Allemagne-Afrique

Allemagne-Afrique : Schröder cherche ses marques

par L'Humanité (France) , le 26 janvier 2004, publié sur ufctogo.com

Si le chancelier allemand a attendu six ans depuis son arrivée au pouvoir pour effectuer une visite en Afrique, ce qu’il vient de faire, du 18 au 24 janvier, c’est sans doute que ce grand continent n’est pas dans ses priorités.

 

À l’inverse, pour sa diplomatie et en particulier pour son économie, un géant de la taille de l’Afrique du Sud revêt une certaine importance. Même si dans son entourage on explique que les quatre pays visités, somme toute bien loin de la zone d’influence française, sont " politiquement et économiquement porteurs d’espoir ".

D’où cette présence dans la délégation de vingt-trois personnes issues des milieux d’affaires. C’est le cas des patrons de Daimler-Chrysler, de Commerzbank ou de la Lufthansa. Reste que la vision africaine de Berlin n’est visiblement pas la même que celle de Paris. L’universitaire Andréa Smailer en a noté la particularité : " La conception allemande, notamment pour la région ouest-africaine, est basée sur une promotion de la démocratie qui doit jouer un grand rôle. Avec le cas spécifique du Togo - à l’origine d’un désaccord entre Paris et Berlin depuis dix ans - on a l’impression qu’on s’est senti trahi par la France qui n’a pas joué franc jeu. "

Des quatre pays visités, le chancelier a salué, pour le Ghana, comparativement à son voisin la Côte d’Ivoire, l’alternance politiquement bien préparée et réussie. Idem du Kenya, à la différence du Cameroun ou du Gabon, qui sort du lot avec le départ en douceur d’Arap Moi. À Addis-Abeba (Éthiopie), siège de l’Union africaine (UA), il a exprimé le désir de son pays d’aider les pays africains dans le cadre du Nepad (Nouveau partenariat pour le développement en Afrique). Ce qui s’est traduit par une offre de 650 millions d’euros visant l’aide dans les missions de maintien de la paix en Afrique.

À l’approche du Forum économique Afrique, le 27 et le 28 avril 2004, à Berlin, pour promouvoir l’investissement, on note une volonté affirmée de l’Allemagne d’accompagner le leadership franco-anglais sur le continent.

Serge-Henri Mallet - Correspondance particulière

 

© Copyright L'Humanité (France) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
28 mai 2017
Lomé 30°C (à 16h)