Sylvanus Olympio

Agoué 2003 : devoir de mémoire et dynamique de l’espoir.

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 12 janvier 2003, publié sur ufctogo.com

Dimanche 12 janvier 2003 à Agoué (République du Bénin), ce ne sont pas seulement des évocations douloureuses qui ont été faites, mais en cette journée , c’est aussi la ferveur et la foi dans notre victoire commune sur le tyran Eyadéma qui a réuni Gilchrist Olympio, et une partie du peuple togolais

 

Il furent plus d’une dizaine de milliers à entourer la famille de feu Sylvanus Olympio (Rosita, Gilchrist, Sylvana ) pour prier pour le repos éternel de l’âme du premier président démocratiquement élu du Togo, lâchement assassiné par Etienne Gnassingbé Eyadéma, le 13 janvier 1963.
L’office religieux célébré en l’Eglise de la ville d’Agoué, où repose Sylvanus Olympio, débuta à 9 heures 30 TU, et fut animée par une magnifique chorale d’enfants. Au cours de l’office, un chant souvenir des années de la lutte pour l’indépendance entonné par le curé sera repris avec une flamme toute particulière par l’assistance.
Après la cérémonie de dépôts de gerbes sur la tombe de feu Sylvanus et Dina Olympio, Gilchrist Olympio prit la parole devant la maison familiale pour lancer un message très dynamique à ses compatriotes.
Le message on ne peut plus vif est un véritable contrat passé avec le peuple dont l’objet est le départ du pouvoir de Gnassingbé Eyadéma avant la fin de cette année. Ce discours a provoqué un fabuleux enthousiasme dans l’auditoire qui a longuement agité des foulards jaunes, ( couleur du parti )
Oui, c’est " la lutte finale ", pour emprunter une expression célèbre !
Oui, c’est le début de la fin pour ces " ennemis de l’espoir " : ils doivent disparaître à jamais.
Oui, soyons prêts à offrir nos poitrines et à lutter sans défaillance pour le pays de nos aïeux, martyrisé par un homme et son clan.

Outre, cette adresse au peuple togolais, le leader de l’Union des forces de changement, a donné une conférence de presse aux très nombreux journalistes qui se sont déplacés à Agoué.
Au cours de ses échanges avec les journalistes, le président Olympio a notamment évoqué les conditions d’insécurité, et la nature criminelle du régime Eyadéma qui l’empêchent de résider à Lomé de façon permanente.
En effet, depuis la prise du pouvoir par Gnassingbé Eyadéma, bien des crimes ont été commis par sa propre main ou commandités par lui. Or, à ce jour, aucune poursuite ni sanction n’a été prononcée contre l’auteur d’un crime politique.
Les assassins de Tavio Amorin, notoirement connus, arpentent tranquillement les rues de Kara et de Pya. L’enlèvement de David Bruce n’est toujours pas résolu ! Les auteurs de l’attentat de Soudou sont toujours en liberté...les policiers responsables de la tuerie de Fréau jardin n’ont jamais été inquiétés, les militaires qui ont précipité des passants dans la lagune de Bè jouissent d’une impunité intolérable.
Voilà pourquoi, il serait suicidaire que Gilchrist Olympio s’installa à Lomé !

On notait entre autres, la présence de M.Gnininvi, M. Zeus Ajavon, M. Jean-Lucien Savi de Tove, Lucas Afatsao, et M.Gu-Kunu.

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
25 juin 2017
Lomé 27°C (à 20h)