Licenciement

400 employés de la société nationale des phosphates du Togo licenciés mercredi

par Agence de Presse Africaine (APA) , le 14 janvier 2009, publié sur ufctogo.com

 

JPEG - 16.7 ko
L’usine de phosphate recrache directement dans la mer ses boues. (Photo : Carine Frenk / RFI)

La société nationale des phosphates du Togo (SNPT) a procédé mercredi au licenciement de plus 400 employés, a appris APA de bonne source à Lomé.

Les employés ont découvert mercredi matin en allant au travail une liste de 400 personnes licenciés.

« C’est avec amertume et tristesse que nous avons vu nos noms sur cette liste et beaucoup de nos collègues ont fondu en larme », a témoigné un licencié à APA.

« On ne connait même pas les raisons et les critères sur lesquels ils se sont basés pour nous licencier. Je pense que cela a été fait de façon arbitraire », a-t-il ajouté.

Il leur a été demandé de prendre attache avec la direction administrative et financière et l’inspection du travail et des lois pour les formalités.

Les employés licenciés projettent de s’organiser en groupe pour défendre leurs droits.

« Notre licenciement intervient à un moment où l’Etat togolais recrute 4000 personnes dans la fonction publique et donc cela nous donne la preuve que c’est un règlement de compte », a commenté un autre agent licencié.

Il a reconnu avoir activement participé l’année dernière à des mouvements de revendications au sein de l’entreprise.

La société compte plus de 1880 agents permanents et 435 agents temporaires. Elle dispose de deux carrières à ciel ouvert situées à Hahotoé et à Kpogamé, localités situées à une cinquantaine de kilomètres au nord de Lomé.

Découvert au Togo en 1952, le Phosphate est la principale source de revenus du Togo qui en est le quatrième producteur mondial. Il contribue à 21 pour cent du PIB et représente plus de 40 pour cent des recettes d’exportation du pays.

Son extraction et sa commercialisation ont commencé en 1957 par la Compagnie togolaise des mines du Bénin (CTMB). La CTMB, dont l’État togolais détenait 35% du capital, sera nationalisée en 1974 par la création de l’Office togolais des phosphates (OTP). En 2002, l’OTP deviendra IFG Togo avec la participation des partenaires tunisiens au capital.

Le 14 mai 2007, le gouvernement togolais a dissous l’ancienne société appelé International Fertilizers Group (IFG-Togo) devenue la Société nouvelle des phosphates du Togo (SNPT).

 

© Copyright Agence de Presse Africaine (APA) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
23 août 2017
Lomé 22°C (à 02h)