Santé

61% de Togolais n’ont pas accès à l’eau potable

par L'Union (Togo) , le 20 août 2009, publié sur ufctogo.com

 

Semaine mondiale de l’eau 2009 : 61% de Togolais n’ont pas accès à l’eau potable. Il est visé un taux de 44% dans les zones rurales à l’horizon 2012. Bien qu’il soit relevé par l’UNICEF que 87% de la population mondiale, soit environ 5,7 milliards de personnes, ont accès à l’eau potable, beaucoup reste à accomplir. En particulier lorsque la demande s’accroît, pendant que les sources d’eau ont tendance à tarir. Au Togo, les chiffres sont alarmants : alors que 39% des populations vivant en zones urbaines ont accès à l’eau potable, 70% des populations rurales en sont privés. D’une manière générale, 61% des Togolais n’ont pas accès à l’eau potable, d’après les chiffres de l’UNICEF.

"La Semaine mondiale de l’eau", initiée par le Stockholm International Water Institute, est devenue depuis quelques années un cadre institutionnel qui permet aux gouvernants, aux experts et aux partenaires d’échanger et d’évaluer les progrès accomplis en matière d’accès à l’eau potable. Avec à l’idée que, d’après les Nations Unies, la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement pour l’eau et l’assainissement - d’ici à l’an 2015 - a des effets positifs étendus dont l’obtention de gains sociaux et économiques plus grands grâce à une meilleure santé, à une force de travail productive et à des enfants scolarisés. C’est à juste titre que l’édition de 2009, qui court du 16 au 22 août, a pour thème : "En réponse aux bouleversements mondiaux, un accès à l’eau pour le bien de tous".

Pour ce qui concerne le Togo, l’UNICEF s’est fixé pour objectif - à l’horizon 2012 - de faire porter le taux d’accès à l’eau potable dans les zones rurales à 44%, celui dans les centres de santé et les écoles de 20 à 30%, et d’amener les populations de 1.000 villages à adopter de bonnes pratiques en matière d’eau, d’hygiène et d’assainissement. Il est indiqué que sur la plan national, 69% de la population n’a pas accès à des latrines, contre 90% de personnes en zones rurales. Il est prévu cette année qu’au moins 30 villages mettent fin à la défécation à l’air libre à travers la promotion de l’ATPC (Assainissement total pilote par les communautés), qu’au moins 20 communautés ait accès à l’eau potable par la réhabilitation de forages, de construire en milieu scolaire 42 infrastructures d’eau, d’hygiène et d’assainissement, des latrines ainsi que des points d’eau et dispositifs de lavage de mains. Et d’équiper 10 centres de santé d’infrastructures similaires.

A noter qu’avec 3 500 dollars, soit 1,75 million de francs Cfa, l’on peut réhabiliter un ancien forage avec le changement de la pompe. Et qu’avec 15.000 dollars, environ 7,5 millions de francs Cfa, l’on peut construire un nouveau forage et une pompe pouvant satisfaire les besoins en eau potable d’un village de 250 à 300 personnes. C’est selon l’UNICEF, une institution des Nations Unies qui œuvre dans plus de 150 pays pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir jusqu’à la fin de l’adolescence.

Jean Afolabi

 

© Copyright L'Union (Togo)

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
23 août 2017
Lomé 22°C (à 03h)