ATTENTAT DE SOUDOU

5 mai 1992 : il y a 28 ans que le convoi de l’UFC dirigé par son Président National Gilchrist Olympio subit une attaque mortelle à Soudou.

par La Rédaction UFCTOGO.COM le 6 mai 2020, publié sur ufctogo.com

Le 5 mai 1992 dans la localité de Soudou (396 km au nord de Lomé), un convoi de campagne de l’Union des Forces de Changement (UFC), dirigé par son président Gilchrist Olympio tombait dans une embuscade à Soudou.

Plusieurs militants notamment Docteur Marc Atidépé, Moussa Mama Touré, Ouro Atchankpa Zakari ou encore Sama Tchatchibo Alasa trouveront la mort au cours de l’attaque.

Des évènements tristes qui ont occasionné plusieurs morts et blessés dans les rangs des militants de l’Union des Forces de Changement (UFC). En ce jour, l’UFC rend hommage aux victimes de cette agression armée.

 

En ce jour du 5 mai 2020, l’UFC se souvient particulièrement du sacrifice de ses camarades dont la seule ambition était d’œuvrer pour l’avènement d’un État de droit et de la démocratie dans notre pays ».

Ce devoir de mémoire nous oblige à une responsabilité, celle d’œuvrer pour un vivre ensemble dans une société démocratique et républicaine.

Le 11 juillet 1992 le quotidien français, Le Monde évoqua l’attentat en ces termes :

https://www.lemonde.fr/archives/art...

TOGO Le fils du président Eyadéma serait impliqué dans un attentat contre un chef de l’opposition

L’attentat commis le 5 mai 1992 contre un convoi de véhicules transportant notamment M. Gilchrist Olympio, l’un des chefs de l’opposition togolaise, " a été préparé et exécuté par des militaires ", selon les conclusions d’une commission d’enquête de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), rendues publiques jeudi 9 juillet. Le fils du général Eyadéma, le capitaine Ernest Gnassingbe, serait impliqué puisque " sa présence est avérée à proximité des lieux avant et après l’attentat ".

Le 13 janvier 1963, le président Sylvanus Olympio était assassiné. Quelques années plus tard, l’auteur présumé du forfait _ le voile n’a jamais été totalement levé sur cette affaire, _ le sergent Gnassingbe Eyadéma, accédait à la magistrature suprême. Bien que dépouillé de ses prérogatives depuis un an, M. Eyadéma est toujours président.

Le 5 mai dernier, le fils du premier président du Togo, M. Gilchrist Olympio, a failli mourir sur une route, près de Soudou, dans le nord du pays, alors qu’il faisait campagne pour l’élection présidentielle. Le convoi de véhicules dans lequel il se trouvait a été pris dans une embuscade, qui a fait quatre morts et quatre blessés (le Monde du 7 mai). Gravement blessé, M. Olympio a été évacué au Bénin, puis en France, où il est toujours hospitalisé. " Vue la puissance de feu, il ne devait y avoir aucun survivant ", estime le juge français Roger Ribault, après l’enquête qu’il a effectuée sur place, du 8 au 13 juin, en compagnie d’un avocat belge et d’un policier à la retraite britannique, au nom de la FIDH, et à la demande du gouvernement de transition de Me Joseph Kokou Koffigoh. " En cours d’enquête, la commission a eu la conviction qu’il s’agissait d’un attentat préparé et exécuté par les militaires ", lit-on dans leur rapport, abondamment nourri de pièces à conviction. Figure par exemple, en annexe, un télégramme du commandant de gendarmerie de Lomé demandant à son subordonné, dans la région où s’est produit l’attentat, de " dire au procureur général que vous êtes en train de chercher les témoins ", mais de " ne donner aucune information sur les faits ". Les enquêteurs ont fait expertiser, à Paris, des douilles, des bandes de cartouches et des débris de munitions qui avaient été trouvés sur les lieux : du matériel de guerre.

Avant de quitter le Togo, les enquêteurs ont adressé au président Eyadéma une liste de neuf militaires sur lesquels pèsent, selon eux, de lourdes présomptions. En tête figure le capitaine Ernest Gnassingbe, un des fils du président, qui " n’a pas été vu au nombre des gens du commando auteurs de la fusillade ", mais dont la " présence est avérée à proximité des lieux avant et après l’attentat ". L’importance des moyens utilisés et la méthode employée " laissent présumer la complicité de l’état-major des armées et des chefs de corps de ces militaires, en particulier le colonel Aregba, colonel du régiment para commando ". " Le comportement des militaires en cause avant et après l’embuscade montre qu’ils sont certains d’une quasi-impunité ", notent les enquêteurs dans leur rapport. Est-ce à dire que les ordres venaient directement de la présidence ? La commission ne prend pas la liberté d’une telle interprétation.

