Togo-réfugiés

40 000 Togolais ont maintenant fui l’instabilité post-électorale.

par Centre de Nouvelles ONU , le 2 août 2005, publié sur ufctogo.com

Le nombre de Togolais qui ont fui la situation d’instabilité suite aux élections pour trouver refuge dans les pays voisins a maintenant dépassé les 40 000 personnes, dont 24 500 au Bénin et 15 500 au Ghana, indique aujourd’hui l’agence des Nations Unies pour les réfugiés. En l’absence de retour dans un avenir proche, l’agence indique qu’il lui fait 4,7 millions de dollars pour répondre aux besoins.

 

Le nombre de Togolais qui ont fui la situation d’instabilité suite aux élections pour trouver refuge dans les pays voisins a maintenant dépassé les 40 000 personnes, dont 24 500 au Bénin et 15 500 au Ghana, indique aujourd’hui l’agence des Nations Unies pour les réfugiés. En l’absence de retour dans un avenir proche, l’agence indique qu’il lui fait 4,7 millions de dollars pour répondre aux besoins.

« Notre équipe au Bénin indique que le taux d’arrivée décroît de façon constante ces dernières semaines, avec seulement 200 personnes enregistrées par semaine. Au plus fort de la crise, juste après les résultats des élections présidentielles d’avril suivis de manifestations violentes, le Bénin enregistrait plusieurs milliers de nouveaux arrivants chaque semaine. Aucune nouvelle arrivée n’a été rapportée au Ghana depuis la fin mai », a déclaré aujourd’hui la porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Jennifer Pagonis, lors de son point de presse à Genève.

La majorité des réfugiés sont dispersés le long de la zone frontière entre le Ghana et le Bénin. Au Bénin, 10 000 réfugiés logent dans deux camps à Come et Lokassa, alors que quelques 14 500 vivent dans les communautés locales. Nous évaluons actuellement l’impact de la présence d’un aussi grand nombre de demandeurs d’asile vivant en dehors des deux camps établis pour pouvoir fournir une assistance adéquate, a-t-elle précisé.

Au Ghana, les réfugiés togolais vivent exclusivement avec les communautés locales, répartis dans 114 lieux différents, le long des 400 km de la région du Volta. Quelque 12 000 des 15 500 réfugiés ont maintenant été enregistrés plus précisément. Une étude de « maison en maison » dans la région d’Aflao, la plus grande région adjacente de la capitale togolaise Lomé, a confirmé la présence de plus de 6000 réfugiés. 5600 autres réfugiés ont été enregistrés dans la partie nord de la région du Volta.

« L’enregistrement et la vérification se poursuivent dans les deux pays pour nous aider à réaliser nos plans et assister le mieux possible tant les réfugiés que les communautés d’accueil dans les secteurs vitaux de la santé, de l’alimentation en eau, des sanitaires et de l’éducation. Toutefois, nous faisons face à un déficit significatif dans le montant que nous avons sollicité de la part de nos donateurs pour réaliser cette tâche, ce qui pourrait sévèrement affecter l’assistance que nous fournissons ».

« L’UNHCR a besoin de 4,7 million de dollars pour satisfaire les besoins de tous les Togolais réfugiés au Ghana et au Bénin, ainsi que pour fournir une assistance limitée au Togolais déplacés internes. Jusqu’à présent, nous avons reçu 1,75 million de dollars pour le Bénin uniquement, et nous avons demandé une allocation de 1,5 million de dollars de notre réserve opérationnelle pour couvrir les besoins immédiats dans la région. Cela nous laisse avec un déficit de 1,45 million de dollars pour la totalité de l’opération. Il n’y aucun signe indiquant que les réfugiés rentreraient dans un futur proche et il est crucial que les donateurs répondent à notre appel de fonds pour assister cette population ».

 

© Copyright Centre de Nouvelles ONU

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
25 avril 2017
Lomé 28°C (à 02h)