Harry Olympio, qui n’a aucune chance de s’imposer. L’homme d’affaires Nicolas Lawson a retiré sa candidature samedi. Son retrait étant hors délai, les voix se portant sur lui seront comptabilisées. Il n’avait obtenu que 0,21 % des voix lors de la présidentielle de 2003.

"PRÊT A AFFRONTER LES FORCES DU MAL"
Après avoir réclamé en vain un report, la coalition de l’opposition a appelé les électeurs à se rendre massivement aux urnes pour cette élection au scrutin majoritaire à un tour. Un de ses responsables a annoncé que les militants d’opposition descendraient dans les rues en cas de victoire de Faure Gnassingbé."Si, comme par le passé (...), le régime annonce sa victoire, cela va très mal se passer", a menacé Jean-Pierre Fabre, secrétaire général de l’Union des forces du changement (UFC), premier parti d’opposition. "La coalition demeure convaincue que, quels que soient les actes d’intimidation et les manoeuvres de fraude du pouvoir, elle sortira victorieuse du scrutin, déclarait samedi un responsable de cette alliance de six partis de l’opposition, Yawovi Agboyibo. Nos populations sont prêtes à affronter les forces du mal demain."

"Nous avons déjà remporté une première bataille : l’élection a eu lieu au moment prévu par la Constitution", a déclaré dimanche Faure Gnassingbé, décontracté et vêtu d’une chemisette blanche, après avoir déposé son bulletin au bureau de vote du camp militaire RIT, dans le centre de Lomé, la capitale, là où le général Eyadéma avait coutume de dormir et de voter. "La majorité des Togolais veulent le calme et avant tout la paix", a-t-il commenté.

"Un gouvernement sera formé en fonction des résultats et de la façon dont le peuple se sera exprimé. Je me suis engagé à faire un gouvernement d’union et d’ouverture, avec des ministres issus de tous les partis politiques", a-t-il ensuite déclaré lors d’une conférence de presse. Et d’ajouter : "Je suis convaincu que je vais gagner mais je respecterai le choix du peuple", promettant qu’il ne resterait "pas 38 ans au pouvoir" comme son père.

LONGUES FILES D’ATTENTE

Le vote se déroulait dans le calme à la mi-journée et l’affluence était importante dans les bureaux, surveillés par des observateurs du RPT et de l’opposition. Les forces de sécurité restaient discrètes. A Lomé, de longues files d’attente se sont formées devant les bureaux de vote de la capitale, tout particulièrement dans le quartier de Bé, bastion de l’opposition, où l’arrivée tardive des urnes a parfois retardé l’ouverture des opérations de vote.

Un certain énervement était perceptible dans certains bureaux de vote du quartier. Des partisans de l’opposition ont affirmé avoir été dans l’incapacité de voter en raison de l’absence de leurs noms sur les listes. "C’est un gouvernement de voleurs !", s’est emporté Tony, un coiffeur, après avoir essuyé un refus à son bureau de vote. "Un dinosaure est tombé et nous ne voulons pas d’autres dinosaures", a surenchéri Christian Yenkey, un chirurgien de 49 ans, en faisant allusion au chef de l’Etat défunt et à son clan.

"J’ai voté pour le vrai changement", dit Evariste, 20 ans, à Tsévié (35 km au nord de Lomé). J’ai voté pour celui qui va donner à manger à mes enfants ", raconte un peu plus loin une octogénaire, marchant péniblement. L’opposition a promis la fin de "l’ancien système", et veut empêcher l’instauration d’une "monarchie". "Faure", 39 ans, s’est présenté comme le candidat de la jeunesse et de la stabilité.

"RISQUE DE GUERRE CIVILE"

Pendant la campagne, des affrontements entre militants du RPT et de l’opposition, armés de gourdins et de machettes, ont fait plusieurs dizaines de blessés notamment à Lomé et Sokodé, deuxième ville du pays.

Vendredi, le ministre de l’intérieur François Esso Boko avait fait encore monter la tension, en réclamant la suspension de l’élection face aux risques de "guerre civile". "Je crains qu’il n’y ait des fraudes, que le résultat soit truqué, que la force soit utilisée par les deux camps et que la rue l’emporte sur les institutions", avait-il déclaré samedi, après avoir été limogé par le président de l’Assemblée nationale devenu président par intérim, Abass Bonfoh. "Si aujourd’hui ça se passe très bien, je serais heureux", a déclaré celui-ci dimanche.

Les Etats-Unis ont jugé troublantes les informations faisant état d’irrégularités à l’approche du scrutin. L’Union européenne, qui avait gelé son aide au Togo d’Eyadéma en 1993 pour cause de "déficit démocratique", a invité toutes les parties à faire en sorte que les électeurs puissent voter à l’occasion d’un scrutin libre et crédible.

Avec AFP et Reuters

 

© Copyright Le Monde (France) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
25 juin 2017
Lomé 25°C (à 01h)