Mais nul doute que la publication de ce rapport risque de mettre le général Eyadéma dans un grand embarras.

Le Monde

Les faits tels que relatés par Tètè Tete dans son ouvrage " Démocratisation à la togolaise " (Editions L’Harmattan, 2000)

Le 5 mai 1992 à Soudou, Marc Messan Atidépé était assassiné ainsi que plusieurs patriotes togolais dans un odieux attentat perpétré par le régime Eyadema. Gilchrist OLYMPIO, grièvement blessé, n’a dû sa survie qu’à son évacuation sanitaire rapide sur Paris dans un Grumman spécial de la présidence ivoirienne, après avoir été opéré une première fois à Natitingou (Bénin). A ce jour, les auteurs de ces crimes n’ont toujours pas été inquiétés. Nous vous proposons les faits tels que racontés par l’historien Godwin Tété.

Bitchabé, Bandjéli, Kabou. Trois villes où Gilchrist Olympio tient trois meetings successifs le 3 mai 1992. La délégation de l’UFC aura des difficultés énormes pour tenir meeting dans certaines de ces localités.

Déjà à Bitchabé, des militants du RPT ont essayé d’entraver la tenue de la rencontre d’Olympio avec les habitants des lieux. Puis, M. Olympio apprend que le meeting de Bassar est interdit par les autorités de la préfecture, à cause de la visite du Premier ministre le lendemain. Serait-ce un coup monté du bureau du Premier ministre ? « En clair, Koffigoh a calqué sa tournée dans le temps et sur le terrain pour contrer l’influence de Gilchrist. », raconte des années plus tard, le Dr Ihou.

M. Olympio se rend sur les lieux du meeting à Bassar, pour informer ses militants de sa décision de respecter l’interdiction préfectorale. L’atmosphère sur place est tendue.

Après le départ de Gilchrist Olympio et de sa délégation, une fusillade éclate. On compte un mort et quatre blessés. Ce jour, avant les événements, des témoins auraient remarqué la présence d’un véhicule à bord duquel circulait le capitaine Ernest Gnassingbé, fils d’Eyadéma.

Ce même après-midi, le convoi de l’UFC de retour de Bassar, a échappé à une tentative d’attentat. Des militaires armés se seraient positionnés dans une teckeraie. Cette opération a avorté. Pour les militaires, ce n’est que partie remise.

Le lundi 4 mai, Gilchrist Olympio et ses compagnons passent la nuit à l’Hôtel Kédia à Sokodé. Le Premier ministre Koffigoh avec une partie de son cabinet se trouvait aussi dans la ville, mais à l’Hôtel Central.

Le mardi 5 mai, il pleut sur la ville de Sokodé et dans toute la région. Ce qui perturbe quelque peu le programme des meetings. Mais en fin de matinée le convoi des véhicules de l’UFC s’ébranle de Sokodé en direction de Bafilo. Le convoi est précédé de quelques minutes par un véhicule de sécurité avec à son bord deux hommes. Au total, sept véhicules, qui tomberont dans une embuscade entre Bafilo et Soudou.

Sur la route vers 12 heures, le convoi est attaqué. A quelque 200 mètres après avoir franchi le pont de la rivière Sarah, une bombe explose devant la Nissan Patrol de Gilchrist Olympio. Les véhicules précédant la Patrol n’ont pas été inquiétés. « Aussitôt après l’explosion, les trois derniers véhicules du convoi : le 4x4 Nissan à bord duquel se trouvent Gilchrist Olympio et le Docteur Atidépé, le 4x4 Mitsubishi et la Peugeot-404 sont pris sous un tir nourri que les témoins identifient comme celui d’armes automatiques. »

Patrick Lawson, un rescapé, raconte : « Embusqués derrière un bois, nos assaillants ont tranquillement laissé passer les véhicules en tête du cortège avant d’ouvrir le feu. En immobilisant la voiture qui précédait la Nissan Patrol de Gil, ils étaient assurés d’avoir une cible statique. Devant le barrage de tirs, notre véhicule est tombé dans un ravin. Même avec les pneus-avant crevés, notre chauffeur a continué de rouler jusqu’au village de Soudou (préfecture d’Assoli), où nous devions tenir un meeting régulièrement autorisé. »

Gilchrist Olympio est atteint au poumon et à la hanche de plusieurs balles explosives. Patrick Lawson et le chauffeur de la Nissan Patrol, quoique tous les deux blessés réalisent qu’il faut immédiatement quitter les lieux. Un habitant de la région leur affirme qu’il est possible de se rendre rapidement au Bénin. Il leur indique le chemin. La piste est impraticable, mais ils n’ont guère le choix. Selon le rapport de la FIDH sur cet événement : « Aussitôt après l’attentat les différents véhicules sont rassemblés sur la place de Gandé, quelques kilomètres plus loin. Le véhicule Nissan dans lequel avaient pris place Gilchrist Olympio et le Docteur Atidépé est abandonné là après que ceux-ci, le premier gravement blessé, le second déjà mort, avaient été transportés dans un autre véhicule au Bénin. »

Gilchrist Olympio sera opéré une première fois à Natitingou (Bénin). C’est un Grumman spécial de la présidence ivoirienne qui le transportera ensuite à Paris pour des soins à l’hôpital du Val-de-Grâce.

