Auteur africain

Alain Mabanckou décroche le Renaudot

par UFCTOGO.COM , le 18 janvier 2007, publié sur ufctogo.com

Apres l’Ivoirien Ahmadou Kourouma couronné en 2000 pour son roman "Allah n’est pas obligé", Alain Mabanckou " est le deuxième auteur africain à recevoir le prix Renaudot avec son roman "Mémoires de porc-épic" paru au Seuil.

 

GIF - 11.6 ko

Après de très longues délibérations (dix tours et six voix contre cinq pour Michel Schneider ("Marilyn, dernières séances" chez Grasset) et avec le soutien enthousiaste de JM Le Cleziot, le prix Renaudot a été attribué en Novembre 2006 à "Mémoires de porc-épic" d’Alain Mabanckou, un roman original entre conte et fable philosophique. Cinquième roman de l’auteur congolais, aujourd’hui basé à l’université UCLA (Université de Los Angeles) où il enseigne la littérature, "Mémoires d’un porc-épic" met en valeur les qualités très particulières de cet auteur : humour truculent, imagination échevelée et trouvailles linguistiques. Couronné précédemment pour son roman "Verre cassé" paru au Seuil (prix Ouest-France / Etonnants Voyageurs, des Cinq Continents de la Francophonie et RFO), Alain Mabanckou, originaire du Congo Brazzaville, adapte librement la croyance africaine des totems (chaque humain aurait son double dans le monde animal) et conte l’histoire d’un porc-épic, Ngoumba, qui accomplit pour son double humain, Kibandi, une série de meurtres tous plus étonnants les uns que les autres en utilisant ses redoutables piquants.

Cet enfant de Pointe Noire où il voit le jour en 1966 a forgé son écriture dès l’enfance. Il s’est d’abord passionné pour les poètes romantiques, a découvert la verve du polar parodique en dévorant des San Antonio et la magie de la langue auprès de Céline et du poète irlandais James Joyce.

C’est à partir de ces trois genres littéraires aux antipodes les uns des autres qu’il élabore au fil des romans une écriture originale, distanciée et à l’humour corrosif qui se révèle d’abord dans "Bleu Blanc Rouge" (1998), tribulations d’un jeune congolais sapeur, qui se brûle les ailes aux lumières de la capitale française. Suivra en 2001 "African Psycho", l’histoire d’un serial killer africain puis "Verre cassé" en 2005 qui lui vaut sa première reconnaissance dans le monde littéraire francophone. Considéré aux Etats-Unis comme un écrivain français, Alain Mabanckou refuse lui-même le qualificatif d’écrivain africain :" "J’écris de la littérature française, pas de la littérature noire francophone", déclare cet ancien juriste, francophone de cœur mais américain d’adoption.

Silly

 

© Copyright UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
15 décembre 2017
Lomé 32°C (à 14h)