La suite sera une affaire de dures et multiples opérations chirurgicales pour G. Olympio. Quant à Marc Atidépé, le 10 juillet, jour de ses obsèques, un attentat à la grenade causera des dégâts matériels et provoquera un incendie à la Chambre des députés où devait être exposée sa dépouille mortelle. Les enquêteurs de la Commission internationale diligentée par la FIDH (8 au 13 juin 1992), au terme d’un rapport concluent :
« Que l’attentat du 5 mai 1992 survenu vers 12 heures sur la route de Bafilo à Soudou qui fit plusieurs morts parmi lesquels le Docteur Atidépé et plusieurs blessés parmi lesquels Gilchrist Olympio a vraisemblablement été préparé et exécuté par des militaires [...] Que la liberté de mouvement et l’autonomie d’action laissée au capitaine Ernest Gnassingbé permettent à celui-ci de se livrer à un activisme incompatible avec son statut militaire. »

Extrait du rapport de la FIDH sur l’attentat de Soudou.

I -Rapport N° 155 de la Fédération Internationale des ligues des droits de l’homme
Mission d’enquête internationale 8 au 13 juin 1992 : à propos des événements
De Soudou survenus le 5 mai 1992

Rapporteurs-enquêteurs :

Roger Ribault ( juge d’instruction près le Tribunal de grande instance de Paris

Marc Neve de Mevergnies ( Avocat au Barreau de Liège )

Ralph Crawshaw ( Ancien chef de la police d’Essex )

B -RAPPORT D’ENQUETE (pages 8 et 9)

1 -LE CLIMAT D’INSECURITE

Le Togo vit depuis plusieurs années dans un climat de violence politique chronique. Le 13 janvier 1963, le premier président de la République, SYLVANUS OL YMPIO était assassiné. Le régime qui lui a succédé a, à sa tête, un militaire, ETIENNE GNASSINGBE EYADEMA. Plusieurs organisations internationales ont dénoncé les atteintes aux droits de l’homme et les crimes politiques portés à leur connaissance.

Le processus de transition démocratique connaît une série d’actes violents, meurtriers, d’incidents graves parmi lesquels ceux survenus le 14 avril 1991. Ce jour-là vingt-huit corps étaient découverts dans la lagune de Bé à Lomé.

Le 30 mai 1991, M. PATRICK BAUDOUIN, secrétaire général de la FIDH, venu sur place suite à ces faits, dressait un état de la situation des droits de l’homme au Togo.

La multiplication des règlements de compte, des attentats et des incidents sanglants qui ont fait plusieurs centaines de morts depuis l’ouverture du pays à la démocratie compromet l’action du gouvernement de transition démocratique actuellement en place.

Ce gouvernement dirigé par Monsieur KOFFIGOH, Premier ministre, a été victime de plusieurs coups de force. Celui qui s’est déroulé du 27 novembre au 3 décembre 1991 et au cours duquel des éléments des forces armées togolaises ont pris d’assaut la Primature et exécuté sommairement plusieurs de ses défenseurs. La tentative de putsch a considérablement affaibli le gouvernement. Sa vulnérabilité et celle du Premier ministre est patente.

C’est dans ce contexte d’insécurité généralisée qu’est survenu le 5 mai 1992 dans le nord du pays un attentat désigné pudiquement par l’opinion publique togolaise sous le nom "d’événements de Soudou". Plusieurs personnes ont trouvé la mort ou ont été blessées dans cette embuscade. Elles circulaient dans les véhicules d’un convoi qui se rendait d’une localité à l’autre dans le cadre d’une campagne de propagande politique que la classe politique désigne sous le nom de "campagne de sensibilisation". Le leader de ce convoi était GILCHRIST OLYMPIO, candidat à l’élection présidentielle qui devait se tenir en aôut 1992.

L’attentat a suscité une très vive émotion au point que le président de la République, le Premier ministre et le président du Haut Conseil de la République convenaient dans un communiqué conjoint (Annexe 1) de faire la lumière sur ces faits.

Le 21 mai 1992, le Premier ministre de la République togolaise adressait au président de la FEDERATION INTERNATIONALE DES DROITS DE L’HOMME une requête visant à obtenir l’envoi sur place d’une commission d’enquête internationale (Annexe 2).

Le président de la FIDH recevait au même moment une requête identique émanant de la Ligue togolaise des droits de l’homme affiliée.

La FIDH donnait le 1er juin 1992 mandat à Messieurs RIBAUL T, NEVE DE MEVERGNIES et CRAWSHAW pour enquêter sur :

la tentative d’assassinat dont a été victime Monsieur GILCHRIST OLYMPIO le 5 mai 1992 dans une des localités rurales du nord du Togo

l’assassinat de plusieurs autres personnes parmi lesquelles un membre du Haut Conseil de la République.

C. CONCLUSIONS (pages 21 et 22)

Le présent rapport ne constitue pas une enquête judiciaire qui est de la seule compétence de la justice togolaise.

Ses rédacteurs sont conscients de ses limites. Elles sont notamment la conséquence d’un court temps d’enquête, du refus de l’Etat Major de l’armée togolaise de coopérer notamment à l’offre d’audition des militaires en cause et au refus de pénétrer dans les enceintes militaires qui leur ont été signifié oralement par le général BONFOH lors de la deuxième entrevue avec le président EYADEMA.

Les investigations ont été conduites conformément à l’ensemble des textes internationaux rappelés en préliminaire du présent rapport. Les trois enquêteurs se sont soumis à la déontologie professionnelle qui est la leur dans leurs pays respectifs.

Ni la Ligue togolaise des droits de l’homme, ni le Premier ministre et le président de la République n’ont participé, même par personne interposée, aux recherches et aux auditions. Chacune de ces institutions a participé pour sa part à la manifestation de la vérité. Le présent rapport a été rédigé en toute indépendance à l’égard des partis en cause.

Au terme du rapport les trois enquêteurs concluent :

1° que l’attentat du 5 mai 1992 survenu vers 12 heures sur la route Bafilo à Soudou qui fit plusieurs morts parmi lesquels le Docteur ATIDEPE et plusieurs blessés graves parmi lesquels GILCHRIST OLYMPIO a vraisemblablement été préparé et exécuté par des militaires

2° Que l’importance des moyens utilisés en matériel de guerre, armes automatiques et roquettes et en véhicules ( deux ou trois) et en hommes (au moins six) et la méthode employée (embuscade) laisse présumer la complicité de l’Etat major des forces armées et des chefs de corps de ces militaires, en particulier le colonel AREGBA, colonel du régiment para commando, caserné non loin des lieux de l’attentat.

3° Que le comportement des militaires en cause avant et après l’embuscade montrent qu’ils sont certains d’une quasi impunité.

4° Que le capitaine ERNEST GNASSINGBE n’a.a pas été vu au nombre des auteurs présumés de la fusillade. Cependant sa présence est avérée à proximité des lieux immédiatement avant l’attentat.

5° Que l’officier qui dirigeait le commando de six hommes est vraisemblablement le lieutenant BASSARI du régiment para commando de Kara.

6°) Que l’existence d’un autre commando venu à travers la savane et reparti par un chemin voisin n’a pas été établie.

7°) Que la réponse de l’Etat Major des FAT à notre télécopie du 12 juin 1992, visée en annexe 211 n’offre qu’un très faible degré de crédibilité en l’absence d’accès direct aux pièces originales. Les informations qu’elle contient sur les affectations des militaires en cause permet de recouper les renseignements sur les emplois occupés par ces militaires dans leur unité et conforte la fiabilité des témoignages recueillis et les mettant en cause.

8°) Que le seul moyen d’identifier avec certitude les auteurs, coauteurs, complices et instigateurs de l’attentat est de les confronter avec les témoins qui les ont vu. Ces confrontations ne pourraient cependant intervenir qu’après une normalisation démocratique du régime politique. Si la mise en présence des témoins et des mis en cause devait intervenir dans le contexte actuel, les enquêteurs sont convaincus que les craintes que nourrissent ces témoins quant à leur intégrité physique soient fondées.

9°) Que même si la vérité des faits est partielle l’existence d’un complot militaire visant à éliminer physiquement les leaders de l’opposition démocratique est très vraisemblable ;

10°) Que la liberté de mouvement et "autonomie d’action laissée au capitaine Emest GNASSINGBE permettent à celui-ci de se livrer à un activisme incompatible avec son statut militaire.

11°) Que les résultats du présent rapport seront complétés dès que les conclusions des expertises seront connues.

12°) Que le caractère prétorien du régime empêche i’exercice d’une justice indépendante et rend les magistrats et les enquêteurs judiciaires particulièrement vulnérables.

Aujourd’hui 5 mai 2020, l’UFC rend hommage à ses martyrs : interview de Elliot OHIN, deuxième vice-président de l’UFC

https://www.togoactualite.com/entre...

http://libertetogo.info/politique/t...

 

© Copyright La Rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
25 mai 2020
Lomé °C (à 0h)